Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > HANDI’CHIENS, une AVENTURE HUMAINE
Version imprimable de cet article

HANDI’CHIENS, une AVENTURE HUMAINE

Date : 1er février 2018

Conférence de Sibyl de Ligny
"Quand on n’a plus ses jambes pour marcher, c’est précieux d’avoir un ami qui en a 4".
Sibyl et son époux sont devenus "famille d’accueil" de chiens destinés à accompagner, non des aveugles, mais des handicapés.
Sibyl nous présente Nesti, un golden retriever de 8 mois, hébergé actuellement dans le cadre d’un échange de 15 jours (ce qui fait partie du cursus de formation des chiots). Nesti remplace temporairement leur pensionnaire, le labrador noir Nelson, qu’ils ont en charge pour sa formation initiale durant de 16 à 18 mois.
Historique
L’association Handi’chiens utilise la complicité naturelle entre l’homme et le chien pour redonner un maximum d’autonomie à une personne handicapée, lui permettre de créer plus facilement du lien social, lui apporter davantage de bien-être.
Elle a été fondée en 1989 (reconnue d’utilité publique en 2012) par Marie-Claude LEBRET, professeur de biologie dans un lycée d’Alençon. Lors d’une nuit d’insomnie, son attention fut attirée par un reportage télévisé montrant, aux USA, des chiens d’assistance capables d’appuyer sur un bouton d’ascenseur… et donc plus performants que des chiens d’aveugle ! Touchée, elle décida de se rendre sur place pour apprendre leurs techniques de dressage ; elle dut y vaincre une certaine opposition, mais dès son retour, les 1ers chiots furent choisis. Désormais 4 centres de formation sont ouverts (Alençon, Lyon, Bretagne et Val de Loire). S’y ajoute, à Kunheim, une unité de formation spécialisée de chiens destinés à l’accompagnement social au sein de maisons de retraite ou d’institutions pour handicapés.
Le Cursus de formation des handi’chiens
1- La sélection
Labradors et Golden Retriever sont les 2 races de recrutement. Les "éducateurs" se rendent chez des éleveurs et sélectionnent des chiots de 2 mois, parmi ceux issus de parents inscrits au Livre des Origines Françaises, pour éviter les risques héréditaires de dysplasie coxo-fémorale par exemple. A l’issue de tests de comportement, ils retiennent les chiots de caractère soumis, non peureux et attirés par l’homme … ce qui représente environ 2 individus par portée.
2- La formation en famille d’accueil
L’objectif est de sociabiliser le chiot, le rendre affectueux, équilibré, et lui apprendre en 16-18 mois, par la récompense et le jeu, 30 commandes de base : assis, couché, apporter, donner, ouvrir ou fermer la porte, reculer etc.. Une astuce à son arrivée, pour le rendre "propre" rapidement, est de le confiner pour dormir, dans sa boîte de transport "kennel". Il ne souille pas l’endroit où il doit dormir. En 3 jours c’est gagné ! La famille d’accueil doit être assez présente, en particulier en cours de journée, pour lui apporter de l’affection, des câlins, prendre le temps de jouer, de le promener, de le mettre en situation dans les transports en commun, marché, magasins, cinéma. Elle s’engage également à faire des présentations / démonstrations dans les écoles, groupes/associations, fêtes, foires. Tous les 15 jours, 5 à 8 familles d’accueil et leur pensionnaire se retrouvent durant une demi journée avec un éducateur pour des cours d’accompagnement.
3- La grande école
A l’issue de ces 16-18 mois, la famille d’accueil doit se séparer du chien pour qu’il fasse sa rentrée "à la grande école", c’est à dire au centre de formation, où il est pris en charge durant 6 mois par des éducateurs. Il y apprend 52 commandes : saisir, transporter, donner toute sortes de petits objets, fragiles (téléphone, télécommande, carte de crédit, lunettes, clés, jusqu’à des pièces de monnaie), aboyer sur commande pour alerter (en cas de départ de feu, chute ou blessure de son maître), ouvrir un placard à l’aide d’une cordelette déjà installée, porter une canne, déposer un porte-monnaie sur un comptoir. Il est mis en situation de travail pour apprendre à se déplacer à coté du fauteuil sans gêner, pour aller dans les magasins, emprunter un passage étroit, des escaliers roulants, savoir reculer, rester tranquille dans un cinéma, assister à une réunion publique, côtoyer d’autres animaux familiers (chat, lapin, oiseaux). Il apprend aussi à s’adapter, à l’occasion d’un ou deux échanges pendant deux semaines consécutives, avec une autre famille d’accueil. Enfin, les quinze derniers jours de "grande école" sont consacrés au stage d’adaptation ; les futurs bénéficiaires sont rassemblés dans le centre et testent quelques chiens durant trois jours avant d’établir la liste de leurs préférences (dans les deux sens). Le 4ème jour les éducateurs, après observation et discussion, attribuent un chien à son bénéficiaire. Suivent alors, pour ce dernier, des cours théoriques et pratiques pour apprendre à commander son chien et à se comporter avec lui dans la vraie vie, en particulier dans les transports en commun. Ce stage se termine par un examen de validation des acquis.
4- Remise officielle du chien par la famille d’accueil à la famille handicapée.
Elle vient clore la procédure de formation. Le chien devient à la fois un soutien moral et affectif pour l’handicapé, il constitue un lien avec les personnes valides. Depuis la loi de février 2005, reconnaissable par sa cape bleue, aucun accès d’établissement public ne peut lui être refusé, qu’il soit encore en formation ou remis à son maître. La famille handicapée assure ses soins et sa subsistance mais ce chien reste cependant propriété de l’association Handi’Chiens qui le suit toute sa vie. Vers 10-12 ans, à l’âge de la retraite, il peut être confié à une famille sans handicap, et remplacé près de l’handicapé par un chien de renouvellement.
Cas Particuliers
Chiens d’éveil : Très calmes et affectueux, ils sont destinés aux enfants autistiques, trisomiques, ou polyhandicapés. Leur présence apaise l’enfant et change le regard des valides sur l’enfant handicapé.
Chiens d’accompagnement social : Ce sont des chiens confiés à des référents valides qui travaillent en établissement spécialisé : IME, centre de rééducation, Maison de retraite Alzheimer, EHPAD.
Chiens d’alerte : En cas d’épilepsie, le chien perçoit précocement la survenue de la crise et protège la personne des blessures éventuelles en se couchant sur elle.
Quelques chiffres
L’association comprend 500 bénévoles, 350 familles d’accueil, 64 délégués, 18 administrateurs, 4 centres de formation labellisés, 40 collaborateurs salariés et 20 éducateurs.
Sont en formation pour 2 ans environ 380 chiens, avec un coût global évalué à 15 000 Euros par chien.
Le 21 octobre 2017, a été remis le 2000ème chien formé depuis 1989 en France... en près de 30 ans.
Sans aucune aide directe de l’Etat, les ressources de l’association proviennent de dons, legs, fondations, clubs (Lions, Rotary), entreprises mécènes, et partenariats (bouchons d’amour). SB et MTB