Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > I. M. E. C.
Version imprimable de cet article

I. M. E. C.

Date : 22 novembre 2018

Récits du monde
A l’Abbaye d’Ardenne, nous visitons la troisième exposition thématique réalisée à l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine dans le cycle 3Cartes blanches3.
Grâce aux archives souvent inédites conservées par l’IMEC, GILLES A.TIBERGHIEN, philosophe et maître de conférences enseignant l’esthétique à la Sorbonne, nous entraîne dans les représentations du monde telles que les voyageurs les ont senties et restituées. Grand voyageur spécialiste du paysage, du Land Art et de l’imaginaire, nous découvrons comment les récits, illustrations, croquis, cartes et photographies, romans, carnets inédits de voyage, correspondances, films ou enregistrements de sons, ont forgé peu à peu l’imaginaire collectif au moment de la conquête coloniale. Ces témoignages sur les quatre coins du monde étaient alors relayés par de grandes revues, comme l’Illustration, Le Tour du Monde, Les grands Voyageurs de notre siècle, La Terre à vol d’oiseau, La revue des voyages, par des Atlas de voyage d’exploration et de nombreux guides touristiques, tels ceux de l’immense fonds Hachette qui édita dès 1853 La bibliothèque des chemins de fer et créa, à partir de l’Exposition universelle de 1867, ses Guides-Diamant en plusieurs langues.
La fabrique d’un imaginaire
Parmi les 155 documents exposés certains peuvent nous sembler aujourd’hui condamnables mais, reflet de vastes courants de pensée, d’utopies et de rêves de paradis perdu de l’époque, ils sont d’un grand intérêt historique, sociologique et scientifique.
Quelle que soit la distance, explorer, décrire, imaginer sont des maître-mots.
* Plan de Paris par Louis François, Hachette 1959, un de ceux qu’on accrochait dans les écoles dans les années 50.
L’exotisme
L’exotisme est le phénomène culturel du goût de l’étranger (Orient, Extrême Orient, îles, grand Nord…)
* Feuillet manuscrit du médecin, sinologue et archéologue français Victor Segalen (1878-1919) issu de son Gauguin dans son dernier décor (1904) ; Victor Ségalen réfléchira toute sa vie à cette notion d’exotisme, distinguant celui qu’il appelle l’"exote", capable de comprendre la diversité du réel, du voyageur à la Loti ou à la Claude Farrère, dont l’approche des pays lointains reste à ses yeux superficielle et liée aux vains frissons de la nouveauté". A la peur, aux intrigues, correspond l’exotisme négatif souvent raciste et colonial. On publie des photos du Japon ou de la Chine qui ne sont pas d’actualité. L’explorateur et ethnographe norvégien Carl Lumhomtz (1851-1922), connu pour ses recherches sur le terrain, écrit "Au Pays des cannibales, voyage d’exploration chez les indigènes de l’Australie orientale, 1880-1884".
L’aventure
Souvent dictée par la volonté de remplir les blancs d’une carte non encore dessinée. L’explorateur britannique Robert Falcon Scott (1868-1912), le norvégien Roald Admunsen (1872-1928), l’irlandais Ernest Henry Shackleton (1874-1922), ont participé à l’épopée du continent antarctique entreprise alors par les nations d’Europe. Ils y ont perdu la vie.
La ruée vers l’or du Klondike (Yukon) concerna des milliers d’aventuriers américains fin XIXe. Jack London (1876-1916) ne s’y enrichit pas mais il rapporta du Grand Nord canadien des pépites littéraires pour alimenter ses nouvelles et romans sur la lutte pour la vie : L’Appel de la forêt, Martin Eden.
* Journaux vantant les Voyages à Suse (Journal des fouilles) ou en Perse de l’intrépide Jane Delafoy (ou Dieulafoy…)
Le regard anthropologique
"S’informer de la structure des langues, les mettre en relation avec les formes d’organisation sociale, recueillir des éléments de vocabulaire, tracer des généalogies, dessiner des diagrammes, produire des plans, documenter des événements au moyen de dessins ou de photographies : autant de pratiques que l’on retrouve dans les archives des anthropologues".
* Lettres de Madagascar Jean Paulhan, jeune professeur au collège de Tananarive, témoigne de son intérêt pour la vie des Malgaches, leurs traditions, langue et proverbes.
* Notes de terrain de Georges Devereux sur le désert de Mojave
Au cœur des ténèbres
Au XIXe siècle le continent Africain, en grande part méconnu et enjeu politique international jusqu’à aujourd’hui, fut objet de légendes et de craintes. Le journaliste et explorateur britannique Henry Morton Stanley (1841-1904), par des récits comme Dans les ténèbres de l’Afrique, sa recherche du grand Livingstone et ses découvertes effectuées au prix de massacres et de pillages, flatta l’imaginaire raciste. Joseph Conrad, dans sa longue nouvelle Au cœur des ténèbres, montra que l’environnement colonial pouvait ainsi mener à la déshumanisation.
* Dans Connaissance du Monde N° 11, 1948, photographies de l’ethnologue-cinéaste membre de la société des explorateurs français Jean Rouch (1917-2004). Il moque les clichés et préjugés de l’idéologie coloniale dans 4200 km en pirogue. Descente du fleuve Niger écrit avec son ami Pierre Ponty.
* Les militaires aussi ont leur analyse : La découverte des sources du centre africain par Eugène Lenfant, 1908. * Tintin au Congo 1ère édition d’Hergé, 1947, Casterman.
* Contes illustrés adaptés pour les enfants d’Afrique : Le petit Dan, avec dessins de l’enfant Ousmanou Ousmane.
Les évocations
* Malette de voyage de la sociologue et photographe Gisèle Freund (1908-2000), jusqu’à la Terre de Feu
* Document sonore de Jean-Louis Florentz : pépiements ; album de photos d’oiseaux de la réserve de Tsavo, au Kenya
* Plaques de verre chromo-lithographiées avec combats de fauves, pour lanterne magique dont une reproduction d’un modèle du XIXe s. de la collection de la Cinémathèque française est dans la salle ; (archives de Louise et Conrad Schlumberger). D’abord décalcomanies sur des planches de douze vues que l’on collait sur des plaques de verre, c’est la célèbre maison parisienne d’optique Molteni qui mit au point ces plaques ; on en projetait les images dans les écoles lors des leçons de géographie sur les contrées lointaines.
* Du poète équatorien Alfredo Gangotena (1904-1944), sa carte de visite de parisien et chasseur de tigre, un cahier de cours de paléontologie à l’Ecole des Mines en 1925, sa correspondance avec Jules Supervielle, Max Jacob, Henri Michaux
Les lettres à la famille et aux amis, content la vie, les problèmes ou les bonheurs du voyageur.
* Carte postale d’Henri Michaux à Alfredo Gangotena. * Lettre d’Antonin Artaud à Jean Paulhan.
* Personnages à la plume et aquarelle sur deux pages du fac-similé du carnet de guerre n°7 d’André Mare (1885-1932). Pendant la guerre de 14-18, ce peintre, décorateur et architecte normand s’engagea dans une section de camouflage où il tint un journal abondamment illustré de dessins de sensibilité cubiste.
L’imagination à l’épreuve du réel
* Corset mystère, poème-collage d’André Breton, constitué de phrases découpées dans une réclame de journal.
* La tour de Babil de Jean-Marie Le Clézio, 1970
* Nombreuses illustrations à la plume et encre noire, ou crayon noir pour les Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain par Philippe Andlauer (1926), pour Robur le conquérant de Jules Verne, par Léon Benett, éditeur Hetzel 1886, et, toujours pour Jules Verne, par Georges Roux, par exemple * Carte du pôle Sud sur papier calque, annotée par Jules Verne pour son livre Le Sphinx des Glaces (1897).

Le monde ne cesse d’évoluer, il faut savoir et vouloir rester à son écoute.
"Les récits, comme le vent, se lèvent, soufflent sur le monde, traversent les communautés humaines et se déposent, ici ou là, chez un auditeur plus attentif qu’un autre, plus imaginatif parfois, qui saura donner une forme nouvelle à ce qu’il a entendu" - Gilles Tiberghien. B.F. à l’aide de textes de l’exposition.