CONFERENCE « DUBROVNIK ET LE PATRIMOINE MONDIAL DE LA CROATIE »
par Olivier Mignon (13 octobre 2015)

Notre conférencier, Olivier Mignon, a d’abord suivi un parcours d’Interprétariat puis d’Histoire médiévale à la Sorbonne. Il est diplômé d’Histoire de l’art et de l’Ecole du Louvre et fait des conférences lors de voyages culturels.
La Croatie est indépendante depuis 1991 et a environ 4 millions d’habitants. Dubrovnik est toute proche du Monténégro, lui- même indépendant depuis 2006.
Ragusa (« rocher » en latin) se développa dès le 7ème siècle. Dubrava signifie « forêt de chênes »et elle est toute proche : seul un canal les sépare. Ces deux villes latine et slave fusionnent ; pour cela, le bras de mer qui les séparait a été comblé au 11 ème siècle.
Venise s’empare de Dubrovnik et domine pendant 150 ans, du début du 13ème siècle au milieu du 14ème.
La ville devient ensuite autonome : la République de Raguse.
Les ottomans (la Turquie) l’envahissent mais l’occupent assez peu , on y voit donc peu de mosquées. De plus, l’architecture ottomane de l’époque est de type européen.
Au XVI ème siècle, la population est composée de :
1) Les Patriciens
2) Les Citoyens parfaits (les grands marchands)
3) Les Plébéiens (petits commerçants, marins).
A l’époque, malgré sa petitesse, la ville est la 3ème grande puissance méditerranéenne, après Gênes et Venise.
En avril 1667, un grand tremblement de terre frappe la ville, puis un immense incendie s’ensuit. On dénombre environ 5000 victimes (sur 30.000 habitants). Une grande partie de la ville est donc détruite, c’est pourquoi on observe désormais une certaine homogénéité architecturale.
Raguse en 1806 doit capituler face à l’armée de l’Empire français ; Napoléon fait du maréchal Marmont le duc de Raguse.
Raguse est ensuite rattachée au royaume de Dalmatie sous l’autorité de l’Empire d’Autriche jusqu’en 1918.

2

Dubrovnik fait ensuite partie de la Yougoslavie, puis de la Croatie quand celle-ci prend son indépendance en 1991. Celle-ci ne se fait pas en douceur puisque les serbes bombardent les croates depuis les hauteurs, détruisant presque 70% des bâtiments de la ville.
A la fin des années 90, l’UNESCO restaure la ville : pour cela, elle recherche des tuiles compatibles avec celles de là-bas et les trouve à … Agen !
Dubrovnik, malgré son prestige, est une petite ville , comme Aigues-Mortes, Saint Malo (intra-muros)ou Carcassonne par exemple. C’est donc une ville très agréable à visiter, d’autant plus qu’elle est piétonne.
Les plus anciennes pharmacies d’Europe se trouvent là-bas.
C’est Michelozzo qui a construit certains bâtiments militaires, l’architecte du Palais Médicis et du Couvent San Marco à Florence.
Les franciscains se sont établis à Dubrovnik en 1317. St Jérôme, traducteur de la Vulgate, est originaire de la ville.
St Blaise est le saint patron de la ville depuis qu’il était apparu en songe au curé de la cathédrale pour l’avertir de l’imminence de l’invasion vénitienne, ce qui effectivement leur avait permis de résister et de sauver la ville.
En 1444, est construit un beffroi qui rappelle celui de Venise , avec au somment les deux mêmes personnages qui frappent et sonnent les heures.
Roland (Orlando) est aussi un protecteur de la ville. Sur la place du marché, les négociants d’étoffe se servaient du coude de sa statue comme étalon pour mesurer une unité de tissu : 51,2 cm. C’était la coudée ragusaine…
Richard Cœur de Lion qui avait fait naufrage sur une île toute proche avait fait le vœu de construire une église à la Vierge si elle le sauvait ; il a tenu parole et c’est ainsi qu’il a construit la cathédrale, hélas détruite au cours du tremblement de terre.
Les dominicains surveillaient l’autre porte, du côté opposé à celui des franciscains. Il reste encore un très beau cloître.
On peut également admirer de très belles peintures à Dubrovnik.

3

Les autres sites de Croatie inscrits au patrimoine de l’UNESCO :
– Split : C’est la capitale de la Dalmatie et elle se situe sur la côte. A voir : le mausolée de Dioclétien qui est devenue une cathédrale, alors qu’il persécutait les chrétiens…

– Trogir : C’est un ancien comptoir grec ; la place principale s’appelle la place Jean-Paul II.

– Sibenik : On y trouve de belles forteresses vénitiennes. L’église St Jacques est à cheval sur le Roman et la Renaissance ; autour de l’église on peut dénombrer 72 portraits.

– En Istrie : Porec (prononcer « Poretch ») : La basilique est reliée à un atrium byzantin du 6 ème siècle, comparable à celle de Ravenne, et remarquablement conservée.

Dans l’Antiquité, les basiliques étaient des salles de justice, les temples étant jugés trop païens ; elles ont été des modèles pour les premières églises.

Dubrovnik est déjà très touristique, hélas, mais ce n’est pas encore le cas des autres villes, on peut donc encore profiter de cette chance…

C’est un peu la Côte d’Azur avant l’urbanisation, avec une très belle architecture de style italien.

Livre conseillé : « Le goût de la Croatie »aux éditions Mercure de France. C’est une petite anthologie des voyageurs .