Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Cercle de lecture (janvier et février 2018)
Version imprimable de cet article

Cercle de lecture (janvier et février 2018)

Date : 18 mars 2018

Parmi nos nombreuses découvertes américaines, un petit florilège ici, entre écrivains anciens et écrivains contemporains, moins connus ou médiatisés et s’exprimant dans des styles très différents : bien des points communs cependant ! La recherche de l’accomplissement de soi....

En son temps, Willa Cather est un écrivain célèbre encensé autant par le public que par les critiques, notamment dans l’entre-deux guerres. Faulkner, Sinclair Lewis et Henry Louis Mencken ont exprimé l’extrême admiration qu’ils avaient pour l’œuvre de cette femme née en 1873. "L’un des nôtres" qui lui a valu le prix Pulitzer en 1923, se révèle un grand roman d’apprentissage entre les Etats-Unis et la France où le personnage central s’enrôlera pendant la guerre de 14. L’auteur livre une histoire de vie très bien écrite, la psychologie d’un jeune homme, écartelé entre son devoir et ses rêves, à la recherche d’un idéal pouvant le sortir de son existence toute tracée. Il nous fait revivre avec délicatesse, labours, semences, récoltes se succédant au Nebraska avant de nous emmener de l’autre côté de l’Atlantique. Un questionnement sur la part de volonté propre qui guide nos actes. 

Ecrivain plus récent, Douglas Kennedy, avec son deuxième roman : "L’homme qui voulait vivre sa vie", connaît un succès international. Qui n’a jamais imaginé disparaître et tout recommencer à zéro ? Un anti-héros, cet avocat de Wall Street qui mène une existence placide, voire déprimante, jusqu’au jour où tout bascule.... Il change radicalement de vie et sa passion, la photographie va ainsi lui "faire vivre sa vie". Suspens…

Hubert Selby Jr., passé maître dans la retranscription des affres des âmes des laissés pour compte des ghettos urbains, décrit dans "Le Saule" la rencontre, à la suite d’un évènement dramatique, entre deux êtres très très différents par l’âge, l’origine, le milieu social. Au départ ils n’ont que la souffrance en commun. Va s’engager un combat homérique entre haine et amour chez le plus jeune sous le regard bienveillant du plus vieux. Ce livre a quelque chose de chrétien en ce sens qu’il propose la rédemption comme valeur ultime. Tout ceci avec une écriture rapide, rythmée, un langage par moment argotique, une ponctuation lacunaire, un style moderne car il ne s’agit pas seulement de s’enfoncer dans les ténèbres mais de trouver un moyen de rejoindre la lumière. Emouvant.
Catherine Marchal

Et pour celles qui n’aiment pas les romans, mais plutôt les essais, TA-NEHISI-COATES raconte dans « Une colère noire, lettre à mon fils » combien il est difficile d’être noir, même à notre époque, dans un pays qui peut élire un Président de couleur, mais être aussi redoutable et barbare envers les afro-américains.
Cette phrase qu’il dit à son fils « n’oublie jamais que nous avons été esclaves dans ce pays plus longtemps que nous n’avons été libres » résume toute cette souffrance et cette peur de « perdre son corps ». Livre magnifique, émouvant et percutant.
Christiane Paris