Nous nous étions donnés  rendez-vous  au LAM, musée de la métropole Lilloise de Villeneuve d’Ascq,  pour découvrir la prodigieuse  exposition des œuvres de W.  UN POÊME QUI N’EST PAS LE NÔTRE. KENTRIDGE est un artiste  Sud- Africain, né en 1955 à Johannesburg, fils  de l’avocat Sidney Kentridge, qui défendit Nelson Mandela lors du » procès de la trahison » de 55 à 61, contre les leaders de l’ANC (Congrès National Africain). Grands parents juifs lithuaniens, études : de sciences politiques, de mime, de théâtre.   Ce contexte fait de lui un artiste défenseur de la condition noire anti-Apartheid. En créateur engagé, l’artiste aborde  tous les sujets : la décolonisation, l’apartheid, l’esclavage, les conflits politiques :  » Je pratique  un art politique, c’est-à-dire ambigu,  contradictoire, inachevé, orienté vers  des fins précises : un art d’un optimisme  mesuré, qui refuse le nihilisme ».

Dessinateur et touche à tout, de génie, il explore gravure, sculpture, tapisserie, film d’animation, performance, installation vidéo. 

  Dès l’entrée nous plongeons dans l’univers créatif de l’artiste : silhouettes découpées de ses processions de migrants ou porteurs, et sculpture de porte-voix sur son trépied. 

 La salle I Ses premiers dessins de 1980 mettent en place les thématiques fondamentales pour lui : la confrontation entre pouvoir politique et le pouvoir de l’imagination, les utopies révolutionnaires, le processus de domination,  le tout dans un langage assez cru et souvent satirique.  

Les dessins « Sophiatown » quartier  métissé de Johannesburg, noirs chassés vers Soweto, et sa première procession « arc /procession » dessins sur feuilles de papier en éventail, formant un panorama de 7 mètres: mineur, ouvrier, handicapé, porte- voix, danseur avec ours.                                                          -puis son atelier : dessins , l’arbre de la trahison , sculptures de bois , papier, lunettes stéréoscopiques… 

                                                                                                                                                            puis l’installation hommage à Melies : voyage sur la lune   films projetés pleins d’humour ou la cafetière se transforme en fusée, la tasse en télescope, les fourmis en constellations célestes.                                                                                                                                                                     -. puis le film « Ubu telles the truth » ou le rôle principal est un œil caméra sur un tripode qui voit toutes les atrocités et ne dit rien (clin d’œil à BUNUEL) . Ubu est représenté avec son chat famélique sur le mur.                                                                                                                                                              -Puis installation O sentimental machine la voix de Trotski, et les bruits des défilés militaires scandent les images : utopies révolutionnaires caricaturées.

-Puis le film « the head and the load »Œuvre centrale de l’exposition : opéra visuel et sonore, réalisé pour le centenaire de la guerre mondiale en 2018 fait allusion au poids supporté par les porteurs et au poids de l’histoire coloniale qui pèse sur les épaules de l’Afrique , porteurs africains morts anonymes, malades, pour une cause qui n’était pas la leur .  

  Enfin en dernière salle  de notre rapide périple  «  The Refusal of Time » magnifique installation visuelle et sonore,  présentée à la documenta de Cassel en 2012, mêle musique, lecture, danse, chants, vidéos, métronomes, dessins, et performance, autour d’une machine en bois dont les rouages tournent à l’infini. L’Eléphant » Elle questionne sur la relativité de la notion du temps.

,  les tapisseries y sont admirées : d’après :Thriumps and Laments 2016 sur fond de cartes anciennes, 

Aujourd’hui William Kentridge jouit d’une renommée internationale et d’un public à  travers le monde. Ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées, entre autres, le  MoMA de New York, le musée Albertina de Vienne, le musée d’Art Moderne de San  Francisco et le musée d’Art de Philadelphia

C’était un aperçu de cette foisonnante rétrospective   d’un artiste «  qui emprunte à la tradition de la gravure et caricature sur laquelle il fait passer la tornade de l’existence humaine, le poids de l’histoire et de tous les morts, la force des convictions et le souffle de la création, étincelles de la survie. La flute enchantée, c’est vraiment lui ! ° dixit Valérie Duponchelle. En effet KENTRIDGE, aime la France et était venu faire les décors  de la flute enchantée à Lille en 2006.

Véronique Wilhelem