POUSSIN et l'AMOUR

POUSSIN et l’AMOUR

Musée des Beaux-arts de Lyon

NICOLAS POUSSIN (1594 -1665)

Le 20 janvier 2023, Madame Isabelle Collon professeur en Histoire de l’Art, académicienne des Sciences et Belles Lettres et Arts de Lyon, très appréciée pour sa grande érudition a guidé notre Lyceum (avec celui de Grenoble et un groupe ami d’artistes) en transmettant à chacune sa passion au travers d’une quarantaine d’œuvres rares ou inédites, en plus de chefs d’œuvres du corps féminin érotisé.

Cette exposition conçue avec le Louvre et les Musées du monde entier (à l’exception de l’Ermitage qui devait livrer de nombreuses œuvres)

Les Métamorphoses d’Ovide sont l’inspiration du peintre qui dévoile la sensualité des corps nus des deux sexes, l’ivresse, les fantasmes, l’amour qui triomphe de tout « Omnia vincit Amor » mais également les réjouissances et les folies des bacchanales et finalement les larmes, la souffrance et la mort.

On retrouve Chioné, Pyrame et Thisbé, Midas, Venus et Adonis, Echo et Narcisse, Pan, Mars et Venus, Narcisse…et encore Apollon et Daphné, ultime chef d’œuvre inachevé de Poussin (prêté par le Louvre)

L’exposition propose également dans la continuité d’interroger la place de l’héritage de Nicolas Poussin dans l’art de Pablo Picasso :

« La BACCHANALE de 1944 »

et de mettre en lien la rencontre des érotismes « POUSSIN - PICASSO » tous deux inspirés par la mythologie grecque, notamment sur la bacchanale des années 1930 jusqu’à la fin des années 1960 et les dessins qui ont accompagné le tableau « La joie de vivre » de 1946 (Antibes)

A vos souvenirs de la Grèce antique

 et à vos livres de mythologie grecque de A à Z


Le Rouge et le Noir de STENDHAL

Le Rouge et le Noir

Dominique Ciavatti

Le Club de Lyon a eu le grand plaisir de découvrir les "Prisons de Lyon" grâce à une visio-conférence que Dominique a présenté lors du confinement en avril 2021.

Dominique Ciavatti est membre du Lyceum Club de Paris, directrice honoraire des prisons de Fresnes.

Originaire du Bugey, ses grands-parents résidaient à Brangues au temps d’un illustre écrivain Paul Claudel

Voici sa présentation :

Le Rouge et le Noir l’une des plus grandes œuvres de la littérature française, serait née du compte-rendu d’un procès écrit dans la gazette des tribunaux le 28 décembre 1827.

Ce procès, sobrement intitulé « Accusation d’assassinat » commis par un séminariste dans une église, a été jugé à la cour d’Assise de l’Isère à Grenoble.

Stendhal qui est né à Grenoble, connait toute l’histoire du crime de Brangues. Il s’est inspiré de ce fait divers et déclarait « y trouver, en tant qu’écrivain, une véritable mine d’aperçus, neufs sur ce dont est capable la nature humaine quand la passion le pousse dans ses ultimes retranchements »

L’intérêt de l’écrivain pour « les criminels d’exception » pour les beaux gestes transgressifs, ne s’est jamais démenti, ils lui offraient une précieuse plongée dans les tréfonds de l’homme.

On peut accéder comme lui aux annexes et au compte rendu du procès d’Antoine Berthet, qui se lit comme un roman. Et à travers ce texte on décrypte « Le Rouge et le Noir »

Dominique Ciavatti nous fait plonger dans une double vie, celle d’Antoine/Julien dans le roman.

La conférence s’est poursuivie par un échange et un buffet très sympathique


PATRICE GIORDA "CE MYSTERIEUX VISAGE"

GIORDA : sombre et lumière

La Fondation Renaud accueille jusqu’à fin décembre 2022 une exposition de 150 portraits de Giorda. Cette Fondation créée par deux frères architectes au Fort de Vaise a justement pour vocation de promouvoir des artistes lyonnais.

Désir de la quête de l’autre qui est aussi une quête de l’artiste lui-même.

La recherche de lumière est très présente dans ses œuvres colorées.

Peu à l’aise avec de fins pinceaux ou dans les jeux d’ombre et de lumière, sans complexe il préfère recouvrir un visage d’un aplat de couleur et trouver la puissance de l’expression dans la posture de la silhouette et les superpositions d’acrylique sorties du tube.

On peut cependant être interpelé par la noirceur des traits, des intériorités et des thèmes (emprisonnement, perte de l’enfant).

Patrick GIORDA utilise principalement le fusain comme médium. Il travaille en plaçant son modèle à 70 cm devant lui guettant le moment où celui-ci délivrera son intériorité. Il saisit de lui la lumière intérieure, au-delà de la beauté ou des faux-semblants.

GIORDA a réalisé une série de portraits dans des prisons de Lyon, une autre série figure les employés d’une entreprise privée.

Très attaché également à la peinture classique Il a interprété de nombreux personnages du peintre espagnol Diego Velasquez, notamment ses nains.

Très impressionné par ces "Ménines" il revisite la présentation des personnages avec sa technique d'empâtement, d'une une brosse vigoureuse à base de peinture acrylique

Page alimentée par Christine, Olga, Véronique, Christiane


Exposition au Couvent Sainte Marie de la TOURETTE

GIUSEPPE PENONE - 2022

Les frères dominicains dont le Frère Marc Chauveau (commissaire de l'exposition) accueillent au sein de leur couvent, l'artiste italien Giuseppe Penone. Un dialogue subtil, sensible et spirituel s'installe entre les oeuvres créées et l'architecture impressionnante du Corbusier qui offre un magnifique écrin entre béton et nature

L'exposition offre des oeuvres choisies pour dialoguer avec la Tourette, son espace, sa rigueur et la spiritualité qu'elle dégage.

L'on découvre la dimension de l'homme, le processus plutôt que l'objet fini, dans l'esprit de "l'Arte Povera" développant sa démarche en opposition contre la société de consommation.

PENONE ET LES VIES CACHEES

La Vie cachée de la Pierre

LA VIE CACHEE DU MARBRE DE CARRARE

SES VEINES ET SES ANATOMIES

La Vie cachée du Tableau de l'Artiste

"Occhi chiusi"

De chaque côté d'une plaque de marbre de Carrare, deux yeux mi-clos nous regardent....

Ce magnifique tableau pointilliste, spectaculaire, effectué avec un patient travail méticuleux de collage de très grandes et très piquantes épines d'acacia noires apparait comme une évocation symbolique du Bouddha et/ou du Christ au linceul de Turin.

La paix et l'harmonie sont données à l'homme par son rapport central et actif avec la nature.

La Vie cachée de l'Arbre

"Le bois sacré"

A travers le travail incroyable de Penone qui creusant dans les anneaux de croissance, fait apparaitre l'arbre tel qu'il a été, "vivant "avant de nous offrir son existence emprisonnée cachée à l'intérieur de la poutre.

Au centre de l'église, "L'Albero in torsione sinistra" évidé se découvre tel qu'il a été avec ses branches et brindilles et nous impressionne

Une Vie cachée de l'Architecture

"La Peau du Béton"

PENONE découvre sur place la peau granuleuse des murs avec la technique du frottage (petites touches au pastel gras sur des surfaces carrées) avec les 63 couleurs que Le Corbusier a mis au point pour ses bâtiments.

Penone nous a fait approcher la spiritualité dans l'art.

Le message qui nous est transmis par la perception de ces vies ignorées, négligées, traumatisées

est puissant et profondément marquant.

Page alimentée par Olga, Véronique, Thérèse G, Christiane


"MANIFESTO OF FRAGILITY"

La Fragilité : une forme de résistance

La biennale 2022 d'art contemporain de Lyon reconnait la fragilité comme l'une des rares vérités universelles partagées dans notre monde divisé.

Foisonnante, elle invite cette année 87 artistes dont les oeuvres sont réparties en 12 lieux à travers la ville de Lyon.

Nous avons choisi une visite ciblée des oeuvres présentées dans les usines Fagor (Brandt) lieu immense de 29 000 m2 permettant une déambulation de la sculpture antique du musée des moulages aux créations contemporaines.

Heureusement que Isabelle Collon, Professeur en histoire de l'art, Académicienne des sciences et belles lettres et arts de Lyon nous a merveilleusement accompagnées et guidées à travers ses "coups de coeur"

La fragilité liée à une forme de résistance initiée dans le passé est en prise avec le présent et se veut capable d'affronter l'avenir

Niobé
Dyonisos

Exemples du passé : Niobé et Dionysos

Niobé, mère des Niobides, reine de Thèbes se vanta !!! de sa fécondité et de la beauté de ses 12 enfants. Leto qui n'avait donné le jour qu'à Artemis et Apollon se vengea en tuant tous ses enfants à coup de flèches.

En voyant Zeus en majesté, Sémélé, enceinte meurt...foudroyée. Zeus implante le foetus dans sa cuisse et mène la grossesse jusqu'à la naissance. Dionysos connaît ainsi deux naissances, de sa mère et de son père

"MONOCHROME" de HANS OP de BEECK

Hans Op de Beeck a peint ici, entièrement en gris, 1 900m2.

Le souvenir d'un temps passé ou une autre réalité?

Nous sommes les seuls en vie. La couleur du monde n'existe plus.....

LA TRISTESSE ENCHANTEE de KIM SIMONSSON

Les sculptures en céramique revêtues de fibres vertes floquées, les "Moss People, Moss Family" de Kim Simonsson sont inspirées par les contes de fées nordiques, la mythologie ancienne, les mangas.

Elles représentent des êtres enfantins faisant partie du monde végétal, intrépides, d'expression étrange, sac au dos, manifestant une indépendance rebelle s'adaptant à leur environnement avec une paisible acceptation.

Ce monde "Nomade" merveilleux, inquiétant convoque la puissance du souvenir et de l'imagination. Elles sont envoutantes, d'apparence douce et lisse mais empreintes de thématiques les plus sombres.

STANDING BY THE RUINS OF ALEPPO

DIANA AWARTANI

2021

"LA POESIE DES RUINES PRE-ISLAMIQUES"

Cour de la grande mosquée d'Alep (23m x 13m)

Cette magnifique cour endommagée et même disparue lors de la guerre civile syrienne est rendue au patrimoine culturel

Diana Awartani fait partie de la jeune génération d'artistes sensibles aux pertes causées par les conflits du Moyen Orient

LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES MIGRANTS DANS LES EMIRATS ARABES UNIS

Mohammed KAZEM (DUBAÏ)

GROWTH 2022

EVA FABREGAS

Dégoulinantes du plafond, gonflées, molles, colorées du violet, de l'orange, des roses, que l'on a envie de toucher ou de rejeter

D'où viennent ces sculptures prêtes à proliférer avec leurs sexualités, leurs monstruosités dans l'espace industriel ? Sont elles végétales, animales, humaines?

Trans-humanisme ? Science Fiction?

ESPOIRS.....

Page alimentée par Olga, Véronique, Christiane


12H08 à l'EST de BUCAREST - CORNELIU PORUMBOIU

Seize ans après, la révolution a-t-elle eu lieu ?

CORNELIU PORUMBOIU

Ce réalisateur, scénariste et producteur roumain a obtenu avec ce film, la caméra d’or du meilleur premier long-métrage lors du festival de Cannes de 2006

Il présente avec humour noir et autodérision une satire sociale du désenchantement post communiste.

A visionner et A discuter ensemble : Un excellent moment.

Ce film intelligent est plein d’humour et de profondeur


 SORTIE des CLUBS de LYON et de GRENOBLE A SABLONS (ISERE)

Jeudi 29 Septembre 2022

Une belle journée pour découvrir trois sites très proches et méconnus

LA FONDATION ALBERT GLEIZES - MOLY-SABATA

MOLY-SABATA est une résidence d’artistes qui accueille aujourd’hui 25 à 30 artistes par an.

La résidence fut créée en 1927 par Albert Gleizes et sa femme Juliette Roche.

A la mort de celle-ci, la Fondation Nationale des Arts Graphiques et plastiques, légataire universelle crée la Fondation reconnue d’utilité publique en 1984.

Anne Dangar est la principale disciple du peintre cubiste.

Pierre David artiste accueille chaleureusement notre groupe, autour d'un café et présente l’activité de la Fondation dont il est directeur.

Nicole Alexandre historienne qui fut une élève de Anne Dangar présente l’histoire du site, la vie, le parcours et la découverte de « l’Art de la Terre » de cette étonnante artiste.

En 1927 Albert Gleizes arrive de Paris avec un groupe d'amis et d'élèves. Il achète la propriété avec pour projet d'en faire un havre de paix pour une communauté d'artistes. Il décède en 1953

Après le départ du dernier résident (1956) La maison restera fermée 10 ans.

En 1930 Anne Dangar australienne installe un atelier de poteries et reste à Moly-Sabata jusqu’à sa mort en 1958.

En 1990 Moly-Sabata qui a été vandalisée et brûlée réouvre ses portes et crée de nouveaux ateliers.

En 2007 Claude Gleizes, neveu d'Albert Gleizes relance la Fondation qui finance les artistes par des dons et subventions diverses.

En 2020 Accueil d'artistes potiers dont les œuvres peuvent être achetées.

Nous avons la chance de visiter en ce lieu magique, l’exposition de cette année : "Mille Fleurs"

Ce fut une belle découverte dans un lieu insolite et peu connu !

LE CHÂTEAU DE PEYRAUD

A la sortie de Serrières, surplombant la vallée se dresse le château du XI siècle. Plusieurs fois détruit au cours d’une histoire mouvementée entre Dauphiné et Royauté et entre Catholiques et Protestants. Aujourd’hui il a gardé beaucoup d’éléments de 1720.

Le propriétaire nous accueille avec une très grande gentillesse. Il présente l’histoire et les lieux.

Sa famille qui a eu des liens très étroits avec Anne Dangar a conservé de nombreuses belles pièces de céramique cubiste.

Dans le salon historique qui surplombe le jardin ciselé par des buis "cubistes" nous avons partagé un excellent pique-nique puis profité d'une belle promenade sillonnant les espaces verts qui ont conservé leur part d'histoire

L’EGLISE ABBATIALE DE SAINT PIERRE DE CHAMPAGNE

Toute proche du Château et de Moly-Sabata, l’église est un joyau de la grande époque des églises romanes. De caractère défensif, elle fut édifiée dans le fief des ducs d’Albon enclave du Dauphiné, au milieu du XIIème siècle.

La façade possède toujours de nombreux éléments sculptés encastrés dans les murs.

Elle n’a pratiquement pas été modifiée sauf lors de l’élargissement de la route en 1848, qui  a détruit malheureusement le porche vouté et laissé  d’importantes cicatrices malgré les rénovations.

Goudgi, artiste extraordinaire a réalisé le très beau mobilier liturgique pour l’an 2000.

On peut admirer de nombreuses créations notamment, l’autel surmonté d’une croix et d’une colombe.


JOURNEE INTERCLUBS : Lycéennes lyonnaises et grenobloises

ACCUEIL PAR FLORENCE EXPERTON A LA CHAPELLE DE COSSEY

HOSPITALITE OFFERTE EN SON CHATEAU SERVIEN

VISITE DU MUSEE CHAMPOLLION A VIF 38450

MUSEE CHAMPOLLION


HYPER REALISME

2022 19 MAI -  EXPOSITION A LA SUCRIERE - LYON

HYPER REALISME.
Ceci n’est pas un corps

En référence à l'œuvre célèbre de MAGRITTE " ceci n'est pas une pipe"

Question du rapport entre l'art et la réalité.

Les grands noms de l'Hyperréalisme, mouvement artistique né dans les années soixante-dix, sont réunis autour d'une thématique : la représentation du corps humain, dans un lieu insolite à la mesure du caractère exceptionnel des œuvres présentées : LA SUCRIERE, ancienne zone industrielle réhabilitée située sur les quais de Saône

Dès l'entrée le ton est donné avec cette jeune femme à la tête cachée dans son pull et dans le mur : " Caroline" de Daniel Firman.

Suivent des pièces très "politiques" de Duane Hanson et John Andréa, des pionniers du genre: « des ouvriers avec leurs outils de travail », « un Cow-Boy et son grand chapeau »….

Classées en 6 sections les sculptures se suivent sans se ressembler, dérangeantes comme ces jeunes gens grandeur nature, nus et blafards, amusante comme cette femme de ménage et ses seau et balais, émouvante comme cette frêle grand-mère serrant contre elle un bébé minuscule, les cycles de la vie?..

Ces corps nus ou habillés, grandeur nature ou pas, attirent le regard et interpellent. Certains artistes travaillent à partir de moulages de vraies personnes et vont jusque à repiquer de vrais cheveux, ajouter des objets ou vêtements pour créer une illusion parfaite, d'autres ont choisi de faire des sculptures monochromes qui leur donne un air moins réel et d'autres encore ont représenté des morceaux de corps seulement : une bouche, un bras ou une tête démesurée et criante de naturel de Andy Warhol, avec des détails de poils de barbe et des pores dilatés sur les narines.

D'autres encore réalisent des sujets qui ont marqué l'époque où la publicité rendait la femme "objet".

La visite se termine par une proposition de sculpture " sculpture vivante" en offrant au regard une chaise vide à utiliser suivant l'imagination du visiteur, l'idée de Erwin Wurn étant de nous faire devenir nous-même une sculpture "Hyperréaliste"

Olga Quinaux