Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > PERICLES, PERE de la DEMOCRATIE
Version imprimable de cet article

PERICLES, PERE de la DEMOCRATIE

Date : 17 janvier 2019

Conférence de Marie-Gabrielle Leforestier,
Périclès (Athènes 495 av J.C - 429 av J.C), stratège, orateur et homme d’état athénien eut une grande influence sur la politique et la société durant l’âge d’or de sa cité, entre les Guerres Médiques et la Guerre du Péloponnèse. Il fit de la ligue de Délos un véritable empire athénien et THUCYDIDE, historien contemporain, le qualifia de "premier citoyen de sa patrie". Du fait de son importance, son époque est parfois appelée le "siècle de Périclès".
Famille et Education : Fils de l’homme politique Xanthippe et d’Agaristé, Périclès était issu d’une famille aristocratique, les ALCEMONIDES. La légende dit qu’Agaristé, quelques nuits avant sa naissance, avait rêvé de lui comme d’un lion, ce qui faisait sans doute allusion à la taille de son crâne devenu cible de moqueries et à l’origine du sobriquet "tête d’oignon". Cette malformation serait la raison pour laquelle il portait un casque pour la cacher mais, en réalité, le casque était aussi le symbole de sa fonction officielle de stratège, qu’il occupa quinze fois. Périclès se maria à Dinomaque, issue de son milieu, dont il divorça pour épouser Clinias. À la mort de Clinias il prit pour compagne ASPASIE, métèque qui eut une grande influence politique et intellectuelle. Périclès reçut une éducation liée à son rang, basée sur l’éducation physique, qui préparait les jeunes gens aux compétitions sportives ainsi qu’au service militaire. De plus, la connaissance des épopées homériques permettait de s’identifier aux héros tels qu’Achille ou Ulysse. Il aimait se consacrer aux études et à la musique, son professeur DAMON d’Athènes resta son ami et son conseiller. Mais c’est avec les philosophes et surtout ANAXAGORE qu’il partageait son temps. Anaxagore eut une très grande influence sur sa manière de penser : le charisme rhétorique, le flegme proverbial et la maîtrise de soi en seraient le résultat. Il l’amena à chercher des causes rationnelles aux phénomènes sans recourir à des explications mythologiques. L’ouverture d’esprit de l’aristocrate Périclès lui permit, quand il devint stratège, de faire évoluer la société athénienne vers une véritable démocratie directe où tous ceux qui avaient le statut de citoyen pouvaient et devaient donner leur avis sur tous les sujets en siégeant dans les principales assemblées.
Vie politique. En 472 avant J.C il finança la représentation de la tragédie grecque Les Perses d’Eschyle. Contée du côté de Xerxès 1er, le perdant de la bataille, cette tragédie présente une image nostalgique de la victoire athénienne de Thémistocle contre les Perses à la bataille de Salamine. La confédération de Délos (ville d’Asie Mineure), alliance de nombreuses cités grecques sous la domination d’Athènes à la flotte supérieure, fut conclue après cette victoire pour empêcher les perses de revenir en mer Egée. Le tribut versé par toutes ces cités alimentera un véritable trésor pour financer cette défense. Partisan de la démocratie, Périclès s’opposa à la politique de CIMON (510-450 av. J.C.), grand aristocrate qui s’était distingué à Salamine et avait une très forte influence comme chef du parti aristocratique depuis le traité de Callias qui interdisait aux navires Perses l’accès aux côtes d’Asie Mineure. En effet, Périclès et les responsables du parti démocratique, contre son avis, proposaient une assemblée des citoyens. C’est le début d’une nouvelle ère de démocratie radicale, l’assemblée votant les lois à mains levées avec des citoyens tirés au sort, le peuple rendant la justice, l’Etat demandant aux riches de participer à la vie de la cité Le parti démocratique devenu dominant dans la vie politique, Cimon fut discrédité pour avoir agi pour le compte de SPARTE, fermée aux réformes dans la confédération, et Périclès obtient son élimination grâce à l’arme de l’ostracisme.
Dirigeant d’Athènes
Périclès devint le dirigeant de l’empire athénien et demeura au pouvoir durant 20 ans jusqu’à sa mort en 429 av J.C
Les réformes
Périclès adopta et promut une politique sociale populaire : l’Assemblée vota des lois qui libérèrent la Constitution. Il proposa un décret qui permettait aux pauvres d’assister aux pièces de théâtre sans payer, l’Etat couvrant les frais. Il offrit aux agriculteurs, qui abandonnaient leurs champs pour exercer leur devoir de citoyen, une indemnité de présence. Cette indemnité fut étendue à tous les citoyens qui servaient comme jurés dans le tribunal populaire d’Athènes. Mais la citoyenneté athénienne ne fut accordée qu’aux personnes ayant une filiation athénienne par leurs deux ascendances alors que celle du père suffisait auparavant. Il en résulta la puissance du peuple athénien qui participait aux décisions (votes réservés aux citoyens mâles adultes). Même les questions vitales étaient décidées par les citoyens (traités, déclarations de guerre, religion…). Le système judiciaire reposait sur un jury en l’absence de procureur et de défenseur publique, on comptait sur le bon sens et la raison de chacun. La pensée de Périclès visait à créer une grande communauté politique comblant les passions de l’homme, une démocratie égalitaire recherchant les buts les plus élevés tels que la gloire de l’immortalité, tous les intérêts étaient mis au service de la cité dans une vision homérique. La démocratie participative était offerte à tous les citoyens mais tous ne l’étaient pas. -
Les guerres
La révolte de SAMOS (440-439 av. J.C.) est un conflit militaire qui divisa Samos, une des premières cités entrées dans la confédération, et Athènes. Cette dernière l’emporta et y rétablit la démocratie.
La Guerre du PÉLOPONNÈSE (431- 411 av J.C.) opposa la Ligue du Péloponnèse, dirigée par Sparte, et la ligue de Délos, menée par Athènes. Périclès, qui mourut d’une grande épidémie de peste qui décima les Athéniens en 429 av. J.C, n’en vit pas la fin, désastreuse pour Athènes vaincue.
Postérité
Les auteurs grecs anciens ou vivant dans son siècle, comme Aristophane, qualifient Périclès d’Olympien vantant ses talents d’orateur "Il avait un ascendant personnel que nul n’avait eu avant lui et ensuite parce que sa pensée et sa force morale lui ont valu chez les Athéniens une réputation d’éloquence que personne n’avait atteint auparavant". Périclès a porté un humanisme athénien illustré par l’âge d’or. La liberté d’expression est considérée comme le trait marquant de cette période pour une démocratie participative mais réservée aux citoyens libres, on exclut les femmes, les esclaves et les mineurs. Le citoyen est un homme libre qui raisonne et délibère, la raison se développe dans la délibération et nait du dialogue. À égalité de partage des responsabilités politiques, les citoyens ont des privilèges mais cela leur demande une participation constante, notamment aux assemblées, par le tirage au sort.
Réflexion
De l’Antiquité au XXIe siècle, Périclès a suscité de nombreuses interrogations et polémiques sur son rapport au pouvoir. Ses contemporains (Socrate et Platon), les penseurs des révolutions anglaises, américaines, et françaises des XVIIe et XVIIIe siècles l’ont présenté tantôt comme un démagogue populiste, tantôt comme le père de la démocratie, (Thomas HOBBES, le Leviathan / Alexis de TOCQUEVILLE De la Démocratie en Amérique/ J.J. Rousseau, Le Contrat Social). F.R.