Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > ORLEANS > Conférence sur Frédéric Bazille,
Version imprimable de cet article

Conférence sur Frédéric Bazille,

Date : 24 janvier 2018

C’est avec J. Richard et J. Suttin que nous allons clore notre cycle de conférences 2017 par l’évocation du peintre F Bazille ,dont le destin inattendu et tragique l’amena mourir à Beaune-la-Rolande (près d’Orleans ) le 28 Novembre 1870 à 29 ans ,alors que tout le destinait à un
brillant avenir de peintre.

J Richard est président des amis de l’histoire de Beaune-la-Rolande depuis 20 ans ;il a succédé dans cette fonction à Mr Camille Suttin,également maire de cette localité et mari de Jacqueline.

F.Bazille est né à Montpellier en 1841 ;il passe une enfance paisible dans une famille illustre de la haute société protestante ;les étés ensoleillés passés dans la belle propriété de Méric lui laisseront des souvenirs inoubliables ; très tôt il mène une vie d’artiste contrariant l’ambition de son père qui rêve de le voir devenir médecin . Mais lorsqu’en juillet 1870 la France déclare la guerre à la Prusse et se trouve rapidement en difficulté ce beau jeune homme ,doux et
rêveur,s’engage malgré les tentatives de ses amis pour le retenir ; il se sent invulnérable, nécessaire ,le patriotisme l’emporte.
Guidées par J Richard nous allons revivre dans le détail les tactiques des deux armées pour nous arrêter à Beaune ,là où Bazille ,commandant son régiment de zouaves recevra deux balles et mourra quelques heures plus tard ; il sera enterré dans une fosse improvisée où son père miné par le chagrin viendra le déterrer grâce aux renseignements obtenus auprès de l’abbé du village ; en remerciement il fera envoyer une toile de son fils ,que l’on peut admirer encore dans l’église ;et désormais une rue, une place,un collège et un lotissement portent le nom de F Bazille

C’est le peintre,aspect plus connu du grand public,que Jacqueline a choisi de faire revivre
Très jeune il se lie d’amitié avec Monet ,Renoir ,Sisley, et influencé par Manet et Courbet jette les bases d’une peinture nouvelle où il "entend restituer à chaque objet son poids, sa valeur"
Nous avons pu admirer tour à tour les autoportraits encore un peu apprêtés, ses ateliers successifs,lieux de travail ,d’exposition ,de réunion de ses nombreux amis artistes , les portraits d’amis d’où se dégagent amitié et sympathie ,les nus où les chairs deviennent vivantes,
les natures mortes au rendu exceptionnel et les peintures d’extérieur ,audace picturale pour l’époque où la lumière éclate
Cette évocation passionnante s’achève sur une vue de la tombe de F Bazille ,érigée dans le cimetière protestant de Montpellier et réalisée par Baussan, ami sculpteur qui l’avait initié à l’art

A-L Raynaud