Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LIMOUSIN > Exposition Marc Petit
Version imprimable de cet article

Exposition Marc Petit

Lieu  : Jardin de l’Evêché à Limoges

Date : 31 mai 2016

Le 31 mai 2016 nous avons eu la chance, grâce à marie-Joëlle Gault, de suivre la visite, commentée par l’auteur lui-même, de l’exposition Marc Petit. Le déluge qui s’abattait sur Limoges ne nous a même pas dissuadées !

Les sculptures sont disséminées dans le jardin de l’Evêché et Marc Petit les commente une par une.

Il s’agit d’un souvenir heureux puisque Marc Petit a commencé cette sculpture l’année de la naissance de son fils. Choqué par son fils dans son parc il se promet d’en faire une oeuvre. Mais il n’est pas satisfait du résultat d’un enfant seul dans son parc, il tente d’y mettre une grand-mère mais ça ne lui convient pas non plus. Il met cette sculpture en attente jusqu’au jour où il a l’idée de mettre plusieurs enfants. Cette fois le résultat le satisfait mais il rencontre de très grosses difficultés de réalisation.
Pour nous cette pièce pourrait évoquer la shoa mais il n’en est rien. Il ne veut pas sculpter le malheur qui ne peut produire du beau. De plus selon lui seuls ceux qui ont vécu ce génocide peuvent le représenter.

Au départ il souhaitait sculpter un couple, mais il y avait trop d’espace entre les deux personnages il a donc imaginé une troisième personne, ce qui fait penser à une famille. Toute sculpture est la rencontre entre des verticales et des horizontales, la sculpture a donc souvent une forme de croix. Totefois il n’est pas croyant et ne représente pas la Croix. Pour la même raison il ne s’agit pas de la sainte Famille.
Les personages sont nus car il ne revêtent que leur vérité. Parfois même il enlève aussi la peau de ses personnages pour permettre de découvrir l’énergie qui est en eux.

Ces disques sont les douze mois de l’année et représentent chacun un évènement qui s’est passé ce mois là et qui a marqué l’auteur, par exemple l’ouverture en Corse d’un musée qui lui est dédié, un certain mois d’octobre.
Seul le mois de novembre ne lui évoquait aucun souvenir, il a donc représenté sa mort en la datant de l’année de son 151ème anniversaire. Il s’en joue même en sculptant un coq pendu par les pattes : "Adieu poulet !"

Ce cheval à l’envers est une fontaine inachevée puisqu’elle n’est pas mise en eau.

Cette sculpture inspirée par des roues de charette trouvées dans une ferme représente l’exode d’une mère et de ses enfants vers leur avenir.

Enfin ce lit est inspiré par le décès de sa grand-mère pour qui il avait beaucoup d’affection.

Finalement la pluie incessante a eu raison de notre détermination et la visite s’est arrêtée là.