Notre conférencier Bernard Legrand est un passionné d’histoire de France d’une grande érudition et doté d’une formidable mémoire lui permettant de traiter ses sujets sans prise de note !

Encore une fois, nous avons pu l’apprécier lorsqu’il nous raconte la vie légendaire d’un célèbre normand (encore un !) arrière-arrière-petit-fils du Duc de Normandie Guillaume le Conquérant, quatrième enfant d’une mère exceptionnelle, Aliénor d’Aquitaine, et du Roi d’Angleterre Henri II Plantagenet, il s’agit de « Richard Cœur de Lion » ainsi nommé à cause de ses exploits et de ses qualités chevaleresques : courage au combat, noblesse et générosité, selon la tradition de l’époque.

Mais Bernard Legrand s’attache, en deux conférences parlant, la première sur l’accès de Richard à la couronne d’Angleterre, et la seconde sur sa vie de Roi et de Croisé très engagé, à nous décrire le côté très ambigu du personnage.

Selon ses contemporains notre noble Chevalier était également capable d’une grande dureté envers sa propre famille, assoiffé de gloire, orgueilleux et avare. Intelligent et tacticien, il n’hésita pas à s’allier à Philippe-Auguste, Roi de France, contre son propre père, et se fit désigner comme son successeur sur le trône d’Angleterre d’une façon peu honorable.

Bon administrateur, éliminant sans scrupule tous ceux qu’il juge peu sûrs, il assure une certaine stabilité dans son royaume. Ceci lui permet, pour reconquérir Jérusalem, d’organiser une Croisade pour laquelle il réunit un grand nombre de pays d’Occident. Sur son trajet de retour son arrogance lui vaudra d’être prisonnier du Duc Léopold d’Autriche, puis de l’Empereur Henri VI qu’il avait humiliés. Et il faudra une énorme rançon pour le libérer.
Se faisant couronner une deuxième fois en Angleterre, il combat alors sont ancien allié Philippe-Auguste pour s’assurer la Normandie et l’Aquitaine.
C’est là qu’il mourra, dans la force de l’âge, à Châlus, par imprudence lors d’une expédition pour punir le Vicomte de Limoges, allié à Philippe-Auguste. M-FJ