Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Littérature et psychanalyse
Version imprimable de cet article

Littérature et psychanalyse

Date : 17 juillet 2020

Le groupe, composé d’une vingtaine de participantes, s’est réuni une fois par mois chez Odile Scheid, jusqu’au mois de février. Les séances ont été interrompues par le confinement, qui nous a permis de vivre l’actualité redoutable de La Peste, objet de nos rencontres de l’an passé.
Après Camus, c’est grâce à Georges Perec et à son roman autobiographique W ou le souvenir d’enfance que nous poursuivrons notre double approche littéraire et psychanalytique de la problématique de la figure du père dans la construction du sujet.
En parallèle, une autre initiative a vu le jour :
"le thé du séminaire", devenu « le thé du confinement » durant la période exceptionnelle de la pandémie. Il s’agit d’une rencontre informelle et indépendante du groupe "Littérature et Psychanalyse" dans la mesure où il est tout à fait possible d’y participer occasionnellement et ponctuellement autour d’une tasse de thé. Elle devait avoir lieu un lundi par mois chez l’une ou l’autre des participantes et se mettre en place au mois de mars. Le confinement en a décidé autrement ... et « Le thé du séminaire » s’est déroulé en visio-conférence. Ces thés virtuels ont été
l’occasion d’échanges et de partages fort sympathiques où chacune a pu s’exprimer malgré quelques problèmes techniques. Ces rencontres conviviales, via Zoom, ont vraiment été bienvenues en ces moments si particuliers, espérant qu’elles soient bientôt le prélude à de vraies rencontres autour d’une tasse de thé !
Le 6 juillet nous étions 6 à concrétiser ce projet dans le superbe jardin d’Odile. Un nouveau décryptage du roman de Perec nous a permis d’avoir quelques clés de compréhension. Et nous avons ébauché le programme de l’an prochain autour de quelques prix Goncourt, avec l’ouverture psychanalytique des sujets abordés.

Anne Durantel et Marie-Pierre Simon-Koch