Discours des 110 ans du LCIP

Madame la Présidente de l’Association internationale des Lyceum Clubs, chère Ingrid,

  • Madame la Vice-Présidente internationale de l’Hémisphère nord et Présidente de la Fédération française, chère Muriel,
    Mesdames les Présidentes des Fédérations d’Allemagne, de Belgique et de Suisse,
    Madame la Vice-Présidente de la Fédération Suisse,
    Respectivement chère Marianne, chère Dominique, chère Marie-Claude, chère Janet,
    Mesdames les Présidentes des clubs internationaux et nationaux,
    Madame la Présidente d’honneur du Lyceum Club international de Paris, chère Solange,
    Chères amies,
    Bien venues, welcome, wilkommen !
    Au nom du Lyceum Club International de Paris, je vous remercie du fond du cœur de votre présence à nos côtés pour célébrer son 110e anniversaire.
    M’inspirant de Charles Péguy, je dirai : « Plus nous avons de mémoire, plus nous avons de responsabilité, et plus nous devons défendre cette mémoire. Plus nous avons de passé derrière nous, plus il nous faut le protéger et le garder pur. »
    Il me revient l’honneur de célébrer cet anniversaire. Quand on aime la vie, on aime le passé parce que c’est le présent tel qu’il a survécu dans notre mémoire.
    Voilà 110 ans, lorsque Constance Smedley vient à Paris, après avoir fondé l’année précédente le Lyceum Club de Berlin, elle jette les bases d’une aventure exceptionnelle dont elle ne mesure sans doute pas la dimension.
    Son objectif est non seulement de renforcer la place des femmes dans le domaine de la culture, mais aussi de les soutenir dans leur vie quotidienne et parfois professionnelle. La culture de salon de l’époque se transforme très rapidement avec l’émancipation des femmes, dont certaines se battent pour la reconnaissance de droits fondamentaux, politiques et civiques.
    L’intention première de cette jeune Anglaise de 27 ans est d’établir une connexion solide et pérenne à travers les Clubs qu’elle fonde dans les grandes capitales et de créer un lien entre des femmes cultivées, enthousiastes, énergiques et de surcroît créatives, parfaitement conscientes des problèmes tant culturels que sociétaux.
    Le Lyceum, nom venant du célèbre gymnase où Aristote instruisait ses élèves, doit être un lieu où les femmes peuvent se réunir pour échanger leurs pensées, partager leurs opinions et trouver un véritable soutien intellectuel, artistique et scientifique.
    Dès sa création, à Paris comme dans les autres capitales, Le Lyceum, est particulièrement bien perçu grâce aux valeurs essentielles qu’il véhicule.
    De ce fait, s’appuyant sur des structures sociales déjà existantes, il peut accueillir au mieux cette nouvelle génération de femmes « actives ». Cette participation des élites sociales confère au Club un prestige considérable et la première présidente pressentie est Mme Thérèse Taine Deruelle.
    Parmi les membres du Club, on compte, je cite, « autant de femmes artistes, écrivains ou médecins que d’épouses et de filles d’hommes distingués ».
    Dans le livre que vous venez de recevoir, magnifiquement réalisé par Mme Florence Jaunez, écrivain biographe, et membre du Lyceum Club du Limousin, vous découvrirez l’action constante, la participation active et la générosité de chacune de ces femmes qui ont eu l’honneur et le privilège de présider et d’accompagner notre association tout au long de son existence.
    S’investissant sans compter, chacune d’elles, au nombre de dix à ce jour, ( c’est peu ! ) qu’il s’agisse de Mme Thérèse Taine-Deruelle , première présidente pressentie , de la Duchesse d’Uzès , première présidente validée , dont on connaît la personnalité et le parcours hors norme, ou de la Comtesse de La Baume, puis de nos amies présidentes d’honneur, dont l’une est ici présente, toutes ont su véhiculer et préserver les valeurs fondatrices de notre club, et malgré, pour certaines d’entre elles, deux guerres mondiales au cours desquelles elles se sont investies avec un courage exceptionnel, suivies par bon nombre de leurs lycéennes.
    En dépit des difficultés inhérentes à ces périodes troublées, elles ont continué à lutter pour la liberté et la transmission, persuadées que l’amitié, le partage des émotions esthétiques ou culturelles, l’écoute et l’attention aux autres au quotidien étaient un bien et que la somme de ces petits « biens » pouvait transformer le monde. Ces présidentes, exceptionnelles, nous ont marquées par leur compétence et leur inlassable dévouement.
    Les années passent, et en 1997, sur l’initiative d’Hélène de la Baume et de Françoise Feuillée, naît l’Europe des Lyceum Clubs. Les contacts entre les clubs sont renforcés. Les échanges d’expériences suscitent une nouvelle créativité dans de nombreux domaines. Cette communication se renforce grâce au Bulletin International, qui a vu le jour, en 1993, sous l’égide de Françoise, ici présente, puis de Lucile, à mes côtés.
    Bi-annuel et traduit en trois langues, le bulletin est un organe de liaison essentiel entre les clubs des deux hémisphères.
    Très rapidement, de nouveaux clubs sont créés. À chaque rencontre, des liens se nouent entre ces femmes de haute valeur morale, d’une grande curiosité intellectuelle qui découvrent d’autres cultures. Elles se trouvent de nombreuses affinités et s’enrichissent aussi de leurs différences.
    Les jumelages jouent un rôle essentiel dans le rapprochement des clubs. Toute lycéenne prend ainsi conscience de son appartenance à une fédération nationale et internationale. Dès lors les rencontres se multiplient, et
    au fur et à mesure des années, le changement de la situation des femmes influe sur les activités du Lyceum. La femme des années quatre-vingt, comme celle des années 2010, n’a rien de comparable avec les premières lycéennes du début du XXe siècle.
    Dès 1975, pourtant, on s’interroge sur les nouvelles perspectives pour les femmes du XXIe siècle et on se demande : un Lyceum, pourquoi ?
    En réponse à cette question, on constate cependant que de nombreux clubs naissent tant en France qu’en Italie, et c’est au congrès qui s’est tenu à Orléans, en 1989 sous la houlette de Jacqueline Suttin,(ici présente ) que l’on mesure le dynamisme du Lyceum, lorsque plus de 600 participants se réunissent autour d’un thème majeur, « le rôle de la femme dans la protection de la personne face aux nouvelles techniques génétiques, informatiques et énergétiques », thème prémonitoire, plus de 30 ans après, puisque nous sommes violemment confrontés au transhumanisme et au post-humanisme : on pourrait en dire beaucoup plus sur ce sujet et sur l’intelligence de celles qui, à l’époque, l’avaient pressenti !
    Ces dix dernières années, le Club de Paris a montré toute sa vitalité, sous les présidences actives et généreuses de Solange Thierry de Saint Rapt et de Solange Descours.
    Chaque année nous rejoignent de nombreuses lycéennes, dont la diversité des cursus est une source inépuisable de richesses pour notre association, et je suis heureuse et fière de vous annoncer que nous accueillons 5 nouvelles lycéennes : nous sommes donc depuis début juin 145.
    Alors ? vous en êtes conscientes :
    La transmission est un enjeu majeur pour asseoir toute forme de pérennité. Qui pourrait ne pas souhaiter la pérennité du Lyceum ? Au XXIe siècle, de nombreuses associations féminines à but principalement social, humanitaire, culturel ou professionnel voient le jour. La concurrence peut sembler rude.
    Mais, existe-t-il une autre association qui offre un tel rayonnement, une ouverture d’esprit, des contacts transgénérationnels si variés et un enrichissement culturel continu ?
    Il n’y a que ces femmes de tous les continents, réunies au sein du Lyceum , et véhiculant la diversité des valeurs auxquelles elles sont toutes attachées, qui peuvent prendre conscience, de « l’importance du principe féminin dans le devenir de l’humanité »: nous faisons partie d’un tout , et notre force de conviction produira ce en quoi nous croyons.
    Faire partie du Lyceum est , je cite, « un privilège et une exception » : il nous appartient d’en assurer la pérennité.

Véronique Mattéoli de Rode
Présidente du Lyceum Club International de Paris