Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > La COREE du NORD
Version imprimable de cet article

La COREE du NORD

Date : 25 avril 2019

Culte de la personnalité et propagande, l’exemple de la Corée du nord", par Gérald Rovarc’h. Diplômé de l’Institut Géographique de Paris, de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, G. Rovarc’h a fait carrière dans trois ministères : l’Education Nationale, la Défense et l’Intérieur.
La Corée du Nord, 24,8 millions d’habitants et 122 762 km2, a été créée le 9 septembre 1948. C’est un pays fermé aux étrangers, un pays qui ne cesse de développer une propagande anti-japonaise et anti-américaine, un pays dont la jeunesse est formatée dans le respect du parti et de ses dirigeants. L’armée y est omniprésente et omnipotente, on compte 1 200 000 militaires actifs, c’est la quatrième armée du monde, quantitativement seulement car le matériel utilisé (provenant de Chine et de Russie) n’est pas très moderne ; le service militaire dure dix ans. Le pays a une frontière de 1 416 km avec la Chine, une de 19 km avec la Russie et une de 238 km avec la Corée du Sud, zone démilitarisée large de 4 km et truffée de mines. 6 000 visiteurs étrangers, dont 5 000 Chinois, viennent par an en Corée du Nord. Pyongyang, la capitale, possède un seul hôtel pour les touristes ; ceux-ci sont toujours accompagnés de guides pour visiter la ville et ne peuvent parler qu’avec des Coréens triés sur le volet, qui diffusent la propagande et le discours de l’État !
Le "Juche" est le nom du régime politique marxiste-léniniste à la coréenne. Ce régime repose sur trois principes : l’indépendance politique, l’autonomie militaire (même si le matériel vient de Chine), l’auto-suffisance économique.
Si le Juche prône une société sans classe et la souveraineté des classes populaires, il existe toutefois 51 catégories sociales regroupées en trois couches : les "soutiens", c’est-à-dire l’élite de la population : les militaires et les membres du gouvernement ; les "indifférents", c’est-à-dire le peuple, les ouvriers, les paysans, les fonctionnaires, les intellectuels ; "les hostiles", c’est-à-dire les réprouvés politiques, ceux qui ont été dénoncés pour ne pas avoir assez applaudi lors d’une cérémonie ou pour ne pas avoir accroché le drapeau ! Ce sont aussi les familles dont un membre a fui le pays. Cette classification se transmet sur trois générations et s’étend sur la fratrie : si un Coréen hostile au gouvernement est arrêté, sa famille aura le même sort. Environ 200 000 personnes sont détenues dans des centres de rééducation ou dans des camps de travail qui sont de véritables camps de concentration. Les purges existent aussi au sein du gouvernement. Un ministre de la Défense, qui s’était assoupi durant un défilé militaire, a été exécuté au canon anti-aérien ! Tout ministre qui ose critiquer le régime risque la mort. La Corée du Nord est aussi une puissance nucléaire, la portée des missiles augmente, ils peuvent aujourd’hui atteindre l’Alaska. Le dernier essai nucléaire a eu lieu en septembre 2017 ; depuis la rencontre entre D. Trump et Kim Jong Un, les essais ont cessé. La Corée du Nord est une république héréditaire ou une monarchie présidentielle dont le chef est adulé, considéré comme un surhomme ou un demi-dieu. La dynastie des Kim règne sur le pays depuis 1949. Le premier dirigeant Kim Il-Sung, "président éternel", est resté au pouvoir jusqu’en 1994 ; Kim Jong-il, "dirigeant éternel", a succédé à son père et gouverné jusqu’en 2011 ; Kim Jong-un, "leader suprême", est le troisième représentant de la lignée. Les trois Kim se font vénérer et ont droit à des appellations toutes plus flatteuses les unes que les autres : Kim Il Sung est "le soleil de la nation, le phare de l’espoir, le général descendu du ciel" ; Kim Jong-il est "le père bien aimé, le dirigeant hors pair" ; Kim Jong-un est "le brillant camarade, le génie des génies en sciences militaires, le grand soleil du XXIe siècle.
Comment s’organise la propagande ? Il faut faire croire que le pays est riche, invincible, que le leader est un génie et que les gens sont heureux. Tout est basé sur le matraquage médiatique, à la télévision ou sur les affiches Des défilés militaires et des rassemblements de masse sont organisés, des monuments sont édifiés. La Corée du Nord pratique l’art du monumentalisme commémoratif : plus de 35 000 statues d’une dizaine de mètres de hauteur ont été érigées dans le pays, parfois en pleine campagne. La tour du Juche s’élève à 170 mètres de hauteur dans la capitale ; à ses pieds, trois personnages brandissent un marteau, une faucille et un pinceau, représentant les intellectuels. Un arc de triomphe de 60m de haut a été également bâti sur le modèle parisien par Kim Il Sung. La propagande est largement diffusée sur l’unique chaîne de télévision. La présentatrice Ri Chun Hee, âgée de 75 ans, continue d’opérer lors des grandes annonces au peuple coréen.
Les affiches sont largement utilisées, elles représentent toujours les mêmes thèmes : le soldat, l’ouvrier, la paysanne, l’intellectuel avec ses lunettes et ses rouleaux de papier. Les affiches vantent le développement des techniques modernes, l’élevage et l’agriculture florissants. Mais l’ennemi à battre est omniprésent sur les affiches : on peut voir un Coréen poing levé vers une statue de la Liberté, un enfant en train de jouer menacé par l’Aigle Américain qui fond sur lui, des fusées qui s’abattent sur le Capitole. La propagande anti-américaine continue malgré la visite de Trump le 12 juin 2018.
Les spectacles de masse sont aussi un outil de propagande en faveur du régime : des milliers de participants s’entraînent pour créer des images successives avec des panneaux de couleurs qu’ils tiennent dans leurs mains. Souvent sont réalisés d’énormes portraits de la dynastie des Kim. L’idolâtrie démesurée, l’apparition du chef déclenche les pleurs de tous : militaires, jeunes, femmes diplômées .. Grâce à de nouveaux logiciels on peut analyser les photos montages envoyées par la Corée du Nord et détecter les images de propagande. Par exemple, la Corée du Nord a publié des photos truquées d’un retour de l’espace de deux Nord-Coréens. La propagande nord- coréenne a atteint la France car le parti communiste Juche en de France a vu le jour et compte 60 adhérents qui s’expriment sur les réseaux sociaux !
Que va-t-il se passer dans l’avenir ? Une nouvelle rencontre Trump /Kim Jong-un a eu lieu à Hanoi le 27 février 2019, mais la situation semble bloquée : chacun reste sur ses positions, la Corée du Nord exige le départ des Américains de la Corée du Sud et les Américains réclament la dénucléarisation de la Corée du Nord. M.S.