Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > GRENOBLE > Rencontre avec Michelle Tourneur " La folle ardeur"
Version imprimable de cet article

Rencontre avec Michelle Tourneur " La folle ardeur"

Date : 28 janvier 2020

C’est avec un plaisir toujours renouvelé que nous retrouvons la romancière, Michelle TOURNEUR, venue nous parler de son dernier roman, "La folle ardeur"
Comme chaque fois, la magie opère en cet après après-midi mélancolique et poétique, grâce au charme de la conteuse aux yeux clairs et à l’accueil chaleureux de Marie Françoise. Pour peu, on se croirait dans un salon littéraire du XVIIIème siècle. Entre littérature peinture et musique, nous côtoyons la beauté à l’état pur, la création dans ses méandres les plus secrets.
C’est à une valse à trois temps que nous sommes conviées, entre George Sand, Chopin et Delacroix...
"J’aime d’amour ces trois génies avec qui j’ai vécu pendant 40 ans" telle est la déclaration liminaire de l’écrivain. Elle donne le ton de l’exposé.
De 1830 à 1848 nous suivons ces personnages de Nohant à Paris, à travers des échanges épistolaires révélateur et des anecdotes pleines de sensibilité et de pittoresque. Tout commence vraiment en 1834 avec le portrait de l’auteur de Consuelo commandé à Delacroix par l’éditeur Buloz. George Sand sort d’une passion dévorante et déchirante avec Musset. De désespoir, elle a sacrifié sa magnifique chevelure qu’elle a envoyée en signe de deuil à son ancien amant. Et c’est le visage ravagé, bouleversant, de celle qui dit avoir "l’air bête et vieux" que représentera ce peintre très contesté, en butte à la vindicte des petits et des envieux. Ce portrait sera retouché par Calamata, à la grande fureur de Delacroix !
George Sand saura apprivoiser le peintre, attiré par le couple improbable que forment cette femme passionnée, solide, brune aux yeux noirs et l’être blond, éthéré et fragile qu’est Chopin. En fait c’est la musique et les 24 préludes (ordonnés selon les 24 tons de la gamme) qui constitueront le lien à la fois fort et ténu entre ces 3 êtres d’exception.
Pour ces deux princes, raffinés et complices, G. Sand sera à la fois : initiatrice, amante, protectrice, conseillère et soignante. Elle induira, grâce à la propriété de Nohant qui est aussi un ancrage, tendresse et complicité. La musique et la peinture, en écho, refléteront bruissements et miroitements, fulgurances aussi.

Mais les maux de gorge de Delacroix, la phtisie de Chopin, la rivalité entre Maurice (le fils) et Chopin l’amant, le pouvoir de séduction de Solange (la fille) vont altérer cette belle harmonie. Ces êtres d’une sensibilité à fleur de peau, "bilieux et nerveux" supporteront mal les affres d’une relation complexe, à l’équilibre précaire.
Si George Sand a su, par son ardeur et son énergie, préserver et protéger tous ceux qu’elle aimait, il arrive un temps où ses amours lui échappent…
Héritière d’une étrange transaction entre sa mère et sa grand-mère à qui elle a été "cédée", elle porte en elle, l’héritage du sang bleu de l’aristocratie et du sang rouge du peuple, qu’elle défendra inlassablement.
Personnage séduisant et hors normes, elle mène un combat incessant pour la liberté : liberté de la création, la liberté des moeurs, la liberté des femmes.
Remarquable écrivain, c’est aussi une vaillante guerrière d’un courage et d’une opiniâtreté exemplaires, qui mériterait tout à fait d’être l’héroïne du tableau de
Delacroix : "La Liberté guidant le peuple"

D. VDB-28.01.2020