Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LIMOUSIN > Visite guidée à Saint Yrieix
Version imprimable de cet article

Visite guidée à Saint Yrieix

Lieu :Saint Yrieix et Marcognac

Date : 10 novembre 2015

Mardi 10 novembre 2015 une vingtaine de lycéennes s’est retrouvée à Saint Yrieix.

Tout d’abord à la Bibliothèque Mucipale pour admirer la Bible de Saint Yrieix.

Ce manuscrit a été réalisé au début du XIIème siècle par Pierre Del Casta (chanoine originaire du Périgord) pour le chapitre des moines de Saint-Yrieix. Classée monument historique en 1988, cette bible remarquable se compose de 376 feuillets en parchemin de grandes dimensions en peau de veau, elle est ornée d’enluminures magnifiques.

Nous sommes ensuite parties à la découverte de la Cité médiévale en traversant le Jardin du Couchou dans lequel se trouve le Moulinassou ( petit moulin).
La ville de Saint Yrieix a été fondé par Aredus qui naquit en 510 et reprit en 530 le domaine Attane appartenant à sa mère, où il construisit un monastère. Saint Yrieix devint un lieu de pélerinage au XIIème siècle, puis un carrefour commercial grâce à ses foires.
Nous avons longé la Loue rivière qui serpente dans le Vieux Saint Yrieix. Nous sommes ainsi arrivées à la tour du Plô.
La Tour du Plô a été construite par le Vicomte de saint Yrieix en 1265. Plô signifie hauteur et en effet cette tour comporte 3 niveaux, au rez de chaussée se trouvaient les caves et la prison, l’entrée se situe au 1er étage, on y accédait par une échelle. (Maintenant on peut y accéder en passant dans une maison mitoyenne.) Les appartements du Vicomte se situaient au 2ème étage, enfin les gardiens au 3ème niveau.

En se promenant dans les jolies rues de la vieille ville nous arrivons à la Collégiale.

La Collégiale aété construite au XIIème siècle. Au delà d’un clocher-porche roman elle se compose d’une nef unique à deux travées, d’un transept à vaste croisée et d’une ample travée de choeur.

Elle a été rénovée au XVIIème siècle par Abadie qui lui a ajouté des crénaux lui donnant des allures de chateau fort.

Le portail méridional du XIIIème est très remarquable.

Dans une vitrine on peut admirer le chef reliquaire de Saint Yrieix (Aredus) fait en argent et pierres semi-précieuses. Le reliquaire du XIIIème siècle a été vendu en 1904 au Metropolitan Museum de New-York. Toutefois les reliques sont bien conservées dans la copie présente dans la collégiale. Une colombe, symbole de Saint Yrieix, également en argent et pierres semi-précieuses est recouverte d’un dais de soie brodé de perles de nacre et datant du XIIIème siècle.

L’après-midi nous avons visité le site industriel de Marcognac.
La visite a commencé par un rappel de la découverte du secret de fabrication de la porcelaine dure déjà connue en Allemagne, 50% kaolin, 25% feldspath et 25% quartz, puis de la recherche du kaolin à travers le royaume dans les années 1750 et enfin en 1768 la découverte de Monsieur Darnet (ou peut-être Madame Darnet) qui en parle à Villaris, pharmacien à Bordeaux qui est au courant de la recherche du Kaolin. En mai 1769 la carrière de Marcognac devient une carrière royale et en 1769 la première porcelaine dure est fabriquée en France pour le roi.

De la pegmatite et des morceaux de kaolin sont à notre disposition, le kaolin très blanc paraît un peu gras au toucher, comme du savon.

Le site est composée de plusieurs batiments dont certains sont rénovés.

Il s’agit d’un véritable village qui comprenait les séchoirs de kaolin, la forge et la menuiserie indispensables pour fabriquer les outils, le puits, le four à pain , l’écurie pour les boeufs utilisés pour transporter les sacs de roches, l’atelier de la couturière, etc...

Les roches après avoir été extraites des carrières étaient posées dans des paniers de bois, pouvant contenir jusqu’à 10 kilos, remontés en dehors de la carrière par des femmes, le plus souvent, et acheminés vers les séchoirs.

Les carrières de Marcognac ont été exploitées de 1769 à 1986 par la famille Alluaud- Vandermarq et la société KPCL. Actuellement ces carrières sont noyées, mais la société Imerys poursuit une activité de broyage de la pegmatite importée de différents pays et nécessaire à l’émaillage.