JOURNEE INTERCLUBS : Lycéennes lyonnaises et grenobloises

ACCUEIL PAR FLORENCE EXPERTON A LA CHAPELLE DE COSSEY

HOSPITALITE OFFERTE EN SON CHATEAU SERVIEN

VISITE DU MUSEE CHAMPOLLION A VIF 38450

MUSEE CHAMPOLLION


HYPER REALISME

2022 19 MAI -  EXPOSITION A LA SUCRIERE - LYON

HYPER REALISME.
Ceci n’est pas un corps

En référence à l'œuvre célèbre de MAGRITTE " ceci n'est pas une pipe"

Question du rapport entre l'art et la réalité.

Les grands noms de l'Hyperréalisme, mouvement artistique né dans les années soixante-dix, sont réunis autour d'une thématique : la représentation du corps humain, dans un lieu insolite à la mesure du caractère exceptionnel des œuvres présentées : LA SUCRIERE, ancienne zone industrielle réhabilitée située sur les quais de Saône

Dès l'entrée le ton est donné avec cette jeune femme à la tête cachée dans son pull et dans le mur : " Caroline" de Daniel Firman.

Suivent des pièces très "politiques" de Duane Hanson et John Andréa, des pionniers du genre: « des ouvriers avec leurs outils de travail », « un Cow-Boy et son grand chapeau »….

Classées en 6 sections les sculptures se suivent sans se ressembler, dérangeantes comme ces jeunes gens grandeur nature, nus et blafards, amusante comme cette femme de ménage et ses seau et balais, émouvante comme cette frêle grand-mère serrant contre elle un bébé minuscule, les cycles de la vie?..

Ces corps nus ou habillés, grandeur nature ou pas, attirent le regard et interpellent. Certains artistes travaillent à partir de moulages de vraies personnes et vont jusque à repiquer de vrais cheveux, ajouter des objets ou vêtements pour créer une illusion parfaite, d'autres ont choisi de faire des sculptures monochromes qui leur donne un air moins réel et d'autres encore ont représenté des morceaux de corps seulement : une bouche, un bras ou une tête démesurée et criante de naturel de Andy Warhol, avec des détails de poils de barbe et des pores dilatés sur les narines.

D'autres encore réalisent des sujets qui ont marqué l'époque où la publicité rendait la femme "objet".

La visite se termine par une proposition de sculpture " sculpture vivante" en offrant au regard une chaise vide à utiliser suivant l'imagination du visiteur, l'idée de Erwin Wurn étant de nous faire devenir nous-même une sculpture "Hyperréaliste"

Olga Quinaux


ENVIES DE LIVRES - CINEMA ET LECTURE

THE POWER OF THE DOG - THOMAS SAVAGE (1967) / JANE CAMPION (2021)

"DELIVRE MON ÂME DE L'EPEE et MON ÊTRE DU POUVOIR DU CHIEN"

"Une oeuvre d'art littéraire" "Un écrivain magistral" "Tendu et puissant"

Le pouvoir du chien est un chef-d'oeuvre

« Envies de livres » c’était une promesse… et nous voilà réunies pour partager notre lecture et visionner le film de Jane Campion « Le Pouvoir du Chien »

Inspiré librement du livre de T Savage.  Le film est une belle façon de nous confronter à une double approche.

Après avoir évoqué la vie et la manière dont Jane Campion se pose derrière la caméra pour réaliser ses films, nous jetons un bref regard sur ses œuvres et ses distinctions puis quelques phrases sur Thomas Savage devenu le chantre de l’ouest américain (détails dans les pièces jointes à télécharger).

Le parallèle entre les 2 modes de narration ouvre nos échanges et cette pluralité de point de vue entre impressions, interprétations, non-dits, caractères montrent que toutes ces facettes ne sont pas opposables.

Le film ne fige pas les émotions ; le lecteur reste le maître du sens.

Peu rompue à l’art du débat, notre soirée fut cependant animée et très enrichissante.

A la fin de nos échanges plusieurs titres et sujets de réflexion ont surgi, faisant naître d'excellentes idées pour programmer les futures éditions de cette nouvelle activité. 

Benedict Cumberbatch

EXPOSITION DOISNEAU - COUTY

UNE BELLE JOURNEE A L'ILE BARBE

LYON VU PAR LE PHOTOGRAPHE ROBERT DOISNEAU ET LE PEINTRE JEAN COUTY.

Une belle journée à l'île Barbe.

    Les enfants de Robert Doisneau (1912-1994) le photographe et ceux de Jean Couty (1907-1991) le peintre, entretiennent le souvenir du père et la transmission de l'œuvre.

ROBERT DOISNEAU

Charles Couty a fondé en 2017 le musée " Jean Couty" en hommage à son père et les filles de Robert Doisneau s'occupent aujourd'hui de l'atelier du père.

 L'exposition actuelle représente deux visions humanistes de Lyon. Les photographies de Doisneau prises entre 1945 et 1994 présentent une sélection de portraits d'artistes dans leur atelier ainsi que des vues de Lyon réalisées dans le cadre d'un reportage pour VOGUE consacré à la ville de Lyon en 1950.

L'exposition est conçue autour de deux thématiques : portraits et atelier d'artistes d'une part, vues de Lyon d'autre part.

PICASSO

De nombreux artistes : Picasso, Braque, Giacometti, Léger, Nicky de ST Phalle...et les vues de Lyon qui mettent à l'honneur le « Lyon d'après-guerre »

Ces 90 photographies de Doisneau sont accompagnées de peintures et dessins de Lyon vu par Jean Couty.

    Après cette plongée dans l'art Lyonnais multidisciplinaire, nous avons poursuivi dans l'art culinaire bistronomique Lyonnais au petit restaurant " La Fée- Maison" qui nous avait concocté un menu petite gastronomie locale goûteuse et savoureuse.


MUSEE DE L'IMPRIMERIE ET DE LA COMMUNICATION GRAPHIQUE DE LYON

VISITE A L' EXPOSITION : L'ARCHITECTURE DU LIVRE

 Le Musée de l'imprimerie, petit bijou de la renaissance italienne,

situé au 13 rue de la poulaillerie, Lyon 2e, organise actuellement une passionnante exposition :

 L’architecture du livre

Présentée au sein de la collection permanente, d'une incroyable richesse, les incunables du 15e, les planches à imprimer " xylogravures" dans un état de conservation surprenant et chose rare présentées à côté des livres sur lesquelles les images ont été imprimées il y a 6 siècles et tellement d’autres merveilles.

« Pourquoi pas des livres ronds, carrés, triangulaires, troués, cubiques, reliés en bois ou en cuivre, imprimés sur des vieux papiers, de liège, filtre ou d’emballage, et même sans couverture, si c’est cela qui va de soi ?
Pourquoi faudrait-il qu’un livre ressemblât toujours à un autre livre ? »
​​​

  Un petit restaurant très lyonnais, que l'on rejoint par une traboule depuis la cour d'honneur du musée de l'imprimerie et s'appelle tout simplement " le Musée" pourrait nous accueillir à 12h, mais son succès fait qu'il est complet en permanence. Il faut donc IMPERATIVEMENT réserver, même pour 2 personnes.

Visite et repas :  Jeudi 31 MARS 2022


MANCHESTER BY THE SEA - KENNETH LONERGAN

GROUPE CINEMA - VENDREDI 20 MAI 2022

Film dramatique américain écrit et réalisé par Kenneth Lonergan, sorti en 2016 qui se déroule à Manchester-by-the-Sea, une petite ville côtière de l'est des États-Unis proche de Boston. Il raconte l'histoire d'un homme, Lee Chandler (joué par Casey Affleck), qui doit s'occuper de son neveu adolescent à la suite de la mort brutale du père de celui-ci. Mais Lee est traumatisé par un drame familial survenu dans cette ville des années auparavant et il éprouve de grandes difficultés à gérer cette situation.Le film obtient de nombreuses récompenses notamment deux Oscars en 2017 : celui du meilleur acteur pour Casey Affleck et celui du meilleur scénario original.


TRESORS DE VENISE - LA COLLECTION CINI

Une très belle journée à Aix-en-Provence : une visite guidée de grande qualité le matin, suivie d’un déjeuner dans un cadre raffiné, puis de flâneries au gré du superbe patrimoine architectural de la ville.

La Fondation Cini, 70 ans après sa création par un riche entrepreneur vénitien, expose pour la première fois hors d’Italie dans le superbe Hôtel de Caumont.

Les célèbres primitifs italiens, avec leurs fonds or caractéristiques sont largement représentés (cf.Giotto), ainsi que  l’Ecole de Ferrare avec sa recherche d’expressionnisme au XVème siècle.

Pour prendre le temps de découvrir aussi les enluminures, porcelaines et objets de mobilier, nous vous invitons à vous rendre à la Galerie du Palazzo Cini sur le Grand Canal, à Venise bien sûr !

Deux joyaux de l’exposition sont « Doubles portraits de deux amis » de Pontormo,

thème très récurrent à la Renaissance

La « Vierge à l’Enfant » de Piero della Francesca aux dégradés azurs si délicats.

Mais la Fondation n’a pas voulu ses figer dans le passé : elle a demandé à des artistes contemporains des créations se faisant l’écho d’œuvres de la Collection. C’est ainsi que nous découvrons, en réponse aux « Prisons » les photos des montages de punaises et d’épingles de l’artiste brésilien Vik Muniz.

Les célèbres gravures des Prisons Imaginaires de Piranèse (XVIIIème) ornent la dernière salle. 


A LA VIE, A LA MORT

Estampes, gravures, peintures, sculptures, installations : près de 150 œuvres, de la fin du Moyen Âge à l’art contemporain, pour comprendre la réflexion des artistes au fil des siècles sur la finitude de l’existence humaine, s’interroger sur le sens de la vie, le temps qui passe, et admirer la célébration par les artistes de la beauté de la vie.

    Bien étrange titre pour une exposition pleine de symboles qui rappellent que

toute vie humaine a une fin, mais combien cette vie est précieuse, fragile et belle.

    A partir du Moyen-âge, une grande diversité de genres et de thématiques ont permis aux artistes de s'exprimer : les danses macabres, les scènes de genre, natures mortes bouquets de fleurs, peintures animalières, etc...

    Ces images ont connu un grand succès quand du 15e au 17e siècle, de nombreux conflits armés et les épidémies de peste décimaient les populations et rendaient la mort omniprésente : des petits squelettes gesticulants surprenaient homme et femmes dans leurs occupations, riches comme pauvres.

    Au 16e siècle, le développement des études anatomiques fournissait des modèles de squelettes qui s'adonnaient à des activités humaines et personnifiaient
 la mort ; joueurs de cartes, buveurs, ...L'enfant est associé à la mort dans une représentation symbolique "l'enfant faisant des bulles de savon", résumant la brièveté de la vie dans des jeux d'enfants
    Au 17e, les danses macabres cèdent la place à des crânes, les développements scientifiques ont permis la représentations de ces crânes avec la plus grande exactitude, illustrés par trois miniatures en ivoire.. De nombreuse œuvres ont été créés pour souligner le caractère vain de la quête de connaissances et de gloire, la brièveté même de l'existence humaine rend ces prétentions dérisoires.
  Les natures mortes apparaissent avec profusion d’emblèmes : des livres, instruments de musique, grimoires, chandelles, visant à démontrer
l'orgueil des connaissances accumulées au cours de la vie. A cette époque le tabac apparait en Europe et on retrouve dans de nombreux tableaux, des fumeurs, des joueurs, des buveurs et des scènes de cabaret avec en filigrane, une dénonciation de la futilité des plaisirs terrestres.

La beauté des fleurs dans des bouquets peints pour la plupart au 17e est aussi un des symboles du caractère éphémère de l'existence.