Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LILLE-FLANDRE > LA COMTESSE DE SEGUR par CHANTAL LE ROY
Version imprimable de cet article

LA COMTESSE DE SEGUR par CHANTAL LE ROY

Date : 22 février 2018

Sophie Rostopchine,comtesse de Ségur,(1799-1874)

L’auteur s’est projetée dans son oeuvre, c’est donc presque une oeuvre autobiographique

Sophie est issue d’une grande famille russe,son père est le comte Fiodor Rostopchine(1763-1826),lieutenant général d’infanterie,ministre des affaires étrangères du tsar Paul I er, puis gouverneur général de Moscou.
Sa mère est la comtesse Catherine Protassova ,ancienne demoiselle d’honneur de Catherine II.

Sophie passe son enfance dans le domaine de Voronovo près de Moscou,propriété de 45000 hectares avec 4000 serfs.
La maman de Sophie se convertit au catholicisme,cela provoque une rupture avec son mari, orthodoxe. Elle oblige sa fille,Sophie,de se convertir à 16 ans.

En 1812,lors de la grande invasion de la Russie par la Grande armée,son père est gouverneur de Moscou, Il ordonne de mettre le feu à la ville. Disgracié par le tsar,la famille s’exile en Pologne en 1814,puis en Allemagne,en Italie et la France.

Sophie rencontre à Paris Eugène de Ségur (1798-1869),neveu du général de Ségur,aide de camp de Napoléon, Mariage d’amour,mais très vite,Sophie est délaissée,un mari volage, qui ne lui rend que très peu visite,au château des Nouettes,à Aube, demeure familiale.

Sophie,pleine de vie,mais toujours brimée,par une mère autoritaire, avait souffert du fouet dans sa jeunesse et ,relate ses souvenirs d’enfance dans son oeuvre " les malheurs de Sophie"

.Le châtiment corporel est relaté dans les "Petites filles modèles",infligé par Madame Fichini qui est l’opposée de madame de Fleurville la maman de Camille et Madeleine (prénom de deux petites-,filles de la comtesse de Ségur :,Camille et Madeleine de Malaret ).

Le château de Fleurville ressemble au château des Nouettes ,Sophie est très généreuse avec son entourage et les villageois.

Gaston,l’enfant préféré de Sophie,vérifiait la rédaction des livres avant de les faire parvenir à l’éditeur, Louis Hachette,
Ce dernier trouvait qu’il y avait trop de violence dans "Un bon petit diable" concernant la maltraitance des enfants.

Renaud,son deuxième fils,est mort de la typhoïde,à six semaines ; Sophie écrit "La santé des enfants" livre de pédiatrie,de conseils médicaux avec un principe : "Pas de mangeaille entre les repas"

"Les vacances",Sophie évoque la mort de sa mère

"Les deux nigauds" dénonce le régime carcéral pour les enfants

"Pauvre Blaise" message politique,les valeurs de la noblesse se perdent,le fils du jardinier apporte la solution.Livre le plus religieux

"La soeur de Gribouille",pour tout enfant qui se trouve en difficulté,une solution peut être trouvée

"Comédies et proverbes",(On ne prend pas des mouches avec du vinaigre) défend les pauvres pour essayer de soulager leur souffrance

"Le Général Dourakine" seule évocation de la Russie. Sophie aimait la France. Lecture réservée aux adultes.Le livre a été interdit en Russie jusqu’en 1917 L’inspiration vient de son père

"La Fortune de Gaspard" L’instruction doit être pour tous les enfants,pas uniquement les garçons....

"Jean qui grogne et Jean qui rit".Sophie oppose deux enfants,un garçon exemplaire et un garçon qui se cherche...

"François le bossu",Sophie critique l’éducation,les enfants trop gâtés et les enfants maltraités.Grâce à l’amour de son père ,François a appris à accepter sa bosse : "Je suis habitué d’entendre rire de moi.Cela ne fait rien ;c’est seulement quand papa est là que je suis fâché,parce qu’il est toujours triste quand il entend se moquer de ma bosse.Il m’aime tant,ce pauvre papa"

"L’Auberge de l’ange gardien" paraît un an après "Les Misérables"de Victor Hugo .Sophie évoque les enfants abandonnés:L’orphelin Torchonnet que sa mère a confié à un aubergiste qui le traite comme un esclave rappelle le personnage de Cosette abandonnée par sa maman à la famille des Thénardier .

Dans son oeuvre,L’éducation est très importante pour l’avenir de l’enfant

En 1866, elle devient tertiaire franciscaine ,elle est obligée de vendre sa propriété les Nouettes en 1872 et meurt à Paris à soixante quatorze ans. Elle est inhumée à Pluneret dans le Morbihan.

FLORENCE PROUVOST ET MARTINE LEFEBVRE