NOS LIVRES FAVORIS

  • OGAWA Ito – La république du bonheur.

A Kamakura (Japon) Hatoko exerce ses talents d’écrivaine publique dans sa petite papeterie où elle sert aussi des thés et pâtisseries à ses clients.

Elle vient d’épouser Mitsuro, veuf et père d’une petite fille de 6 ans et se découvre mère. Elle apprend à la petite fille la calligraphie et partage avec elle ses recettes de grand-mère.

Roman tende et pur, clef du bonheur familial. Ecrit par une japonaise au grand cœur qui écrit beaucoup pour les enfants. Un plaisir de lecture.

  • Muriel BARBERY – Une rose seule –

Rose, la quarantaine, arrive au Japon, à Kyoto pour recueillir le testament de son père japonais qu’elle n’a jamais connu. Elle est accueillie par Paul, l’assistant de son père qui lui fait découvrir la ville, de temple en temple, de jardins en jardins.

Tout d’abord, pleine d’amertume et de colère , elle cède à l’émotion et à la magie des lieux et aux rencontres qui vont l’amener à une meilleure connaissance d’elle-même.

Roman d’ambiance et d’émotions artistiques et découverte de la vieille ville de Kyoto aux nombreux temples et fabuleux jardins.

  • Delphine HORVILLEUR – Vivre avec nos morts

L’auteure est rabbin. Elle explique son métier : vivre avec la mort : celle des autres, celle des siens. Mais c’est surtout transmuer cette mort en leçon de vie pour ceux qui restent.

Livre de consolation qui unit trois choses, le conte, l’exégèse et la confession. Les textes sacrés dont elle fait référence ouvrent un passage entre les vivants et les morts.

Message d’une femme juive jeune et moderne qui approfondit les textes de la Bible pour les mettre au présent et aider les vivants.

  • Philippe LABRO – J’irais nager dans plus de rivières.

L’auteur nous livre ici les réflexions sur la vie qu’il a notées depuis le début de sa carrière. Citant plein d’anecdotes, de citations d’auteurs anciens et modernes, il nous révèle sa face intime et c’est « comme une rivière qui coule, celle d’une vie ». Il évoque les choses fondamentales et vient nous dire « l’amour existe ».

Très intéressant, vivant, bon style.

  • Mélissa da COSTA – Tout le bleu du ciel.

Emile, 26 ans n’a plus beaucoup de temps à vivre : condamné à un Alzheimer précoce, il décide de fuir l’hôpital, de ne plus peser sur sa famille et de prendre le large pour un ultime voyage.

Il cherche un compagnon de route et c’est une fille étrange qui se présente avec un sac à dos.

A bord d’un camping-car commence un voyage stupéfiant de beauté à travers les Pyrénées et la fille se découvre peu à peu . Rencontre avec des gens du pays et d’autres venus découvrir une vie dans la nature loin de l’agitation des villes. Bonheur partagé. Seront-ils prêts lorsque le moment fatal les frappera ?

Délicatesse infinie. Rattrapés par leur enfance dans laquelle ils se replongent, noblesse des sentiments. Livre exceptionnel.