Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Visite de l’exposition « vitrail d’entreprise »
Version imprimable de cet article

Visite de l’exposition « vitrail d’entreprise »

Date : 6 décembre 2019

Visite de l’exposition « vitrail d’entreprise », le Vitrail en lien avec le commerce et l’industrie à la Chambre de commerce et d’industrie de Troyes
C’est au cours d’un intéressant parcours parmi les vitraux civils ou religieux créés pour le commerce et l’industrie, que notre conférencière, Marina, nous en a fait découvrir plusieurs aspects méconnus.
Ainsi, la Cathédrale de Chartres dispose de 47 vitraux offerts par les différentes corporations de métiers tels que menuisiers, sculpteurs, maçons, merciers (pour l’anecdote on les appelaient « marchands de tout et faiseurs de rien »), boulangers, apothicaires etc…
C’est la période où les vitraux sont très recherchés et où les ateliers de maîtres-verriers fonctionnent comme de petites entreprises. Les vitraux civils, plus particulièrement réservés aux hôtels particuliers, apparaissent en rondel ou en haut de fenêtre, notamment au Palais Jacques Cœur de Bourges avec « le Galée » représentant un bateau, seul rescapé des 6 vitraux initiaux.
Puis après une phase de désaffection, le vitrail revient en force au XIX° siècle : Ainsi, à l’usine Bénédictine de Fécamps avec son vitrail « la renommée » qui apparait comme l’ancêtre de la publicité. C’est l’époque où les commandes affluent : Les Hauts-fourneaux de Pont-à-Mousson près de Nancy, passent commande au maître-verrier Jacques Gruber de 9 grandes verrières de 7m. Ces vitraux ont peu de couleur et sont parfois gravés à l’acide afin de donner un aspect de relief. Ce dernier crée également pour la salle de réunion de la Chambre de Commerce de Nancy, un vitrail selon une technique particulière, le verre dichroïque, qui permet un changement de teinte en fonction de la lumière et de sa direction : C’est une sorte de kaléidoscope.
D’autres Chambres de Commerce - Montpellier, Paris - et des grands magasins commandent des verrières : Ainsi aux Magasins Réunis à Troyes (actuellement la FNAC) avec une CIVE au centre selon une technique américaine de soufflage de verre et au Printemps à Paris avec sa coupole réalisée par Eugène Brière.
Enfin, le vitrail s’impose dans les restaurants et brasseries avec la création dès 1942 de « brise-bises » et de vitraux humoristiques : Chez Tante Louise dans le 8° arrondissement de Paris réalisés par Raphaël Lardeur, au restaurant l’Etoile à Troyes avec une tête de veau (spécialité de la Maison) réalisée par Vinum.
En 1937, lors de l’exposition universelle, le Pavillon de Champagne présente des vitraux représentant la récolte du raisin, Bacchus et un personnage des années 30 dégustant une coupe de champagne.
Actuellement, en France le vitrail est passé de mode mais pas à l’étranger où il est encore recherché puisqu’on trouve des vitraux contemporains dans des aéroports au Canada, des coupoles aux Baléares, des verrières avec des lasers au Centre de Recherche en Allemagne.
Très bel après-midi avec cette visite très instructive effectuée par une conférencière particulièrement intéressante.
Marie-Françoise Le Guillou

info portfolio