Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Cercle de lecture
Version imprimable de cet article

Cercle de lecture

Date : 15 juillet 2018

LITTERATURE DU MONDE

Cette année passée en compagnie des auteurs américains a permis d’approfondir de nombreux sujets dont celui de l’esclavage qui a été bien sûr remarquablement traité par Toni Morrison (Nobel de littérature 1993) : Le chant de Salomon 1977, Tar Baby 1981 et Beloved 1987.

La jeune génération représentée par le journaliste et écrivain Ta-Nehisi Coates qui rédige une longue lettre à son fils pour lui expliquer comment les noirs sont suivis au sens propre par ce que leurs ancêtres ont vécu : ils se retournent sans cesse dans la rue, ils ont peur pour leur intégrité physique : "Une Colère Noire".

Nous avons aimé d’Ernest Gaines :"Dites-lui que je suis un homme", de John Edgar Wideman "Ecrire pour sauver une vie" et de Philippe Roth "La Tache". De ce grand écrivain qui vient de s’en aller, nous avons apprécié également "Un complot contre l’Amérique" et "La Pastorale Américaine".

Très beaux livres : "Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur" d’Harper Lee, "Twelve years a slave" de Solomon Northup, "The underground Railroads" de Colson Whitehead : en 1820 l’organisation d’entraide aux fuyards dit "chemin de fer clandestin", terminologie sans rails ni tunnels, prise de conscience d’un pays qui cherche déjà les moyens dits progressistes pour sortir de ce terrible problème de l’esclavage.

Nous avons découvert l’impossible impasse dans laquelle se trouvent les métis, ni noirs, ni blancs avec "Le temps où nous chantions" de Richard Powers, "Les Larmes de la Liberté" (suite de "La Colline aux Esclaves") de Kathleen Grissom et "Un Enfant du Pays" de Richard Whright.

Kressman Taylor que nous connaissions ("Inconnu à cette adresse") nous a enchantées avec ces deux romans historiques "Jours d’orage" et "Jour sans retour".

Dans une approche Indiens-Hommes blancs nous avons particulièrement aimé "1000 Femmes blanches" suivi de "La Vengeance des mères" de Jim Fergus ainsi que "l’Hiver du Feu Sacré" de Joseph Marshall III.

Pour terminer je voudrais noter aussi " Never Home" de Laird Hunt, l’histoire d’une femme qui part à la guerre de Sécession à la place de son mari et qui se bat comme un homme.

Et pour la toute fin, "L’oiseau Canadèche" de Jim Dodge, une fable délirante et alcoolisée de l’Ouest américain, court roman enlevé et tendre, anecdotes truculentes et dialogues désarmants, un petit précis de sagesse et de vie.

Catherine Marchal