Notre communauté Lycéenne internationale s’est enrichie récemment d’un club à Rabat. Ayant eu l’occasion de rencontrer lors du dernier Congrès à Stockholm certains membres et notamment Selwa Chraibi, présidente fondatrice du club de Rabat, j’ai constaté que nous partagions, outre l’usage de la même langue, une passion commune pour la littérature.

L’idée m’est donc venue d’organiser des échanges littéraires entre les clubs français et le club de Rabat. Il me semblait que cela donnerait une agréable concrétisation à l’ouverture internationale qui caractérise notre association et permettrait de développer des liens amicaux dans la perspective des rencontres futures puisque Rabat accueillera le prochain congrès triennal en 2022.

Selwa Chraibi a accueilli ce projet avec beaucoup d’enthousiasme et d’amitié. Restait à trouver le moyen matériel de lui donner forme.

C’est finalement la pandémie, en nous obligeant à nous familiariser avec l’outil numérique, qui est venue nous apporter le moyen d’échanges faciles et réguliers !

Nous avons donc démarré avec un rythme mensuel de rencontres sur le principe suivant : Rabat et un club français interviennent à tour de rôle sur un livre ou un thème choisi en amont. Les présentations, réflexions et commentaires sont mis en commun avec des éclairages culturels complémentaires et enrichissants.

Lors des premières rencontres, le club d’Orléans a présenté Âme Brisée d’Akira Mizubayashi, roman dans lequel la musique joue un rôle majeur et dont l’écriture est la partition au fil de laquelle l’âme du narrateur se reconstruit…En parallèle, Narjess Ghachem-Benkirane a évoqué les demeures et jardins secrets de Marrakech, un thème qu’elle a retracé en texte et images dans un très bel ouvrage dont elle est l’auteur. Une belle approche d’une atmosphère et de lieux que les lycéennes marocaines s’apprêtent à nous faire découvrir en mai prochain.

C’est ensuite le club de Limoges qui, de façon concertée avec Rabat, a choisi et présenté de façon très fouillée l’ouvrage de Mahi Binebine, « Le fou du roi », récit de l’histoire familiale de l’auteur, présent lors de cette rencontre grâce aux Lycéennes de Rabat qui avaient sollicité son intervention. Homme lumineux, charismatique, jovial, qui a éclairé les échanges de son témoignage personnel et conféré une tournure tout à fait exceptionnelle et privilégiée à ce moment.

Mahi Binebine

Dernière rencontre avant l’été, celle entre Rabat et Paris. Nous avons découvert avec beaucoup de plaisir et d’intérêt les différentes Portes de la ville de Rabat grâce à la mère de Selwa qui a raconté l’histoire de ces différentes architectures. Le club de Paris a ensuite présenté l’ouvrage de Tahar Ben Jelloun, « Lettres à Matisse et autres écrits sur l’art », dans lequel l’auteur tire le fil de l’inspiration créatrice trouvée dans cette terre marocaine par un certain nombre d’artistes. Il y développe aussi avec infiniment de finesse l’analyse de ces inspirations respectives et son propre rapport avec l’art.

Autant d’échanges précieux, gratifiants qui nous ont procuré à toutes un réel bonheur, à la fois intellectuel mais enraciné aussi dans le partage d’une amitié et d’une culture que nous apprécions de façon universelle.

Dans ces échanges se trouve la mise en application de la philosophie du Lyceum. Chacune d’entre nous, au-delà des frontières, reçoit et grandit grâce à l’implication des autres.

C’est donc avec impatience que nous attendons la reprise de ces rencontres.

En septembre, les Lycéennes de Rabat ont souhaité aborder le thème malheureusement universel  des violences subies par les femmes autour de l’ouvrage « Pourvu qu’il soit de bonne humeur » de Loubna Serraj en présence de l’auteur.

Nous poursuivrons ensuite au fil des mois ces échanges sur des sujets variés, portés par les clubs suivants. Beaucoup de plaisir en perspective …

Isabelle Bertrand