Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > DIJON-BOURGOGNE > Club lecture "au fil des pages"
Version imprimable de cet article

Club lecture "au fil des pages"

Date : 31 mars 2019

"L’équation Africaine" de Yasmina Khadra
Médecin généraliste à Francfort, Kurt Krausmann mène une existence ordinaire, limitée à ses allers-retours entre son cabinet de consultation et son appartement bourgeois. Jusqu’au drame familial qui va le précipiter dans le désespoir : sa femme chérie s’est suicidée dans son bain ! Pourquoi ? Question qui le hante, effroyable mystère dont il n’aura la réponse que par une collègue de sa femme Klaudia. Elle n’a pas eu le poste de directrice des relations internationales qu’elle briguait depuis des années. Pourquoi n’en n’a-t-elle pas parlé à son mari : 10 ans de mariage mais absence de communication du couple très occupé par leur travail respectif.
Afin de l’aider à surmonter son chagrin, son meilleur ami, Hans Makkenroth, un riche homme d’affaires versé dans l’humanitaire, lui propose de l’emmener sur son voilier jusqu’aux îles Comores, pour les besoins d’une bonne cause. C’est ainsi qu’ils partent de Chypre et après le canal de Suez et la mer rouge, relient le golfe d’Aden. Au large des côtes somaliennes, leur bateau est assailli par des pirates cruels et implacables qui n’hésitent pas à passer par-dessus bord le cuisinier qui n’a pas de valeur marchande à leurs yeux.
C’est alors une détention à l’issue incertaine, des conditions de vie innommables, une promiscuité dangereuse avec des mercenaires sans pitié, c’est le début d’une descente aux enfers dont personne ne sortira indemne. Mais parce que le drame est propice aux revirements de situation, c’est aussi pour Kurt le début d’une grande histoire d’amour. L’amour d’une femme ayant voué sa vie à panser la douleur des réfugiés du Darfour…
En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme, qui nous transporte, de la Somalie au Soudan, dans une Afrique orientale aux multiples contradictions - tour à tour effrayante, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse -, Yasmina Khadra, confirme une fois encore son immense talent de narrateur. Il a le mérite de s’intéresser à des problématiques actuelles complexes.
Construit et mené de main de maître, ce roman décrit la lente et irréversible transformation d’un Européen, dont les yeux vont, peu à peu, s’ouvrir à la réalité d’un monde jusqu’alors inconnu de lui. Un hymne à la grandeur d’un continent livré aux pires calamités.
Yasmina Khadra est aujourd’hui connu dans le monde entier : À quoi rêvent les loups, L’Écrivain, L’Imposture des mots, Cousine K, L’Attentat, trilogie avec Les Hirondelles de Kaboul, et Les Sirènes de Bagdad a reçu, entre autres, le prix des libraires 2006, le prix Tropiques 2006, le grand prix des lectrices Côté Femme et a été adapté au cinéma. Ce que le jour doit à la nuit - Meilleur livre de l’année 2008 (Lire), prix France Télévisions 2008, prix des lecteurs de Corse - sera également porté à l’écran par Alexandre Arcady en 2012.
Grand prix de la littérature Henri Gal de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 2011.

"Peste et Choléra" est un roman de Patrick Deville paru le 23 août 2012. C’est une biographie romancée du bactériologiste Alexandre Yersin membre de l’institut Pasteur découvreur en 1894 du bacille de la peste nommé Yersinia Pastis.
Originaire du canton de Vaud, il finit ses études auprès de Louis Pasteur. Il passe son doctorat et devient le premier préparateur du cours de microbiologie de l’institut. Ombrageux, solitaire et misanthrope, il fuit cette orientation et rejoint l’Indochine française qu’il explore.
Après une épidémie de peste il élabore le vaccin, toujours en relation avec son équipe Calmette Roux. Il devient un éminent botaniste et s’intéresse à la culture de l’hévéa et du cichonas (quinine).
Il meurt en 1943 mais malheureusement il est peu connu en France comparativement au Vietnam où il a acquis une grande notoriété (école de médecine de Hanoï, nombreuses antennes de l’institut Pasteur).

Françoise Soulier