Rencontre avec notre nouvelle Présidente internationale, Eltje BRILL.

Présidente : Eltje BRILL du Club de Groningen PAYS-BAS

Vice-Présidente Hémisphèe nord : Maj-Britt VARPE d’Helsinki FINLANDE

Vice-Présidente Hémisphère sud : Joséphine ROBERTSON

Secrétaire internationale : Zwaantje POSTMA VAN DEN BROEK

Trésorière internationale : Agnès BUIJTEN

Archiviste : Cristina OPRECHT

Quelques impressions d’une lycéenne ayant eu le bonheur d’assister au XXX Congrès de l’Association Internationale des Lyceum Clubs à LYON. au cours duquel furent élues les nouvelles Présidente et Vice-présidentes internationales.

Les caennaises sont toujours très présentes dans les congrès des lyceum clubs : 12 participantes, dont 3 accompagnées de leur mari profitant de cette opportunité pour s’offrir des vacances organisées par les époux lyonnais.

L’occasion pour nous, lycéennes, était exceptionnelle puisque le congrès se déroulait cette année en France, à Lyon.

Nous y fûmes accueillies « somptueusement » et ceci est d’autant plus méritoire que le Lyceum Club de Lyon est très jeune (4 ans !) et n’a que peu de membres – une trentaine.

L’accueil et l’accompagnement, pendant 3 jours, de plus de 300 participants, représentent un énorme travail d’équipe et beaucoup de générosité et de compétence de la part de chacune. Aucune fausse note, aucun temps mort, tout s’est parfaitement déroulé et nous avons été quasiment « maternées ».

Saluons la présence de nos amies « de l’autre bout du monde » : 61 australiennes et 6 nouvelles-zélandaises.

Le choix des activités fut d’une grande qualité :

– conférence de Guy Lassausaie « Toque Blanche Lyonnaise » et « Meilleur Ouvrier de France », qui voulut bien nous dévoiler quelques uns de ses secrets culinaires et nous donner ses recettes de tuiles dentelles à l’orange et « dodine de foie gras frais de canard aux pommes et Sauternes » ce dernier accompagné d’un coulis « acidulé » fait de pommes Granny Smith et de vinaigre balsamique blanc. Comme c’est simple ! Il suffisait d’y penser … !
– présentation de mode par de jeunes créateurs lyonnais. Comme tous les défilés de Haute Couture celui-ci fut un vrai spectacle. Coiffures, robes, chaussures, bijoux, tout était très original, porté par de jeunes mannequins mettant en valeur tout un travail de recherche et d’originalité. La mode n’est pas l’unique privilège de Paris : il prend aussi ses marques à Lyon et on reparlera probablement des jeunes créateurs tels que Mongi Guibane, Max Chaoul, Marco Mesquita, etc … Nous avions toutes un peu la nostalgie de nos 20 ans et comme le disait avec humour une lycéenne qui se reconnaîtra « Je verrrais bien cette robe pour ma petite fille » !
– concert d’orgue par Vincent Coiffet et chants par les « Muses d’Arcadie » à la basilique St Martin d’Ainay. Ce fut, pour beaucoup d’entre nous, le « point culminant » de notre séjour. Dans la plus ancienne église romane de Lyon, restaurée à diverses reprises de façon particulièrement réussie, nous avons écouté religieusement un choeur de chanteuses lyriques d’une pureté exceptionnelle sous la direction de Catherine Roussot. Du prélude de Gabriel Pierné, interprété à l’orgue, jusqu’aux Litanies à la Vierge noire de Francis Poulenc, en passant par Gabriel Fauré, Charles-Marie Widor, Jehan Alain, Louis Vierne et Pierre Boyer, le choix des oeuvres fut d’une grande qualité, et les ovations à la fin du concert, rappelant 3 fois les artistes, le prouvèrent.
– conférence ayant pour thème « Lyon et la Mod, François Ier implante cette industrie à Lyon afin de créer une concurrence. A la fin du XVI°, 12 000 personnes travaillent déjà la soie. Les XVII° et XVIII° verront un grand développement des « Fabriques Lyonnaises » qui emploieront jusqu’à 120 000 ouvriers, les canuts, célèbres pour leur révolte, en 1831, à propos de leurs conditions de travail.

Les évolutions technologiques, avec des métiers à tisser de plus en plus perfectionnés, permettront une évolution parallèle des décors des soies, de plus en plus ornementaux et sophistiqués. Nous apprécierons ces derniers au Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, le lundi 21 mai, à la fin de notre séjour.

Actuellement, textiles artificiels et synthétiques prennent la relève car la production de la soie, qui bénéficia des grands moments de la Haute Couture, chuta aussi avec le déclin de celle-ci. On travaille maintenant des textiles innovants et fonctionnels plus adaptés à notre vie moderne et la soie est souvent mélangée à d’autres fibres. Il reste une dizaine de maisons de « soyeux », telles que Bianchini-Férier, Hermès, etc.. La soie est le patrimoine du passé, mais elle constitue aussi celui du future » « De la soie aux textiles intelligents » par Nadine Gilas, Directrice de l’Université de la Mode.

Un bref historique de la soie nous rappelle que Lyon est associé à celle-ci depuis les XV°-XVI° siècles. Fasciné par les soies italiennes, devenues trop chères et 30 000 personnes la travaillent encore actuellement.

– visite du « Vieux Lyon » avec ses labyrinthes de ruelles étroites, ses passages couverts (les traboules), ses escaliers cachés et ses petites places enserrées dans des vieux immeubles penchés au-dessus comme pour les empêcher de voir le soleil. C’est tout un monde moyenâgeux, rempli de vie secrète bien cachée dans les recoins de ce dédale, derrière de vieilles portes cloutées à ferrures anciennes patinées par le temps. Un vrai décor de cinéma, qui servit de refuge à de nombreux Résistants.

Nous ne terminerons pas sans parler de ces énormes et somptueux buffets, au Sofitel, pleins d’originalité et d’une présentation particulièrement soignée (j’ai trouvé là des idées pour renouveler un peu ma petite routine culinaire …) et, bien sûr, du repas chez Paul Bocuse où tout fut parfait ou presque (une seule ombre au tableau : le service un peu « cavalier » de certains serveurs allant jusqu’à enlever des assiettes d’une façon un peu prématurée …).

Nous n’omettrons pas, non plus, de rappeler la richesse et l’intérêt des débats sur la famille, la mode, la nutrition, les arts, etc .. malgré le handicap des langues … mais nous avions des traductrices efficaces et … notre anglais n’est pas si loin !

Merci encore à toute l’équipe de Lyon et à sa Présidente, Christiane Péchiné, ou, plutôt à SES présidentes tant cette dernière était active en dix lieux à la fois !