Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LILLE-FLANDRE > POUTINE AUTREMENT
Version imprimable de cet article

POUTINE AUTREMENT

Lieu par Madame Marina ANDRÉ

Date : 27 septembre 2018

Conférence « POUTINE AUTREMENT » par Madame Marina ANDRÉ

Nous étions nombreux, plus de 70 participants, à cette conférence dont le titre avait semble-t-il interpellé bon nombre de nos Lycéennes et de leurs invités, tous curieux, intrigués, inquiets de la personnalité de cet homme politique.
Notre conférencière, Marina ANDRÉ, Lycéenne du Club de Bretagne, donna le ton dès le début, souhaitant une soirée orientée vers les échanges et les discussions. Russe et n’ayant quitté le pays qu’à l’âge de 38 ans, elle nous a précisé qu’elle n’avait pas pour objectif de nous faire changer d’avis sur Vladimir POUTINE, mais qu’elle voulait essayer de nous faire mieux comprendre sa personnalité, son vécu, les raisons de ses décisions, ce qu’il apportait à son pays, les évolutions majeures qu’il mettait en place par rapport aux régimes précédents. Elle souhaitait nous aider à percevoir les raisons de la popularité de V. POUTINE auprès des Russes, leurs craintes d’envisager l’avenir après son départ.
« N’oubliez jamais, nous dit-elle, que POUTINE est russe, qu’il répond aux attentes du Peuple, qu’il ne cherche en rien à plaire aux autres nations, mais bien à faire en sorte que la Russie, ce petit pays (seulement 145 millions d’habitants) puisse jouer un grand rôle sur la scène internationale.

1-Sa vie personnelle  :
Vladimir POUTINE est né en 1952, 3ème enfant d’une famille de Saint- Pétersbourg, où il fait ses études. Sportif, il est très vite ceinture noire de judo et fait de l’aïkido.
Il rêve de devenir « espion » pour son pays et après des Etudes de Droit, on lui propose d’entrer au service des renseignements du KGB. Spécialisé en allemand qu’il parle couramment, il passe 5 ans en Allemagne de l’Est.
À son retour, il devient consultant à L’Université de St-Pétersbourg, puis travaille avec Anatoli SOBTCHAK, premier maire démocratiquement élu de St Pétersbourg, qui le nomme maire adjoint.
Peu connu lorsqu’il accède à ce poste, V. POUTINE est très vite apprécié pour son sérieux, il prépare et connaît parfaitement les dossiers qui lui sont présentés. C’est à cette époque que notre conférencière, Marina, le rencontre et travaille avec lui pendant plusieurs années.


Il est toujours très discret sur sa vie privée, marié puis divorcé, il a deux filles, et aurait refait sa vie avec une championne de gymnastique.
2- Vie Politique
Il monte rapidement les échelons, remplace À. SOBTCHAK destitué de son poste de maire de St Pétersbourg. Quelques temps après, à la grande surprise de tous, car encore peu connu dans le monde politique,Poutine est nommé par Boris ELTSINE premier ministre. Celui-ci le reconnaît comme son dauphin lorsqu’il démissionne en 1999. Rappelons qu’il sera élu pour la première fois à la tête du pays en 2000.
POUTINE est encore jeune, sportif, il ne boit pas. Les femmes russes sont sensibles à l’image de sécurité qu‘il donne, « pour elles, le mari idéal ».
Cet homme tranquille, courageux, fidèle envers ses collaborateurs, sait prendre une décision, tenir tête même aux Américains. C’est une « force tranquille » pour la Russie et les Russes, qui, malgré la persistance d’une certaine forme de dictature, apprécient sa lucidité , son modèle de concertation qui selon eux n’est pas domination. Il faut savoir, qu’en cas de négociation, si deux solutions s’opposent, V. POUTINE cherchera toujours à en proposer une troisième ! V. POUTINE écoute son peuple, quand il réforme il essaie d’en être le plus proche possible et il aime surprendre.

Pour nous Européens, il apparaît froid, énigmatique, il nous fait peur (reste de la guerre froide ancrée dans nos mémoires), et pourtant c’est un personnage empathique, charismatique selon les Russes.
Nous devons savoir que par définition, le Russe ne sourit pas, sauf s’il a de vraies raisons de rire, qu’il est souvent brutal dans ses relations, mais prêt à vous aider en cas de difficultés. V. POUTINE aime à faire des blagues, et ne manque pas de répartie.
Questions de l’auditoire :
V. POUTINE serait très riche ?
C’est fort possible répond notre conférencière, mais ce n’est pas le moteur qui le fait avancer et les Russes ne se posent pas la question.
POUTINE et l’Europe ? L’Europe n’est pas la priorité des Russes, bien qu’il « serait bon de ré-arrimer la Russie à l’Europe » selon Hubert VEDRINE. Les Russes ressentent trop d’arrogance dans leurs relations avec l’Europe, cela passe mal.

Pour POUTINE, l’Asie c’est l’avenir (même s’il y a un risque pour le pays d’être absorbé par eux). Ne pas oublier le rôle majeur des « Accords de Shanghaï »
Implication de la Russie dans les élections américaines ? Ceci est dérangeant pour la démocratie, certes, mais les Russes pensent qu’il s’agit plus d’arguments soutenus par certains Américains pour renforcer leur action contre le Président Américain
Opposition en Russie ? Il existe une opposition dans le pays, Alexeï NAVALNY, encore récemment emprisonné puis libéré, mais le pouvoir actuel reste verrouillé. V. POUTINE reste cependant très populaire dans l’ensemble de la Russie, auprès des Russes qui sont des patriotes, pas de nationalistes. POUTINE convient bien aux Russes qui redoutent son départ. Les Russes aiment la stabilité (ex : Pierre Le Grand, Catherine II, Staline)
Nous ne devons pas oublier dans nos analyses que le Russe est différent de nous, Français. Pour nous, une « idée » est une grande valeur, pour un Russe, si l’idée ne se transforme pas en action, elle sera nulle.
Le Russe à une culture collectiviste, et il n’est pas jaloux, de ce qui se passe
dans d’autres pays par exemple.
Moyen-Orient et Balkans  : La Russie joue actuellement un rôle majeur au
Moyen Orient, dans les différents conflits en cours. Il y a une différence entre leur politique de soutien aux musulmans (20 millions de musulmans en Russie pour 140 millions d’habitants) et les problèmes internes avec les Tchétchens à l’origine de nombreux attentats meurtriers dans le pays. POUTINE est actuellement le seul à soutenir les Chrétiens d’Orient.
Manque de liberté de la Presse  : C’est un vrai problème dans le pays. Les Russes sont méfiants, ne croient pas en leur presse, payée par les grands financiers. Ils préfèrent se référer à la presse occidentale.
Eglise : l’Eglise Orthodoxe est toujours en bons termes avec le pouvoir en place, plus proche souvent du pouvoir que du PEUPLE.
POUTINE serait croyant. Il tente souvent de communiquer sur les valeurs traditionnelles, conservatrices (fête de la famille, rôle de l’Eglise)
Système de santé  : manque majeur d’équipement, même si les médecins sont bons, dû à l’effondrement du système économique russe. La population n’a pas confiance dans son système de santé, en cas de problème dentaire, ils se rendent en Hongrie, où si cancer, en Israël.
Stratégie  : V. POUTINE se dit prêt à rechercher compromis et conciliation, à condition que les règles internationales soient en retour les mêmes à l’égard de son pays.

En conclusion, il semble bien comme l’a dit W. CHURCHILL que « si l’on veut comprendre la Russie, il faut connaître son histoire, sa géographie, l’âme russe et la volonté de ce peuple d’être une grande puissance, reconnue parmi les premières de ce monde » C’est ce que tente d’incarner V. POUTINE pour son pays et le rend là-bas si populaire, en revanche parfois mal perçu par d’autres pays qui n’ont pas compris ces différences de sensibilité.

CHRISTINE CASTELAIN ,VÉRONIQUE ISAERT