Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LYON > JARDIN DE LA BELLE ALLEMANDE
Version imprimable de cet article

JARDIN DE LA BELLE ALLEMANDE

Date : 10 mai 2017
JPEG - 2.9 Mo

A la fin du XVIIIème siècle Jean Klegerger quitte Nuremberg, en Allemagne et s’installe à Lyon. Fortune faite il acquiert une clairière blottie au pied de la Croix Rousse, surplombant un méandre de la Saône. Quelques faits notoires sur le fleuve et il devient « L’Homme de la Roche » ou « Le Bon Allemand ». En reconnaissance, une statue est érigée quai Pierre Scize. Lorsqu’il se marie, avec une Française, elle devient tout naturellement « la Belle Allemande ». Il construit, aménage, le jardin conservera le joli surnom donné à son épouse. Puis les propriétaires se succèdent, le jardin végète...La beauté naturelle, les grands arbres cernant les lieux séduisent Madame Serre. Quelques coups de pelle, l’odeur d’humus...elle sait que le jardin peut renaître.


En 30 ans il s’est forgé une personnalité. Sous les ombrages des arbres centenaires se déploient plusieurs étages de végétaux. Le rythme est donné par un cyprés chauve aux rameaux verts bordés de jaune, un ginko, un sequoia, mélèze du japon, un thujopsis. De taille moyenne ils donnent une ombre plus légère. Les arbres à écorce décorative apportent une touche raffinée : le bouleau Jacquemontii au tronc blanc éclatant, un prunus Les serpentins de gazon se faufilent entre les massifs informels de vivaces plantés serrés et nous dirigent vers une gloriette colonisée par les rosiers grimpants et les clématites « Montana » ou « Gloire de Lyon ».
Opulence et simplicité font bon ménage chez les rosiers à tiges ou grimpants. Escaladant les arbres ou les supports de bambou ils affichent un volume intéressant et répandent couleurs et parfums durant de longs mois : Astronomia, Pierre de Ronsard, Looping, Buff beauty se mêlent aux nuées suaves des seringats et sureaux. N’oublions pas les érables du Japon au rouge éclatant, les cornouillers, les cornus... le vent fait bruisser les bambous. Sur une grande table un goûter « british » nous attend : cake vegan, thé, sirop de fleurs de sureau. Un espace calme, accueillant où le chat est le parfait témoin du lieu ni trop domestiqué, ni trop sauvage.
Dans cette clairière nous savourons les dernires instants. L’œil ne se lasse jamais , la lumière nuance la beauté, la nuture se renouvelle. Les jardins sont ce qu’en fait le jardinier par ses idées, son travail et nous, assises, comtemplatives acceptons le bonheur d’être paresseux.

Aux férues de jardinage ou celles qui le deviendront.....
- Rosiers qui sont grimpants, buissons ou sur tiges, souvent remontant, à fleurs simples ou doubles : Rosa Rugosa, Rosier de Banks, Astronomia, Buff Beauty, Blossom Time, Madame Curi, Madame Alfred Carrière, Pierre de Ronsard, New Dawn, Looping,
Golden Célébration.
- Arbres : Cyprès chauve, Ginko, Séquoia, Une variété de Mélèze du Japon, Thujopsis, bouleau Jacquemontii, prunus Serrula, érable Griséum.
- Arbustes : érables du Japon rouges ou orangés, Cornus Sibérica, Cornouiller, Ilex Crénata, Hydrangea, Seringat, Sureau, Bambou, Noisetier Tortueux, Aukuba, Sinocalycanthus, Buis Sempervirens.
- Plantes grimpantes : Clématites « Montana » et « Gloire de Lyon », Hydrangea.
- Plantes vivaces : Ail, Ancolie, Cœur de Marie, Gaura, Géranium Macrorrhizum, Ellébore, Iris, Hosta, Fougère, Pivoine, Sedum, Sauge, Violette, Trachystermon, Lamier, Pervenche, Epiaire de Byzance, Heuchères, Hortensia, Brunnera Profilera.
Cette liste n’est pas exhaustive, juste un petit rappel pour vous donner envie de trouver celles que vous n’avez pas encore.n’avez pas encore., couleur caramel et acajou, ou l’érable Griséum à l’écorce de papier.