Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > GRENOBLE > Palais idéal du Facteur Cheval
Version imprimable de cet article

Palais idéal du Facteur Cheval

Date : 24 septembre 2019

Tant de choses à voir, à dire, à méditer dans cette stupéfiante construction, classée aux Monuments Historiques en 1969, considérée comme la première œuvre de l’art brut, honorée par de nombreux artistes au XXème siècle. Aussi pour vous faire revivre ou découvrir ce labyrinthe, je vous propose un cheminement au fil de l’alphabet.
A, comme St Amédée, évêque protecteur de Hauterives, honoré par une sculpture ; ou comme les quatre arbres, aloès, figuier, olivier et palmier, notes d’exotisme au cœur de la Drome.
B, comme sa fidèle brouette, sa ‘’compagne de peine’’, dans laquelle, le soir, il allait chercher les pierres repérées dans la journée.
C, comme étonnante construction et comme les nombreuses citations qui la jalonnent, ainsi que les cartes postales que le facteur Cheval fit éditer pour se faire connaitre.
D, comme déclic, lorsqu’il a trébuché sur une pierre d’une forme bizarre, ce qui lui a donné l’impulsion pour construire ce palais auquel il rêvait le long de ses tournées.
E, comme l’incroyable énergie dépensée pour accomplir ce projet pharaonique.
F, comme Joseph-Ferdinand Cheval, facteur pendant une quarantaine d’année, ce qui explique qu’on le connaisse sous le nom de : Facteur CHEVAL.(1836-1924)
G, comme les trois Géants, Archimède, Vercingétorix et César, symboles de l’éclectisme de notre artiste.
H, comme humilité, valeur qu’il revendique dans son dur labeur en bravant « le temps, la critique, les années ».
J,K, L, comme liberté d’expression.
M comme la mort qui a durement éprouvé cet homme ; Il perdit sa mère à l’âge de 11 ans, puis son père, sa femme, un fils et sa très chère Alice de 15 ans. Au fil des parois, le promeneur peut lire de nombreuses réflexions sur la mort, la fuite du temps, dont celles-ci : « ce n’est pas le temps qui passe mais nous » « les morts ne sont pas des absents mais des invisibles »
N comme la nature qui l’a tant inspiré. Au début, il aurait aimé appeler sa construction le ‘’Temple de la Nature’’.
O, comme opiniâtre. Au coin des façades Est et Nord, il a écrit ; « Que plus opiniâtre que moi se mette à l’œuvre »
P, comme les paradoxes de cet homme qui revendique à la fois la force et la grandeur de son œuvre, et la simplicité de son labeur.
R, comme « le rêve d’un paysan », un « palais des fées »
Que de richesses, d’imagination et de travail !
S, comme les Sources de la Vie et la Sagesse, sur la façade Est, qui donnent à son Palais son caractère philosophique
T, comme ses tournées quotidiennes de 32 kms.
U, comme unique et universel, l’homme et l’œuvre.
V, comme vie ou volonté, deux clés essentielles du personnage.
« A la source de la vie j’ai puisé mon génie » « En créant ce rocher j’ai voulu prouver ce que peut la volonté »
X, Y, Z, des énigmes à découvrir …
Cette visite, partagée avec cinq lycéennes lyonnaises, se prolongea fort agréablement par un déjeuner chez la présidente du club de Lyon. Thérèse et Bertrand Woestelandt nous ouvrirent toutes grandes les portes de leur propriété et nous réservèrent un accueil des plus chaleureux.
Dans l’après midi, nous avons découvert un univers très différent, à Saint Siméon de Bressieux, en observant l’impressionnante façade d’une ancienne usine de soierie, rachetée dans les années 80 par les usines Peugeot, explications qui complétaient fort bien la conférence sur ‘’les ouvrières de la soie’’
24 . 09 . 2019
L.B.