Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > VISITE de l’IMEC
Version imprimable de cet article

VISITE de l’IMEC

Date : 22 novembre 2018

Visite avec Elvire Lilienfeld
Association à but non lucratif régie par la Loi de 1901, l’IMEC a été créé en 1988 avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication lorsque certains éditeurs, très souvent sollicités par des chercheurs, s’interrogeaient sur la gestion de leurs archives, qui posaient un problème d’accessibilité. L’éventualité d’une crue centennale à Paris, car leurs locaux étaient souvent proches de la Seine, leur fit prendre conscience de la nécessité de déménager ces écrits. Que garder ?
L’IMEC leur propose de les inventorier – conserver –préserver – valoriser – ouvrir à la recherche et transmettre.
D’autres éditeurs, les différents métiers et acteurs de la vie du livre et de la création contemporaine, les auteurs ou leurs ayants droit, viennent les rejoindre. Dans l’institut, d’abord situé 25 rue de Lille à Paris, la place vient à manquer. En 1995 OLIVIER CORPET, un des créateurs de l’IMEC et son premier directeur, vient assister à un colloque à Caen, accompagné d’un représentant des Editions de Minuit. Sa rencontre avec le sénateur René Garrec est déterminante ; le Conseil régional de Basse-Normandie l’invite à implanter les collections et les activités de son institut tout près de Caen, dans un très beau site en restauration : l’ABBAYE d’ARDENNE
En 1996 les travaux d’aménagement pour son implantation débutent, financés par le Conseil Régional de Basse-Normandie et l’État, par le biais de la DRAC Basse-Normandie. BRUNO DECARIS, architecte en chef des Monuments historiques, collabore avec l’IMEC pour transformer en bibliothèque l’abbatiale. La voûte en bois, construite au XIVe s. après l’écroulement de la voûte de pierre qui fit 23 victimes, a été restituée ; ses immenses clés ont été copiées de croquis du XIXe mais deux sont des créations de Bruno Decaris. Les bois utilisés pour les tours intérieures (qui cachent les escaliers) sont exotiques, le chauffage central, très régulé est au sol. C’est un lieu où le chercheur doit trouver la sérénité.
Cette bibliothèque, qui a ouvert ses portes en octobre 2004, est d’acquisition. Les 55 000 ouvrages accessibles ne sont qu’une infime partie des imprimés contenus dans le fonds. Les archives couvrent une période allant de 1840 à nos jours mais peuvent être antérieures si elles font partie des collections d’un auteur. Elles occupent 44 millions de feuillets, représentent 27 kilomètres de linéaire, sont rangées dans 120 000 boîtes. Les 650 titres de revues (vivantes ou mortes) sont accessibles au deuxième étage.
Malgré la politique de numérisation, 97 % sont sur papier. Trente sept personnes travaillent à temps plein à l’abbaye, dont un cuisinier car les lecteurs venus de l’étranger peuvent loger dans une des 15 chambres de la résidence de recherche située dans les bâtiments de la cour. Trois auteurs sont actuellement en résidence culturelle, dans un espace majoritairement francophone.
Il faut une accréditation de recherche pour venir travailler dans ces locaux mais on peut interroger le Portail des éditions chaque jeudi, à 10 h sur le net où une émission résulte actuellement du travail sur le fonds Althusser. L’accès aux archives numérisées est gratuit et représente 15 millions d’heures consultables. L’institut est indépendant des Archives Départementales mais des liens entre les deux organismes qui ne se font pas concurrence se sont créés, ils peuvent se compléter.
Fin 2015 voit la fin d’une deuxième tranche de travaux ; la grange aux dîmes, les bâtiments entourant la grande cour de ferme et l’abreuvoir sont dédiés aux différentes manifestations et résidences. La salle d’exposition, inaugurée en décembre 2016, marque la fin de la troisième tranche de rénovation qui concernait les étables, la Porterie Saint-Norbert et la Porte de Bayeux.
En rassemblant les richesses de la vie littéraire et culturelle du milieu du XIXe à nos jours, l’abbaye d’Ardenne a retrouvé, après plusieurs siècles et demi abandon, le rôle de pôle intellectuel qu’elle jouait avant la Révolution française.
Les activités bénéficient du soutien du Ministère de la Culture et de la Communication par le biais de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles de Normandie) et du Conseil régional de Normandie. S’y ajoutent des ressources propres provenant des services payants rendus aux éditeurs, du mécénat, de la privatisation payante des lieux (pressoir et grange).
Les quelques 700 fonds et collections sont riches de pièces exceptionnelles, souvent inédites, montrées à la faveur d’expositions dans le sein de l’IMEC ou ailleurs (certaines archives figurent dans l’exposition Cubisme du Centre Pompidou). Ils sont classés en quatre catégories :
* Les fonds d’éditeurs : C’est une collection rare et précieuse, alimentée par Albin Michel, Le Seuil, La Découverte, L’Arche, La Sirène…. Le fonds Hachette, par exemple, est le seul du monde à être classé "Archives historiques.
* Les fonds d’auteurs : Ecrivains (Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet …) ; historiens (Georges Duby…) ; sociologues (Edgar Morin…) ; philosophes (Louis Althusser…) ; metteurs en scène de théâtre (Michel Vinaver…) ; cinéastes (Patrice Chéreau, Eric Rohmer…) ; artistes (le peintre-graveur Jean Hélion…) ; photographes (Gisèle Freund…) ; psychanalystes, ethnologues etc. La majeure partie de la pensée créative contemporaine est là.
* Les fonds de revues et les fonds de presse : Revue Esprit, Revue des deux Mondes, annales politiques et littéraires, Jardin des Modes, Art Press, Le Figaro etc. Dans l’Ina-THEQUE :12.000.000 heures de documents radio et télévision, 13.000 sites web multimédia archivés, 34.000 titres de cinéma
* Les fonds d’associations et d’institutions : Académie Universelle des Cultures, Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, PEN Club, Union des écrivains...
Le contenu de ces archives est en libre accès sur réservation, après demande d’accréditation de recherche, soit pour la bibliothèque sur le livre et sur les archives, soit pour celle d’étude des fonds d’auteurs, soit à la grande collection de revues dans les domaines littéraires, artistiques, sociologiques et éditoriaux.
"Mémoire vive du livre, de l’édition et de la création, ce patrimoine culturel contribue au développement des recherches scientifiques sur la vie littéraire, artistique et intellectuelle contemporaine, ses créateurs et ses médiateurs, ses réseaux et ses institutions, son économie et ses productions. Grâce aux apports et aux dons de particuliers, d’entreprises ou d’institutions, l’IMEC permet à un patrimoine privé, et largement inédit, d’être ouvert à la recherche dans le cadre d’une mission publique d’intérêt scientifique. Il assure ainsi une mission de médiation entre la communauté des chercheurs et celle des déposants et ayants droit". B.F.