Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Géopolitique du 22 novembre 2016
Version imprimable de cet article

Géopolitique du 22 novembre 2016

Date : 7 janvier 2017

La Cour Pénale Internationale compte 124 pays adhérents dont 34 pays africains. Ceux-ci se désolidarisent et certains la désertent car, disent-ils, l’injustice est patente. Ils reprochent à celle-ci de rendre une « justice de Blancs ». La Russie aussi se retire de la CPI, la Douma n’ayant pas ratifié son adhésion. Malgré les difficultés de cette cour de justice, elle n’en reste pas moins un symbole pour tous ceux qui luttent pour la fin de l’impunité des dictateurs.

L’élection présidentielle du 8 novembre 2016 a conduit à la désignation du républicain Donald Trump comme 45ème président des Etats-Unis.Néophyte en politique internationale, le nouveau président de la première puissance mondiale pourrait favoriser une forme d’isolationnisme (America first) qui sème un peu d’inquiétude. Donald Trump s’attaque déjà à ses partenaires de libre-échange nord-américain. Ce climatosceptique risque de dénoncer dans trois ans (il ne peut le faire avant) l’accord de Paris qui vient juste d’entrer en vigueur. En tout cas, le nouveau président pourra compter sur une chambre des représentants et un sénat sous le contrôle des républicains.

Du 7 au 18 novembre la COP 22 s’est déroulée à Marrakech. Il s’agissait d’une conférence de l’action afin de passer des actes aux applications, d’établir un programme de travail serré pour mettre en œuvre les dispositions prévues dans l’accord de Paris et qui doivent entrer en vigueur en 2020. La question aujourd’hui est de savoir ce que veulent faire les USA toujours hostiles à se lier à des accords internationaux. Vont-ils revenir sur les accords signés par Barack Obama maintenant que Donald Trump arrive à la tête du pays ?

En Colombie, l’accord négocié par le gouvernement avec les Farcs n’a pas été entériné par le peuple. Il faut donc trouver un nouvel accord. Les nouvelles propositions soumises seront : que cet accord ne soit pas inclus dans le bloc de constitutionnalité, que l’on ne touche pas à la répartition des terres - les guérilleros ont accepté de livrer leurs biens à l’état - que les guérilleros rétablis dans la légalité soient confinés dans une région.

La Turquie s’éloigne de plus en plus de l’Europe et se dirige vers le totalitarisme. Le président Erdogan veut rétablir la puissance ottomane et mettre à bas la Turquie créée par Atatürk. Il s’appuie pour cela sur l’AKP (parti islamiste). Erdogan voudrait rétablir la peine de mort. Les Etat- Unis ont pour le moment refusé de livrer à la Turquie Goulen, accusé d’avoir fomenté le dernier coup d’état, mais avec l’arrivée de Donald Trump à la tête du pays cela risque de changer. Celui-ci accepterait d’extrader Goulen à condition que son procès se déroule équitablement…. Sur le plan extérieur la Turquie s’est rapprochée des Russes et tous deux marchent la main dans la main en Syrie et en Irak. A noter que les USA n’ont pas fait appel à la Turquie pour la reconquête de Mossoul en Irak.

Au Venezuela, Hugo Chavez s’était engagé dans une politique socialisante dont les revenus étaient issus du pétrole mais une mauvaise gestion et une absence d’investissements relatifs à l’extraction du pétrole ont conduit ce pays prospère à une récession importante. A la mort d’Hugo Chavez Nicolas Maduro, président par intérim, remporte l’élection présidentielle en 2013. Les élections législatives de fin 2015 ont donné la victoire à la coalition d’opposition de la Table pour l’Unité Démocratique (MUD, centre droit). Celle-ci veut obtenir le départ du président via un référendum.
Ce référendum devrait porter sur le raccourcissement du mandat présidentiel, sur la reprise du dialogue avec le Vatican et sur des élections législatives anticipées. A noter que le Venezuela est un support économique pour Cuba

Colette Echinard