Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > CAEN-NORMANDIE > VISITE de LA CHIFFO
Version imprimable de cet article

VISITE de LA CHIFFO

Date : 27 octobre 2016

Historique
Le Secours Catholique collecte des vêtements depuis des décennies. Dans les années 80, victime de son succès, il se trouva submergé de dons, d’où l’idée d’un partenariat avec une association voisine, gestionnaire d’un foyer d’hébergement pour femmes en difficulté et recherche d’emploi : l’association “Itinéraires”. L’idée était de créer une structure pour employer ces personnes à re-commercialiser une partie des dons en les triant, pour les sélectionner, avant de les réparer, préparer et présenter à la vente. C’est ainsi qu’est née en 1994, La Chiffo. D’abord installée rue Laumonnier à Caen, près de l’Université, elle occupe désormais l’ancien garage Volvo, 7 rue de Trouville, près de la demi-lune.
Statut et Fonctionnement de La Chiffo
C’est une association loi 1901, contrôlée par un bureau gestionnaire ACIADES (Association pour le développement de Coopérations, d’Initiatives et d’Activités Durables Economiques et Sociales) dans lequel notre Past-Présidente Chantal remplit la fonction de Trésorière. Elle a ainsi pu nous organiser cette visite.
La Chiffo a obtenu le statut d’Atelier Chantier d’Insertion dont l’objectif principal est de favoriser le retour à l’emploi. Elle accompagne aujourd’hui 49 salariés dans leur insertion professionnelle, encadrés par 4 salariés permanents : - une conseillère d’insertion, - un responsable logistique contrôlant entrées et sorties, - une responsable commerciale et - une responsable technique-qualité en charge des divers ateliers (triage sélectif, “visitage”, lavage-buanderie, couture, repassage, codage).
La Chiffo est conventionnée par la DIRECCTE Normandie (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) et reçoit de ce fait des subventions de la part du Fonds de Solidarité Européen, du Conseil Général, et principalement de l’Etat. Grâce à quoi elle n’est autofinancée qu’à hauteur de 30%.
Les candidats stagiaires sont majoritairement des femmes. Leur sélection est fonction de leur projet professionnel, sous réserve d’une stabilisation sociale acquise : logement/garde d’enfants/compréhension du langage. Les candidats retenus sont embauchés en contrat aidé, salariés en CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion) durant un maximum de 24 mois. Pendant leur séjour (durée moyenne de 12 à 18 mois), ils sont formés au travers des divers ateliers techniques avant d’être éventuellement affectés à la vente en magasin à partir du 4ème mois. Ils doivent toujours assurer une “production”. Ils ont également accès, grâce à la conseillère d’insertion, à divers outils de communication avec les entreprises, pour apprendre de façon ludique à répondre à une offre d’emploi, ou à proposer une candidature spontanée. En parallèle, greffée sur la Chiffo, l’association “La cravate” les aide à rédiger un CV, à se présenter en entretien d’embauche, y compris pour le choix de la tenue vestimentaire. La conseillère d’insertion fait lien entre eux et divers partenaires locaux : Pôle Emploi, Conseil Général, Plan Local d’Insertion Emploi (P.L.I.E.), Mission Locale, centres de formations, entreprises d’insertion du bassin caennais, association “Tissons la solidarité”, Chantier École.
A l’issue du séjour à La Chiffo, 60% d’entre eux doivent, soit intégrer une formation professionnelle qualifiante, soit avoir trouvé un emploi (aide à la personne, petite enfance, repassage, formation à la buanderie en hôtel, ménages, conduite d’engins élévateurs, intérim). Cette obligation de résultats est un couperet car il conditionne, pour La Chiffo, l’obtention des subventions.
La collecte
Les vêtements féminins représentent 80% des dons de textiles.
Les points collecte Chiffo
Ce sont :
- les containers dédiés (logo La Chiffo) situés intra-muros dans les lieux publics de l’agglomération Caen la Mer. Sur les 120 containers de l’agglomération La Chiffo en collecte 62, ce qui en 2015 a représenté 327 tonnes, soit près d’une tonne par jour.
- les antennes du Secours Catholique
- la boutique Chiffo, 7 rue de Trouville
- le Lions Club Caen-Doyen
La Chiffo collecte non seulement les textiles (vêtements/linge de maison) mais également les chaussures, la bagagerie et les meubles ; en revanche, l’électro-ménager, les luminaires, les livres, les lunettes, les jouets, la vaisselle, les bouchons sont réorientés vers d’autres associations, régionales ou nationales.
Les autres points de collecte ne concernant pas La Chiffo
Les containers situés sur des terrains privés (ex. parkings de grandes surfaces) sont collectés par d’autres organismes de recyclage textile, comme le Relais.
La filière du recyclage textile
Ce qui n’est pas re-commercialisable est orienté vers le partenaire Cobanor Tritex, filière régionale de recyclage.
En France, sur un flux de 600 000 tonnes de textiles, 195 000 tonnes de textile reviennent au recyclage ; 27% servent à fabriquer des chiffons industriels à coton majoritaire ; 5% partent en effilochage, pour être mélangés avec de la matière synthétique puis passés au four et devenir des panneaux d’isolation thermique/phonique en laine textile utilisés dans les constructions BBC. Cette filière est actuellement menacée du fait de la multi-composition des nouveaux tissus qui deviennent des “déchets ultimes”, c’est à dire non recyclables.
Du Tri à la boutique solidaire La Chiffo
Plusieurs étapes se succèdent entre la collecte et la mise en boutique Chiffo des articles sélectionnés :
- un premier tri, visuel et rapide, concerne l’aspect et l’état général. Les textiles sales, tachés, portant une odeur ou présentant des défauts majeurs (bouloché, blanchi, déchiré) sont orientés vers Cobanor Tritex, la filière de recyclage. Les textiles retenus sont étiquetés “T” suivi du prénom de la personne qui les a triés.
- un contrôle qualité où les textiles sont réexaminés plus attentivement, à l’endroit comme à l’envers, pour une nouvelle sélection. Seulement 15 à 17% des vêtements collectés sont ainsi retenus pour re-commercialisation. En présence d’un défaut mineur, lors de ce “visitage”, ils sont étiquetés “V” suivi du prénom de la personne en charge, et orientés “braderie”.
- en l’absence de tout défaut, ils passent au codage en fonction des tendances (couleur et forme) de la mode, actualisées tous les 6 mois grâce à une coopération avec l’association nationale “Tissons la solidarité” de Christian Lacroix.
- si nécessaire, ils passent en “revalorisation” : lavage, couture.
- ils sont enfin tous repassés à la vapeur, sur des tables professionnelles avec aspiration et soufflerie (5 000 €/table) ce qui en outre les stérilise, avant d’être proposés à la vente.
- ils sont alors mis sur cintre et classés en 4 gammes : bas de gamme, moyenne gamme, haut de gamme et luxe, auxquelles correspondent une échelle de prix, pour être étiquetés avec mise en place d’un antivol. Le coût d’un “top” par exemple va de 8 à 15 € en fonction de cette gamme. Le cintre est muni de l’index taille correspondant au vêtement. Les vêtements en boutique sont placés sur des portants et classés par couleur.
Après 3 semaines en boutique, les invendus sont soldés à -60% puis sont orientés vers la braderie.
Braderie
Elle a lieu 1 fois par mois les jeudi et vendredi, avec réassortiment permanent, et fonctionne à prix unique : 1,20 € par pièce
Ventes Thématiques
Plusieurs ventes spéciales émaillent l’année :
- fourrures et cuirs
- Noël pour les tenues à paillettes
- linge de maison en janvier
- déguisements/carnaval en février
- ski
- vintage
L’atelier retouches-couture
Il est ouvert à tous pour ourlets, ceintures, dépose/pose de fermetures éclair, poignets, manches, boutons… à des tarifs compétitifs.
Visite
Nous avons été accueillies par Benoît, responsable de la logistique, et par Nathalie, responsable des ateliers.
Nous avons fait le tour de tous les postes de travail. Nous avons pu vérifier la sélection des seuls vêtements “zéro défaut”, aperçu de très jolies “affaires à faire”, jeté un œil dans l’impressionnant entrepôt de stockage des vêtements hors saison, ou réservés aux braderies, et de meubles à “customiser” pour les faire revivre. La visite s’est terminée dans la boutique autour des meubles, bibelots, vaisselle, et surtout des cabines d’essayage.
Compter environ 10 € pour une veste et 20 € pour un manteau. M.Th. B


Vous cherchez quelqu’un pour Repassage/Ménage à domicile en CESU :
Contactez la conseillère d’insertion à la Chiffo - 7 rue de Trouville - Caen