Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > FONTAINEBLEAU-ILE de FRANCE > CERCLE DE LECTURE
Version imprimable de cet article

CERCLE DE LECTURE

Lieu GEORGES SAND

Date : 7 janvier 2017

3livres ont été retenus par le cercle GEORGES SAND et résumés par Nicole Laurent Béchet
LA FEMME QUI DIT NON de Gilles Martin-Chauffier

Gilles Martin-Chauffier Editions Grasset Septembre 2014

Gilles Martin-Chauffier est né en 1954 à Neully, il est issu d’une famille Vannaise, dont la maison de famille à laquelle il est très attaché est située à l’Ile aux moines, dans le golfe du Morbihan.
Son Grand-père était rédacteur en chef du journal clandestin « libération » et l’un des fondateur du Comité National des Ecrivains, et du Comité National des Journalistes, dans la résistance. Son père, Louis, était rédacteur en chef au Figaro.
Il a fait ses études à Saint Jean de Passy et est diplômé de Sup de Co Paris. Dès 1980 alors qu’il a passé une partie de l’année à NY, il écrit son premier roman, et entre à Paris Match. (Il a écrit 14 romans et 2 essais)
L’auteur, fait parler sa truculente grand-mère à la 1ère personne, elle brosse à travers ses souvenirs, entre 1938 et 1968, le portrait grinçant d’une France abattue, mais jamais en manque de filouterie, et qui ne savait entre quel saint se vouer, entre un général isolé chez les Britanniques, (qu’elle écorche), un Maréchal parqué à Vichy, et des envahisseurs, parfois trop fréquentable ! Mais le problème de cette histoire viendra de ses amours.
L’histoire se passe à l’Ile aux Moines, que l’auteur nous fait découvrir avec amour, l’héroïne, une anglaise de 18 ans en 1938, est déjà une jeune fille « libre », doté d’un sacré caractère ! « J’ai su, au premier coup d’œil, que je ferais de lui ce que bon me plairait, et ce dont j’ai tout de suite rêvé, c’était de vivre à Kergantelec à l’Ile aux moines »
L’écriture est agréable, de l’humour, mais parfois un manque d’aération, certaine pages comportent souvent pas ou un seul paragraphe. Mais en revanche, l’auteur a un fort sens de la formule, en parlant de Pétain « Prendre une ruine pour un sauveur c’était confondre un esquimau Gervais avec le pôle Nord ! » et encore « s’il n’y a pas de solutions, faisons comme s’il n’y avait pas de problèmes ! » et pour terminer « on est toujours seul, et personne n’a inventé les cercueils à deux places ! » Un bon roman pour se détendre