Un atelier grandeur nature. De Corot à Picasso

Dès la fin du XVIIIe siècle les artistes se rendent en forêt de Fontainebleau pour y réaliser leurs premières études « d’après nature ». A mesure que la peinture de plein air de développe, les peintres de Barbizon, puis les impressionnistes, investissent ce lieu pour « aller au motif », et en font le site le plus fréquenté par le monde de l’Art durant tout le XIXe siècle. Ce succès donne naissance à des centaines d’oeuvres qui, tout en représentant la forêt, illustrent les transformations de l’art du paysage.
Mais pourquoi tant de popularité, et sur une si longue durée ? La réponse à cette question peut se résumer en une phrase. La forêt de Fontainebleau résume toutes les forêts,  » les forêts du rêve et de la vie. Toutes « . Grâce à la variété de ses paysages, on passe en quelques pas d’une sombre futaie à la clarté aveuglante des sables, des gorges et des roches inquiétantes au spectacle paisible d’une mare argentée. »

Théodore Rousseau : groupe de chênes à Apremont