Fin 2021

Diner de Noël

 

En 2022

Visite de l’exposition Françoise Pétrovitch au Fonds Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau

Le fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la culture est un fonds privé de dotations d’art contemporain français installé à Landerneau, près de Brest, dans le département du Finistère, en Bretagne. Il a pour but principal de financer des expositions accessibles au plus grand nombre et portant sur l’art moderne et contemporain.

Visite de la Maison Radieuse de Le Corbusier à Rézé :

La Maison radieuse, également appelée  Cité radieuse de Rezé ou La Maison familiale, est une résidence sur pilotis conçue par Le Corbusier et située dans la commune de Rezé (Loire-Atlantique), au sud de Nantes.

L’architecte a tenté d’appliquer ses principes d’architecture pour une nouvelle forme de cité, un village vertical, appelé « unité d’habitation ».

C’est la deuxième des quatre unités d’habitation construites en France avec MarseilleBriey et Firminy.

Facade de la Maison Radieuse
La Maison Radieuse par Le Corbusier

Découverte de Nantes

Nantes possède une histoire riche qui lui vaut un rayonnement certain dans tout l’ouest français. Ville-port qui se développe grâce à la Loire, Nantes se nomme à l’origine Condevicnum, qui signifie “confluence”. Ce n’est qu’à l’époque romaine qu’elle prend son nom actuel, dérivé de “Namnète”, peuple qui occupe alors la ville. Depuis l’Antiquité, Nantes se présente comme un véritable carrefour commercial tourné vers l’Atlantique. De nos jours, la ville s’applique à s’inscrire dans cette lignée en renouant avec son fleuve.

Voyage à Rabat

Sa fondation, au milieu du XIIe siècle, est due au premier sultan almohade, Abd al-Mu’min, qui transforma un ribāt(monastère fortifié) en citadelle militaire (l’actuelle Kasbah des Oudaïas). Ensuite, Yaqūb al-Mansūr lui attribua le nom de Ribāt al-Fath (la victorieuse) ; il y fit édifier de longs remparts et entreprit la construction d’une immense mosquée dotée d’un grand minaret resté inachevé (la Tour Hassan). Après avoir été lieu de départ pour les expéditions musulmanes vers l’Andalousie, Rabat fut, au XVIIe siècle, une cité corsaire très active, grâce à l’apport d’un groupe de musulmans réfugiés de l’Estrémadure (les Hornacheros), avant de connaître un déclin économique et social.

Au début du protectorat (1912-1956), conservant face à la mer la structure compacte de la médina entourée de remparts, l’urbaniste Henri Prost, sous les directives de Lyautey, aménagea Rabat, siège de la Résidence Générale, en ville aérée pourvue de maisons basses, de nombreux jardins et d’avenues encadrées de beaux bâtiments en style néo-mauresque. Tout en abritant le siège du Palais royal et du gouvernement, les ministères, le Parlement, les ambassades, des musées, un pôle universitaire et un aéroport.

Échange avec le club de Marseille

En effet la légende raconte que vers l’an 600 avant J-C des marins, Protis et Simos, venant de Phocée cherchaient des terres pour créer une cité. Ils sont arrivés en bateau à la calanque du Lacydon, l’actuel Vieux Port. En arrivant ils espéraient trouver Nannus le roi Segobrige (tribu celto ligure) pour lui donner leur amitié et avoir une terre.
Sauf que les deux phocéens sont arrivés le jour des noces de la fille de Nannus, Gyptis, la tradition voulait que lors du banquet, Gyptis offre de l’eau à l’homme qu’elle allait choisir pour mari, et devinez qui ? … elle a choisi Protis. En cadeau de noce Nannus offrit une terre à Protis et de là est née Massalia.