Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > ALBAREDE, la SAXONNE INSOUMISE
Version imprimable de cet article

ALBAREDE, la SAXONNE INSOUMISE

Date : 13 décembre 2018

Le 13 décembre 2018, conférence de Claire Ruelle, sur son livre publié aux éditions Charles Corlet.
Claire Ruelle, passionnée par l’histoire du XIe siècle, a remarqué, en étudiant les documents de l’époque, qu’il y était peu question des femmes ; par exemple, trois femmes seulement sont représentées sur la Tapisserie de Bayeux alors qu’il y figure quelques six cents personnages ! C’est pourquoi elle a eu envie d’écrire sur les femmes du Moyen-Age, en s’appuyant sur les écrits du moine anglo-normand Orderic Vital, l’un des historiens les plus importants de cette époque.
Deux batailles, provoquées par la crise de succession ouverte après la mort du roi d’Angleterre Edouard le Confesseur, ont eu d’importantes conséquences pour la vie des femmes de notre région au XIe siècle. Le 25 septembre 1066 la bataille de Stamford Bridge se déroule dans le Yorkshire. Elle oppose l’armée anglaise menée par l’anglo-saxon Harold Godwinson, qui vient de succéder au roi Edouard, aux forces du roi de Norvège Harald Hardrada, qui cherche à s’emparer du trône dont il se pense héritier selon un accord passé entre son prédécesseur et celui d’Edouard s’ils mouraient sans héritier. La mort d’Harald sur le champ de bataille libère Harold de ce concurrent mais il doit partir vers le sud pour affronter Guillaume le Conquérant, autre prétendant au trône, qui vient de débarquer dans le Sussex. Edouard le Confesseur, mort sans enfants le 5 janvier 1066, avait choisi de transmettre sa couronne à son cousin normand Guillaume. Harold, qui avait promis de respecter cette décision l’oublie et, dès la mort d’Edouard, se fait proclamer roi par l’assemblée des nobles et ecclésiastiques du royaume : le "witan". Guillaume revendique alors le trône et traverse la Manche avec sa flotte. Décimés par la précédente bataille et épuisés par une marche forcée jusqu’à plus de 350 km de Stamford, les Anglais perdent la bataille d’Hastings le 14 octobre 1066, après une journée de combats. Les pertes sont importantes dans les deux camps, Harold est tué parmi beaucoup d’autres. Après ces deux batailles, bon nombre de femmes se retrouvent veuves, condition très précaire à l’époque ; c’est le cas de la mère d’Alberède, l’héroïne du livre. De plus, le XIe siècle est celui de la Réforme Grégorienne. Parmi ses projets importants, dont l’affirmation de l’indépendance de l’Église par rapport au pouvoir laïc, source de conflits à venir, ceux qui imposent le mariage chrétien pour les laïcs et le célibat des prêtres. Ce dernier point a des conséquences dramatiques pour les femmes de prêtres, nombreuses alors, qui se retrouvent à la rue, réduites à la mendicité avec leurs enfants ou à la prostitution.
L’action du roman se déroule en Normandie et en Angleterre, on y rencontre des figures historiques : Guillaume le Conquérant et sa femme Mathilde, certains de leurs enfants : Robert Courteheuse, Guillaume le Roux, Henri Beauclerc, Adèle de Blois ou Cécile de Normandie et d’Angleterre (Abbesse de la Trinité de Caen 1113-1127), des personnages imaginaires comme Alberède, son époux Hugues et Imma, ancienne femme de prêtre et meilleure amie de l’héroïne. Les principaux évènements historiques racontés dans le livre sont authentiques, Claire Ruelle y évoque également la vie agricole, l’industrie textile, les marchés et les foires, le commerce des draps de Rouen et de Flandre, la vie des chanoines et des nonnes du XIe siècle, par exemple. C’est l’histoire d’Alberède, une femme noble qui vit entre l’Angleterre et la Normandie et qui, toute son existence, va s’opposer à l’ordre établi et aux massacres de Juifs, lutter pour son indépendance et défendre la cause des femmes de prêtres en les hébergeant et en créant pour elles, avec son amie Imma, un atelier de tissage et une école. À travers ce personnage, imaginé à partir de faits historiques, l’auteure nous fait découvrir la vie quotidienne, la condition des femmes et leurs réactions au temps de Guillaume le Conquérant.
À la fin de son exposé, Claire Ruelle nous annonce qu’elle vient de terminer la rédaction de la suite de ce roman. M.S.