Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > TROYES-CHAMPAGNE > Visite des archives départementales
Version imprimable de cet article

Visite des archives départementales

Date : 13 novembre 2018

Accueillies chaleureusement, nous sommes retournées sur les bancs de l’école ce 15 octobre, pour une présentation très approfondie de ce département par Aurélie, notre conférencière.

C’est pour perpétuer la mémoire du passé qu’ont été crées les archives en 1796, après la révolution.

En 1821, c’est l’Ecole des Chartes qui voit le jour, et des étudiants deviendront conservateurs/archivistes

Aujourd’hui, nous dénombrons 25kms linéaires d’archives après inventaire, classées en séries de A à W, puis en sous-séries, correspondant à des thèmes différents.

On distingue les archives privées (entreprises, associations etc…) sans obligation de donner leurs documents, des archives publiques qui ont obligation de les communiquer.

Les communes de moins de 2000 habitants doivent déposer leurs archives de plus de 150 ans. La Direction des Archives de France missionne les directeurs d’Archives pour faire des inspections communales afin de s’assurer de la bonne conservation des archives dans les communes.

Enfin, avec l’évolution de la technologie, la numérisation des archives devrait permettre d’en maintenir une meilleure conservation : Toutefois, il semble que les supports risquent de s’effacer au bout de 30 ans en raison du poids sur le site internet…

Enfin, à ce jour on dispose encore de 10kms d’archives possibles et la place pour bâtir d’autres bâtiments.

Les Archives comprennent 2 tours de 5 étages, (en tout 50 salles) où sont entreposés les documents.

Nous avons ainsi pu voir le document le plus ancien conservé : c’est un diplôme de Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne, confirmant les privilèges de l’abbaye de Montiéramey. Il porte son monogramme et le sceau royal.

Puis, le magnifique sceau de Jeanne de Navarre, comtesse de Champagne et Reine de France.

Ceci n’est qu’un bref aperçu de ce que cette visite, particulièrement riche , nous a apporté, et au cours de laquelle nous avons sans aucun doute beaucoup appris grâce à une conférencière passionnée et très intéressante.

Marie-Françoise Le Guillou