Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Version imprimable de cet article

ROLLON

Date : 14 novembre 2019

Rollon le chef viking qui fonda la Normandie Conférence de monsieur Pierre BOUET maitre de conférences honoraire
Rollon (Ralf), premier duc de Normandie (911/933) n’est pas le premier chef viking venu dévaster l’ouest de la France. Nous disposons de peu d’informations sur lui et les sources sont pour l’essentiel en latin : L’Historia Normannorum, (994 et 1020) de Dudon, chanoine de St-Quentin, texte, commandé par le duc Richard 1er et achevé sous Richard II. Difficile à traduire, il est seulement accessible aux fins latinistes. Les sagas islandaises, de forme poétique, elles ont été rédigées aux XIIIème et XIVème siècles. Considérées comme tout à fait fiables, elles reposent sur la tradition orale transmise de génération en génération. Celle du roi Harald à la Belle chevelure (v.850-933), a été écrite plus de deux siècles après sa mort.
Les raids vikings : Le terme "viking" signifie tout homme, marin, qui part en expédition. Ils ont atteint d’autres pays que la France. Les Suédois ont suivi les grands fleuves russes jusqu’à Constantinople devenant protecteurs de l’empereur. L’empire byzantin a désigné sous le nom de "Varègues" ces hommes qui ont fondé l’Etat de la Russie, la ville de Novgorod. Les Norvégiens sont allés vers l’ouest, l’Islande, le Groenland qu’ils ont peuplé et la Baie du St-Laurent. Les Danois ont envahi l’Angleterre puis nos côtes ; rejoints par les Norvégiens, ils ont atteint les villes côtières puis remonté les fleuves et pillé de grandes villes comme Orléans. Aucune n’est sortie indemne d’un siècle de raids.
Trois grandes phases : De 790 à 850 : intérêt exclusif pour les esclaves, l’or et l’argent des églises (ostensoirs, calices, vaisselle…fondus pour en récupérer le métal précieux. De 850 à 890, ils cernent une abbaye ou une ville le métal précieux ayant disparu, ils exigent le versement de tributs contre leur départ. De 890 à 930 ils cherchent des terres pour s’établir et coloniser la région.
Pourquoi ces raids ? Pour l’appât de l’or et du gain : Le contenu des trésors cachés, retrouvés aujourd’hui, renseigne sur leur parcours. Ils utilisaient à leur profit les esclaves mais en vendaient aussi aux émirs arabes d’Afrique du Nord (c’est le cas de l’évêque de Lisieux). À cause du renforcement du pouvoir central en Scandinavie : l’objectif est, pour ces hommes épris de liberté, de revenir plus forts et plus riches, avec le pouvoir de récupérer leurs domaines. Le sentiment des pays scandinaves d’être agressés par les Francs de Saxe est fort : au IXe s. les Danois construisent pièges et muraille pour se protéger des Francs. Raids terribles face à la violence de Charlemagne. Mais aussi ils profitent des guerres intestines entre les petits-fils de Charlemagne, après le partage de Verdun en 843. Charles le Chauve reçoit la Francia occidentalis. Lothaire la Francia Media, Louis Le Germanique : la Francia orientalis. S’ensuivent cinquante années d’opérations militaires. Ils pensent être "les bras armés de Dieu" ; les Francs sont châtiés car "ils ont suscité la colère de Dieu pour n’avoir pas respecté les préceptes d’une vie authentiquement religieuse". Ils fuient la surpopulation La liberté des mœurs (libido) est considérée comme l’origine de la surpopulation. "Les fils se révoltent contre les pères et exigent leur part d’héritage". Pratique migratoire du "Ver Sacrum" issue de l’Antiquité italienne : Lors d’une calamité, pour regagner la bienveillance des dieux on leur consacrait les enfants nés au printemps suivant. Devenus adultes ces enfants, placés en dehors de la communauté, devaient créer un nouveau peuple ailleurs.
Caractéristiques des raids : le 1er est documenté en 841, mené par Oskar. Jumièges est détruite, Paris brûle. De 15 jours ils prennent 2 ans et plus. De 13 navires et 1000 hommes ils passent à 700 navires et 40 000 hommes au 4ème siège de Paris (885-887) dont Eudes, comte de Paris (père d’Hugues Capet) et l’évêque Gozlin furent les héros. Les zones de pillage sont élargies. Les seules villes fortifiées sont alors Lens, Reims, Saint Quentin et Orléans mais pas Paris dont le siège va durer plus d’un an.
Rollon, né en 860, fils d’un duc de Dacie et surnommé "Ralf Gagner", "le marcheur", car aucun cheval ne pouvait supporter sa taille de géant, est chassé de Norvège par jugement du roi pour actes de pillage. D’une île il passe en Angleterre puis les Flandres pour rejoindre nos côtes. Tout ce qu’il a fait avant d’être converti est vu différemment après sa conversion. Par Dudon on sait qu’il mène des raids en Frise et en Hainaut, arrive dans la vallée de la Seine, s’établit à Rouen en 876 et devient le protecteur du peuple de cette ville. Il participe au siège de Paris, assiège par 3 fois Bayeux où il "rencontre" Poppa, fille du comte Bérenger, qui devient sa "frilla", épouse "more danico" en 890. Après un séjour en Angleterre, il pille le centre de la France pendant 30 ans puis subit une défaite devant la ville de Chartres le 20 juillet 911.
Le roi carolingien Charles le Simple décide alors de lui envoyer Francon, archevêque de Rouen, pour négocier le traité de Saint-Clair-sur-Epte (911) : Le roi donne aux Vikings une terre qui s’étend "de l’Epte à la mer", Evreux, Rouen et Lisieux sont données à Rollon, à qui le roi propose aussi sa fille Gisèle en mariage mais aussi demande le lien d’amicitia, sorte de serment de vassalité avec soutien militaire. Rollon qui veut l’indépendance apprécie peu cette clause et demande plus : une terre à piller ; après son refus du comté de Flandres, inondable, il accepte la Terra Brittanica (de la Touques au Quesnon), sur laquelle lui et les siens, profitant des autres invasions vikings déstabilisantes, vont accroître leur territoire vers Avranches et Coutances et s’étendre dans le Bessin jusqu’à Bayeux.
Rollon fait face à des chantiers considérables pour une intégration rapide. Il comprend que pour garder cette terre lui et ses hommes doivent se faire baptiser, abandonner coutumes et croyances ancestrales, ne plus s’exprimer en Norrois (Dudon rapporte qu’à Rouen en 930, on ne parlait plus cette langue des Danois et des Norvégiens). Pour l’abandon des croyances ce ne fut pas si facile : L’évêque de Reims répondant à celui de Rouen : "N’oublie pas que les grands convertis ont eu besoin de temps. Et c’est vrai aussi pour les Vikings. Il faut que tu considères les vikings comme des petites fleurs fragiles"
Vocabulaire vestige : vague, flot, nez, raz, crabe, crique, varech, flotte, quille, hauban etc.…noms et mots terminés en mare, delle, londe, acre etc.
La paix de la charrue : La loi s’impose, la justice ducale est fulgurante et impitoyable. La défier, c’est la mort. En imposant l’autorité absolue du duc au peuple normand composé de populations différentes (Viking, indigène, Bretons, Frisons, Saxons etc.), Rollon, ou son fils après lui, proclame la Paix de la Charrue. Grâce à ce souci d’intégration, rétablissement de la paix publique.
Indépendance du « "regnum" : Dix ans après le traité de Saint-Clair-sur-Epte, la Normandie, havre de paix, redevient riche. Plus aucun viking n’ose s’y aventurer, cela mène à son expansion. Sous l’influence de l’évêque Francon, création des évêchés de Bayeux/Sées en 924, et de Coutances/Avranches, en 933. Mais, en ayant perdu Coutances, Avranches et Sées, Rouen n’est plus archevêché et cela va le pousser à la reconquête…
Rollon mort vers 932, à 70-75 ans est inhumé dans la cathédrale de Rouen mais, dès 927, son fils Guillaume Longue épée a rendu hommage au roi.
Questions diverses :
A propos de l’origine de Rollon : Danois ou Norvégien ? En 911 le débat n’était pas clos et toujours très animé. Aujourd’hui on prend plus au sérieux les Sagas et on le pense norvégien.
Le titre de Rollon ? Il est duc dans son pays, ce que Dudon traduit par le terme dux, Dux Normanum. Quand il arrive en Normandie il est encore duc, puis devient comte de Rouen, puis comte de tous les normands. Il ne peut pas devenir duc au sens français du terme, il est "comes". On pense aujourd’hui que l’archevêque Francon n’a pas existé en tant que tel. Dudon aurait fait le choix d’appeler tous les archevêques du nom de Francon, qui signifie l’archevêque Franc. A.L’H