Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > VISITE des EDITIONS OREP
Version imprimable de cet article

VISITE des EDITIONS OREP

Date : 11 janvier 2018

Nous sommes reçues par Monsieur Grégory Pique, leur directeur, dans le showroom des Editions OREP à Nonant près de Bayeux. Ces Editions sont une entreprise de 12 personnes réparties entre la direction et les différents services : ceux de relecture et de graphisme, le commercial, la comptabilité, la logistique, et le showroom. Créée en 1987 par Philippe Pique, la société OREP (Organisation, Régie, Edition, Publicité) réalisait initialement des revues municipales et touristiques. Depuis 1994 l’édition a pris une place prépondérante, le succès a imposé l’agrandissement de la surface de stockage. Chaque année, les 50 à 60 ouvrages édités sont aussi bien des fascicules d’une trentaine de pages que des livres de 300 pages. Histoire et patrimoine de la Normandie, tourisme, nature et gastronomie constituent la ligne éditoriale des Editions OREP. Quelques romans historiques sont également édités. Les Editions travaillent avec environ 300 auteurs (universitaires, journalistes, amateurs passionnés d’histoire) ; Michel de Decker fait partie de ceux qui font appel régulièrement aux Editions OREP.
La première étape est l’acceptation ou le refus du manuscrit proposé. Si le manuscrit est accepté, deux personnes le relisent, en vérifient l’orthographe, la ponctuation, suggèrent à l’auteur de nouvelles formulations, des coupures ou des approfondissements. Ce travail dure environ 1 mois. Puis vient le travail de la mise en page, c’est l’ossature du livre. Il faut déterminer le nombre de pages, l’organisation du texte, les paragraphes, les marges, l’emplacement des illustrations lorsqu’il y en a … Ce travail dure entre 1 et 2 mois et nécessite de nombreux échanges avec l’auteur. L’impression ne s’effectue pas sur place, les Editions OREP traitent en France avec des intermédiaires, dont la fonction consiste à faire imprimer à l’étranger, en Espagne par exemple ou dans les pays de l’Est. L’ouvrage imprimé revient à Nonant trois à quatre semaines plus tard. Un livre à couverture souple sera imprimé plus vite qu’un livre à couverture rigide.
Ensuite vient l’étape de la diffusion : deux commerciales rendent visite aux libraires, maisons de presse et musées pour promouvoir l’ouvrage. Les Editions OREP ont environ 1500 clients en Normandie. Pour terminer le cycle de l’œuvre, la distribution (acheminement des livres vers les points de vente) est assurée par quatre transporteurs différents.
Entre le moment où un auteur vient présenter son manuscrit à l’éditeur et la sortie de l’ouvrage sur le marché, il se passe environ un an. Les Editions OREP assurent une possibilité de retour aux revendeurs qui peuvent ainsi renvoyer les invendus (ce qui n’est pas souhaitable pour l’éditeur, bien sûr). Deux ans après sa publication un ouvrage peut être soldé et les livres sont rarement envoyés au pilon (détruits). On parle du succès d’un livre quand, par exemple, deux mille exemplaires sont vendus en 3 mois. L’ouvrage est alors réimprimé. Un auteur peut être satisfait quand tous les exemplaires édités sont vendus en 2 ans, ou moins...
60% du prix du livre sont absorbés par les frais de diffusion et de distribution ! Les 40% restants se partagent entre différents pôles : 15 % pour l’impression, 15 % pour la relecture, moins de 10% pour l’éditeur, entre 5 et 10 % pour l’auteur. Quand certains ouvrages sont traduits en langue étrangère, cela occasionne des frais supplémentaires car traduire 200 pages coûte 4000 à 5000 euros. C’est l’éditeur qui fixe le prix du livre, mais il respecte le prix du marché et ne peut pas décider d’un prix trop élevé !
Les Editions OREP éditent aussi des Bandes Dessinées mais assez peu, en comparaison avec les autres ouvrages, car les coûts d’édition de la BD sont importants : il faut salarier un dessinateur, parfois pendant plus d’un an. De plus, la concurrence est grande : environ 3500 BD sortent par an en France.
Mr Pique nous fait monter à l’étage où se trouvent la salle de relecture et celle où travaillent les graphistes. Il évoque les problèmes liés à l’usage de photos : toute photo ne peut être publiée sans l’autorisation de son auteur et le paiement de droits souvent très importants. Certaines photos, vendues trop cher, amènent parfois l’éditeur à abandonner son projet. Nous terminons la visite par l’immense hall de 1000 m2 où sont stockées 1400 palettes d’ouvrages et où sont préparées les commandes avant le transport. Ce hall n’est pas chauffé mais il est bien ventilé car le livre craint l’humidité.
Après avoir remercié chaudement Monsieur Grégory Pique pour son très aimable accueil et ses explications claires et très nombreuses, nous nous attardons dans les rayons du spacieux showroom où les ouvrages, très tentants, sont exposés et proposés à la vente, bien décidées à revenir et prendre le temps d’y faire de bons choix. M.S.