Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > GRENOBLE > Fantin-Latour, le retour
Version imprimable de cet article

Fantin-Latour, le retour

Date : 7 avril 2017

« Je veux faire des chefs-d’œuvre […] c’est la seule chose qui peut faire consentir à vivre. »

Fantin-Latour trouve au musée de Grenoble, ville de sa naissance, un cadre privilégié pour l’exposition de ses toiles, de ses gravures et de sa collection de photos.
Surtout connu pour ses somptueuses natures mortes, ce peintre ne lasse pas de nous surprendre.
A la fois austère et exigeant, il fait preuve d’une sensibilité à fleur de peau. Totalement dévoué à son art, il accepte pour lui, tous les sacrifices, « car l’art est en dehors de la vie » déclare-t-il.
Sombre et souvent solitaire, Fantin-Latour s’adonne d’abord à l’autoportrait, terrain de recherche qui n’impose ni modèles ni contraintes extérieures. Il puise également son inspiration dans l’observation et la représentation des êtres familiers qui l’entourent, comme ses sœurs ou les membres de sa famille. S’il rend compte de leur intériorité avec beaucoup de justesse, il se place toujours à distance de son sujet.

Mais il rêve bientôt de grandes toiles rassemblant des artistes célèbres, témoins de son temps et en 1864 il peint L’hommage à Delacroix où, parmi d’autres, il se représente lui-même ainsi que Manet, Baudelaire ou Whistler. Il tente ensuite un Hommage à la vérité, qu’il détruira après son refus au SalonIl ne connaitra le succès dans ce genre très particulier, qu’avec Coin de table, remarquable entre autres choses, par la présence sulfureuse de Verlaine et Rimbaud.
Après avoir rendu hommage, à la peinture, à la vérité, à la poésie, il célèbrera également la musique et en particulier Berlioz et Wagner.

Parallèlement à ces grands formats, il réalise aussi de subtiles et ravissantes natures mortes
où s’expriment la délicatesse de sa sensibilité et son goût des harmonies. L’originalité des compositions et des cadrages comme dans Capucines doubles permet de les identifier à coup sûr. Son séjour en Angleterre lui offrira à la fois notoriété et aisance financière.

A la fin de sa vie, il donnera libre cours à sa fantaisie et à une imagination libérée, dans des fantaisies oniriques où il magnifiera le corps féminin. Sa collection de photographies de nus (plus de 1400 clichés) témoigne à la fois de son intérêt pour les femmes et sans doute de frustrations générées par une morale quelque peu austère.
Ecartelé entre la tradition et la modernité, les convenances et un érotisme refoulé, il pourrait illustrer la formule de Stevenson :
Docteur Fantin et Mister Latour
07.04.2017 - VDB