Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LIMOUSIN > Clés et tendances du marché du bijou
Version imprimable de cet article

Clés et tendances du marché du bijou

Lieu  : Boubeau

Date : 20 juin 2016

Lundi 20 juin avait lieu chez Catherine Verspieren à Boubeau une conférence sur les "Clés et tendances du marché du bijou".
Cette conférence organisée par Marine Desproges-Gotteron, fille de notre amie Christiane, était faite par Mafalda Chenu experte en bijoux et diplômée de gemmologie .Elle était accompagnée de Frederik Schwarz,senior spécialiste chez Christie’s. Nous étions une cinquantaine, dont quelques conjoints, intéressés par ce marché très particulier.

Mafalda Chenu, très claire et intéressante, a fait son exposé en distingant les trois critères qui donnent de la valeur à un bijou : La matière, les tendances et la signature du bijou.

1) Les matières
- Le diamant qui est la matière la plus prisée est devenu une valeur de placement depuis la crise de 2001.
Sa valeur s’estime selon les "4 C" : Cut, Color, Clarity, Carat.

- Les Pierres de couleur
Leur valeur dépend de l’intensité de la couleur, de la provenance d’extraction, du poids et du nombre d’inclusions.

Le rubis est la pierre dont la valeur au carat est la plus élevée. Le rubis "sang de pigeon" en provenance de Birmanie est le plus recherché. Les rubis de plus d’un carat sont rares.

Le saphir est de la même famille que le rubis. Les saphirs du Cachemire sont très recherchés car ils sont très rares, en effet la mine s’est épuisée en moins de 10 ans.
Le saphir de Birmanie est moins intense et celui de Ceylan plus clair encore.

L’émeraude de Colombie ets très recherchée, elle est de qualité incontestablement supérieure : plus grande que n’importe où ailleurs, sa pureté est inégalée, et sa couleur incomparable.

Aux enchères chez Christie’s les deux bagues présentées ci-dessus ont atteint les prix de 211.000 et 301.000 €.

2) Les tendances

Actuellement les bijoux Art Déco sont en vogue. Ce sont essentiellement des bijoux en platine qui permet une monture discrète, avec beaucoup de diamants et dans lesquels le dessin géométrique prime.

Les perles fines sont aussi très recherchées. Lers plus prisées sont celles qui sont bien rondes, bien blanches avec une légère pointe de rose, qui ont un joli lustre, chaque perle doit faire miroir. Ces perles fines sont très rares, seule une huitre sur 22 000 sécrète naturellement une perle.

Les bijoux vintage très colorés des années 60/70 sont aussi appréciés.

3) La signature

Bien sûr les grands noms sont gage de qualité, Cartier, Van Cleef and Arpels, Chaumet, Boucheron.
il faut aussi citer Suzanne Belperron qui dans les années 1930 monte sa propre maison de joaillerie, domaine jusqu’alors réservé aux hommes. Ses dessins sont inspirés de la nature, ses bijoux sont travaillés dans des matériaux précieux ou non, très avant-gardiste.

Enfin l’histoire du bijou en fait aussi sa valeur, que ce soit Grace Kelly et sa bague de fiançailles

Ou Elizabeth Taylor et la sienne qui a été achetée chez Christie’s à New York en 2011 au prix de 6 578 500 $.

Après quelques questions nous nous sommes retrouvées autour d’un beau et bon buffet.