02_ag__.jpgInterventions d’Eltje Brill, Présidente Internationale, de Christiane Péchiné, Présidente de la Fédération Française, de Lucile Vignial, chargée du Bulletin International et de Muriel Hannart, Trésorière de la Fédération.
Christiane Péchiné nous a parlé des actions qui lui tiennent à coeur :
– remettre les finances de la Fédération en état,
– terminer la révision des statuts,
– mettre au point un système de dons qui pourraient être communs à tous les clubs (et qui pourraient servir d »identité » au Lyceum),
– développer les jumelages,
– créer de nouveaux clubs (sont en « approche » Dunkerque (grâce à Brigitte Gallais) Angers, Angoulème, Moulins et Rouen).
Ses projets : une plaquette de présentation, un concours de photographie dont le thème serait l’eau.

Visite du Musée et de la Maison Hébert

11__villa_hebert_5_1.jpgLe peintre Ernest Hébert (1817-1908) Lauréat du Prix de Rome a vécu longtemps en Italie où il a été directeur de la Villa Médicis. Il peint, d’une façon assez académique, des sujets inspirés par les paysannes italiennes. Mais sur la fin de sa vie, peut-être influencé par les impressionnistes, ses tableaux sont moins sombres, et ses modèles plus souriants. Les études, au fusain et à la craie, sont très intéressantes.

La restauration de la maison où il vécut avec sa mère a révélé des fresques du XVII°, « à l’italienne », dont il n’a jamais eu connaissance, lui qui a tant aimé l’Italie !! Hébert fréquentant régulièrement les antiquaires, on peut y admirer aussi des faïences italiennes du XVII°, des verreries de Murano, des tissus et des costumes anciens. Un salon en soieries rouge a accueilli la princesse Mathilde.

De la terrasse, superbe vue sur les jardins créés par la femme du peintre après sa mort, d’inspiration italienne eux aussi, et la chaîne de Belledonne .
Des sculptures deCyrille André émaillent le jardin de façon humoristique.

31__1_sassenage_5.jpgRéception à Sassenage dans le magnifique château (construit de 1662 à 1669) toujours occupé par cette illustre famille dauphinoise qui aurait pour ancêtre la fée Mélusine … La richesse de ses décors et de son mobilier témoigne d’un certain art de vivre aux XVII° et XVIII° s. Nous étions 10 lycéennes, et 3 maris (Claude Foucault, Brigitte et Georges-Claude Gallais, Chantal Giraud, Brigitte Grandclément, Mireille Lemonnier, Jacqueline Loyau, Fabienne et Paul Lucet, Elisabeth Senly, Simone et Maurice Tonnerre, Christine Viallaneix) et nous avons pu, au cours de ce délicieux repas, partager avec nos amies des autres clubs de chaleureux échanges d’idées.