Fédération Française du Lyceum Club International

Fédération Française du Lyceum Club International

Accueil > Clubs > LILLE-FLANDRE > l’abbaye des Dunes et l’art à l’épreuve du temps
Version imprimable de cet article

l’abbaye des Dunes et l’art à l’épreuve du temps

Lieu Coxyde et Dunkerque

Date : 19 septembre 2013

L’ancienne abbaye des Dunes était située à Coxyde en Flandre-Occidentale (Belgique). Fondée en 1107, elle fut visitée par saint Bernard lui-même et eut un grand prestige au xiiie siècle avant de décliner.
Les vestiges de l’abbaye, délaissés, ont été recouverts par le sable poussé par les vents du large. En 1949, l’exhumation de ces ruines a été entreprise et, depuis lors, des souvenirs de l’abbaye comme des briques, des colonnettes, des bases de piliers, ont été retrouvés. L’ancien centre abbatial forme aujourd’hui un musée en plein air réunissant les ruines recouvrées..

Il y a 900 ans, l’ermite Ligerius se retira dans les dunes du Westhoek. Une entreprise solitaire portant en soi les germes d’une communauté abbatiale florissante qui allait marquer de façon in délébile toute la région.
La sobriété, la simplicité, l’obédience et l’ardeur s’avèrent être de puissants idéaux. Le rôle des Seigneurs des Dunes sur le plan spirituel, culturel et commercial est inégalé, jusque bien au-delà des frontières flamandes actuelles.

Musée contemporain
Le musée évoque la vie quotidienne dans une abbaye cistercienne médiévale. La façon de vivre, de travailler, de prier, de manger, de jouer, d’aimer... l’homme du Moyen Âge n’est pas si différent de l’homme d’aujourd’hui.

L’après-midi,dans le cadre de Dunkerque 2013 capitale régionale de la culture,nous avons vu l’exposition :
L’ART A L’EPREUVE DU TEMPS présentée au Depoland
Cette exposition présente près de 90 oeuvres prêtées par la Collection Pinault ainsi qu’une dizaine de musées de la Région,
elle marque la constance du regard militant des artistes. Leur acuité historique portée à la réalité de la vie des Hommes, qu’ils souffrent, qu’ils espèrent ou qu’ils combattent ; En un mot ,qu’ils réagissent au sort, qu’ils refusent la fatalité et qu’ils acceptent de devenir ainsi des témoins et des acteurs.

Elle s’est également d’emblée proposée de bousculer quelques barrières et quelques préjugés chronologiques en suscitant la présentation conjointe d’œuvres contemporaines et d’œuvres plus anciennes et parfois tout simplement anciennes pour souligner combien, par delà les décennies et les siècles, le regard que les artistes portent sur le monde et, souvent, leur engagement, traduisent la même lucidité et la même générosité.
C’est cette rencontre-là qui est au cœur même de cette exposition qui invite son visiteur à mieux prendre la mesure, de la vigueur avec laquelle beaucoup d’artistes ont, au cour des siècles, pris le parti de l’humanité, quand elle souffre, quand elle combat et quand elle espère.

 Neuf gisants en marbre de Carrare sur une dalle de béton brut.Devant la froide blancheur des linceuls qui les recouvrent,comment ne pas songer aux corps des malheureux syriens victimes d’attaques chimiques tels qu’on les a vus dans les journaux,à la télèvision ,allongés par terre sous du vrai tissu blanc
Christine Astruc