Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > LES AMISH - peuple anachronique, énigmatique et fascinant.
Version imprimable de cet article

LES AMISH - peuple anachronique, énigmatique et fascinant.

Date : 5 avril 2018

Conférence de Gérald Rovarc’h,
"Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure" est la première règle de cette communauté protestante. Les Amish vivent en grande majorité aux Etats-Unis et au Canada avec 3 siècles de retard, comme à la fin du XVIIe siècle. Trois mots les caractérisent : simplicité, humilité et soumission à Dieu, à l’église, et à la sagesse des Anciens. Depuis le début du XXIe siècle, on note certains accommodements et assouplissements dans leur mode de vie.
Origines des Amish Mr Rovarc’h rappelle la Réforme protestante du moine Martin Luther, Maître de théologie en désaccord avec les pratiques de l’Eglise catholique. S’opposant au commerce d’Indulgences supposées permettre d’échapper au purgatoire mais servant à financer la reconstruction de la Basilique Saint- Pierre à Rome, il exprime de vives critiques à partir de 1517 et placarde des affiches à la porte de l’église de Wittenberg. Excommunié par le pape et mis au ban de l’empire, il se cache au château de la Wartburg et traduit la Bible en Allemand pour permettre sa divulgation par l’imprimerie. Ses idées s’étendent dans les Pays du Nord et en France. Des conflits éclatent entre Catholiques et Protestants.
Au XVIe s. nait un nouveau mouvement dans l’église protestante : l’anabaptisme. Jésus ayant été baptisé à 30 ans, des moines d’Allemagne du Sud pensent que ne peuvent être baptisés que des individus conscients et adultes. Ils sont persécutés, brûlés vifs ou jetés par groupe de trois ou quatre dans les rivières. L’appellation anabaptiste regroupe des communautés différentes, dont la communauté mennonite dirigée par un prêtre frison Menno Simons. Ces Mennonites sont opposés à la justice humaine car pour eux Dieu est seul juge, refusent de témoigner, de porter plainte, d’exercer un métier judiciaire, de prêter serment, de faire un service milit aire. Le pasteur est élu et peut se marier .Persécutés, les Mennonites des cantons de Bern et de Zurich trouvent refuge en Alsace, en particulier à Sainte Marie aux Mines où ils sont bien accueillis grâce à leur réputation d’agriculteurs modèles. Jacob Amman (1644-1729), l’un des leaders de l’anabaptisme émigré de Suisse lui aussi, juge que ces Mennonites dévient du dogme religieux imposé à l’origine et fonde le mouvement Amish (inspiré du nom Amman) en 1693. La renommée et l’enrichissement des Amish provoquant la jalousie de certains catholiques qui se plaignent aux autorités, en 1712 l’intendant d’Alsace chasse tous les Mennonites Amish ; un certain nombre s’installe dans les duchés de Montbéliard et de Lorraine ; 3000 traversent l’Atlantique pour s’établir sur les terres de William Penn, la "Pennsylvanie", dans l’Ohio et au Canada, dans l’Ontario.
Aujourd’hui, on note plusieurs courants dans la communauté Amish :
- les Amish Old Order, communauté la plus importante, observant strictement les règles, parlant le Pennsylvania Dutch.
- les Amish progressistes qui utilisent l’Anglais.
- les Beachy Amish, qui se rapprochent du monde moderne et utilisent les automobiles et l’électricité
Leur nombre est en progression : 5000 en 1900, 45 000 en 1960, 318 000 en 2017, répartis en majorité en Pennsylvanie, Ohio et Indiana. On prévoit une population Amish de 470 000 individus en 2030. Ils ont entre 8 et 10 enfants par famille.
L’apparence des Amish La similarité des vêtements encourage la modestie et décourage la compétition. Les femmes, sans montre ni bijoux, ne sont pas maquillées et portent des robes cousues à la maison, de couleur noire ou bleue, un tablier et un petit bonnet blanc, parfois noir ou bleu. Il n’y a ni poches ni boutons sur les vêtements et les chaussures, sans talons, manquent d’élégance ; le confort est privilégié car un homme fait en moyenne 19000 pas par jour et une femme 14000. Les hommes portent un pantalon à bretelles de couleur foncée (pas de ceinture), une chemise blanche, un gilet sans manches, un chapeau de paille ou un feutre noir le dimanche. Dès l’âge de 2 ans les garçons portent le chapeau. Les hommes mariés se laissent pousser la barbe, l’homme célibataire à partir de 40 ans. Les poupées des petites filles sont sans visage.
L’habitation Agriculteurs et éleveurs ils vivent dans des fermes dont les bâtiments peuvent abriter 4 générations ; on construit, au fur et à mesure de l’agrandissement de la famille, des maisons supplémentaires. Sur les granges l’étoile Amish éloigne le malheur. Ils pratiquent une agriculture Bio et vendent leur production sur les marchés. Certains, devenus artisans, vivent dans les villages. A l’intérieur des maisons les murs sont peints en jaune clair ou vert clair, les meubles sont en bois, les lits sont recouverts de patchwork (spécialité Amish). Il n’y a ni eau courante ni électricité (donc ni radio, ni téléviseur, ni ordinateur), mais des bougies, lampes à gaz, réfrigérateurs à gaz, machines à coudre à pédale ….
L’éducation Refusant d’envoyer les enfants à l’école publique ils ont obtenu en 1972, après une longue bataille avec l’Etat, un arrêté de la Cour Suprême leur donnant la liberté d’éduquer leurs enfants à condition qu’ils apprennent l’Anglais. Leurs écoles sont construites par la communauté de façon à ce que les enfants puissent y venir à pied, scolarisés de novembre à mars seulement car ils participent aux travaux des champs. En général, une femme célibataire enseigne dans une classe unique où, regroupés de l’âge de 6 ans à celui de 14 ans, ils apprennent à compter, lire et écrire le Pennsylvania Dutch, l’Allemand Gothique des textes religieux, l’Anglais et, de manière approximative, l’histoire des Amish, la géographie de la Suisse, des Pays-Bas, Etats-Unis, et Canada. On leur enseigne la fraternité, la façon de bien se nourrir et se soigner (les Amish connaissent les vertus des plantes), le bien- être, c’est-à-dire à savoir vivre sans besoins en aimant son prochain. Les règles pour bien faire "Rules for doing good" sont les suivantes : joy comes when it is J (Jesus ) first, O (others ) second, then Y (you) : on se consacre d’abord à Jésus, aux autres ensuite et enfin à soi .
A 16 ans, les jeunes ne sont pas encore baptisés et sont autorisés, pendant 2 ans, à découvrir le monde moderne, les loisirs, le cinéma, la télévision, les bars, les autres jeunes etc …Ce rite de passage s’appelle "la Rumspringa" qui signifie "courir dans tous les sens". La majorité des jeunes, non préparée à notre monde moderne, demande le baptême et reste dans la communauté, d’autres optent pour une communauté plus libérale, 3 à 4 % abandonnent le monde Amish et sont bannis, c’est une rupture définitive avec la famille.
Le mariage Il n’y a pas de fiançailles ; le jour où le garçon ramène la jeune fille chez ses parents en buggy (voiture à cheval) marque le début de leur engagement mutuel. La cérémonie de mariage, très simple, se déroule un mardi ou un jeudi de novembre, la messe peut durer 9 heures, sans fleurs ni chants. La nuit de noce se passe chez la jeune fille, le couple s’installe chez les parents du jeune homme. Les femmes accouchent bien sûr à la maison. C’est la grange qui sert de lieu de culte, il n’y a pas d’église. Les tombes sont creusées dans l’ordre chronologique des décès, il n’y a pas de regroupement familial. Tous les 15 jours, les Amish se retrouvent 3 ou 4 heures dans la grange pour lire des textes religieux, Le Miroir des Martyrs (livre relatant les persécutions anabaptistes). Deux communions par an. Chaque district (qui regroupe environ 25 familles) possède un patriarche (évêque), 2 ministres du culte (prédicateurs), un diacre. Les femmes, qui restent silencieuses pendant le culte sauf pour chanter, participent à l’élection du patriarche : Chaque baptisé donne le nom d’un homme qu’il pense être désigné par Dieu, les hommes nommés se présentent devant la communauté, choisissent une des bibles préparées, celui qui choisit celle où un morceau de papier avec un verset biblique a été glissé au préalable est élu. Les Amish considèrent que c’est le Saint Esprit qui a dirigé la main de l’élu.
Activités Ils travaillent, paient leurs impôts mais pas d’assurance sociale et ne cotisent pas au fonds de retraite. Ils ne votent pas et ne font pas de service militaire car ils sont pacifistes. Ce sont avant tout des agriculteurs qui n’utilisent pas d’engins motorisés mais la traction animale : le cheval. Certains sont artisans, travaillent le bois, fabriquent meubles, poteries, patchworks aux motifs géométriques sans représentations florales et animales. Ils vendent leurs produits dans des magasins, ont le droit de louer un local avec électricité à un non Amish, "un English", car ils n’en sont pas propriétaires ! Utilisation n’étant pas possession, ils peuvent engager un English pour utiliser ordinateur et télécopieur. Il est étonnant de voir que les Amish, qui vivent sans confort ni commodités et pratiquent l’entraide et le travail en groupe, continuent à se développer et à résister à la société de la consommation, de la technologie et de l’individualisme ! M.S.

info portfolio